Immobilier : Dijon passe en zone “sous tension”

Photo Jonas Jacquel

Photo Jonas Jacquel

Depuis plusieurs années déjà, l’objectif de la ville de Dijon est clair : construire 700 nouveaux logements par an, un millier sur le territoire de l’agglomération. Le cap est ambitieux, mais selon la mairie, il doit être tenu pour répondre aux demandes des nouveaux arrivants.

Entre 2002 et 2012, des petits éco-quartiers aux grandes résidences à parking souterrain, plus de 100 programmes immobiliers sont sortis des terres du Grand Dijon. Une nécessité pour répondre à la demande des nouveaux arrivants et maintenir la population active sur la ville, selon le maire . Une hérésie urbanistique selon l’opposition, au nom de la préservation du cadre de vie et du paysage.

Seulement, depuis quelque temps les nouveaux programmes immobiliers peinent à émerger pour le secteur privé. Seuls fleurissent les projets financés par la collectivité en vue d’une offre locative sociale. Et la ville de Dijon n’est pas la seule à connaitre cette situation en France.

Alors pour booster la construction, le gouvernement a décidé de mettre en place un nouveau crédit d’impôt sur un secteur atypique : les petits propriétaires investissant sur un logement neuf et destiné à la location…

Jusqu’à 54.000 € de crédit d’impôt

En clair, l’accédant à un logement neuf pour le louer durant une durée minimum de 9 ans se verra octroyer une réduction d’impôt de 18% du montant de son investissement. Un soutien financier pour le moins notable – 54.000 € maximum – dans un contexte de grande frilosité économique. Ce crédit d’impôt, baptisé dispositif Duflot devrait ainsi débloquer la construction de 40.000 logements neufs par an, selon la ministre du Logement Cécile Duflot.

Il s’agit en réalité d’un ajustement de l’ex-loi Scellier. Plus restrictive, l’offre ne s’adresse qu’aux villes de l’agglomération parisienne et de certaines zones dites “en tension” du reste de la France. Mais les villes de ces zones ne pouvaient obtenir l’agrément du ministère que jusqu’au 1er juillet. Demandée il y a plusieurs mois “sans grand espoir pour l’ensemble du Grand Dijon” par François Rebsamen, la “bonne nouvelle du jour” est tombée au dernier moment jeudi 27 juin dernier ; mais seul Dijon a été pour l’heure retenue, excluant les autres villes comme Chenôve, Saint Apollinaire, Marsannay ou Quetigny.

“Débloquer la promotion immobilière”

Pour François Rebsamen, cette offre locative “complémentaire du loyer modéré, correspond également aux attentes des ménages et permettra de débloquer à nouveau la construction de logements et la promotion immobilière”. En effet, sur le marché locatif ces appartements ou maisons s’adresseront selon lui aux “budgets intermédiaires, entre le marché libre et le marché social”.

Mais cette “bonne nouvelle”, “très attendue”, l’était surtout par les promoteurs immobiliers. Le maire l’admet d’ailleurs : “Je me suis entretenu avec le président de la Fédération du bâtiment, il s’agit d’un outil de commercialisation très important avant tout pour les promoteurs”.

Pas si réjouissant donc pour le marché immobilier classique, selon l’opposition au conseil municipal. Pour la conseillère UMP , professionnelle du secteur, “le marché stagne déjà et les panneaux ‘à louer’ fleurissent sur les fenêtres”. Cette dernière reste donc pour le moins sceptique quant à l’impact promis comme positif de ce crédit d’impôt sur le marché face à ce qu’elle considère déjà comme une “saturation” de l’offre.

Il faut dire enfin que cette même opposition ne cesse depuis plusieurs années de taxer la majorité de mener une politique de “bétonnage” de la ville, en multipliant les programmes immobiliers sans favoriser celui de l’ancien. Mais pas de quoi effrayer pour autant François Rebsamen, qui préfère toujours s’amuser à qualifier son premier vice-présient de l’agglomération délégué au logement , souvent surnommé “Monsieur Béton” par la droite, de “Monsieur Grues”.

Les commentaires sont clos.

  1. Le bétonnage : une “hérésie” pas seulement “urbanistique”… Tous ces bétonneurs acharnés ont-ils connaissance de la raréfaction du sable ?…

    Zoé Zaam le jeudi 18 juillet 2013 à 0h52

  2. HLM partout …. quelle belle vue on aura dans 100 années!

    Marie le vendredi 19 juillet 2013 à 14h35

  3. Marie, les HLM ne sont pas forcément des quartiers moches à voir… Au contraire, les nouveaux quartiers HLM sont de plus en plus tendance. A Boulogne sur Mer, l’office de tourisme a même créé son propre train touristique dédié à la visite d’un nouveau quartier HLM.
    De plus, il faut bien que l’on puisse loger tous les français sans logement et sans gros moyen financier…
    Moi je trouve que c’est une bonne initiative!!!!

    —————————–
    http://www.aktifimmo.com/annonces-vente-maison–dijon-tr1-tb3-p0.html

    Aktifimmo.com le vendredi 19 juillet 2013 à 17h34