Chômage : “Pôle Emploi n’arrive pas à remplir toutes ses fonctions”

2013-07-economie-emploi-pole-solidarite-chomage-JJ-miroir-3

a manqué à sa mission d’accompagnement”. C’est ainsi que Florent Hennequin, l’avocat d’un des cinq chômeurs s’apprêtant à porter plainte contre l’établissement public, justifie la procédure de son client (Lire ici Le Figaro). La délégation de ces cinq demandeurs d’emploi réclame entre 50.000 et 300.000 € par tête, selon les profils de chacun. Une initiative qui n’a pas manqué de se retrouver rapidement dans les médias, mais qui trahit un dysfonctionnement au sein de Pôle Emploi.

Contacté par la rédaction du Miroir,  secrétaire régional du Pôle Emploi, a analysé l’ambiance qui y règne.

Porter plainte contre Pôle Emploi, le pari semble osé, mais est-ce la première fois qu’une telle initiative voit le jour ?

“Ce n’est pas la première fois que des chômeurs portent plainte contre Pôle Emploi. Il y a eu une première fois en 2012 où un demandeur d’emploi avait porté plainte pour défaut d’accompagnement. Il avait gagné en première instance puis son dossier a ensuite été classé. Par contre, c’est une première pour que cinq personnes le fassent ensemble et réclament autant. En revanche, ce n’est pas une class action, ce sont cinq actions individuelles.

Le motif de la plainte de cette délégation de chômeurs est celui du “défaut d’accompagnement”, en quoi consiste-t-il ?

Cela signifie que des demandeurs d’emploi considèrent que Pôle Emploi ne remplit pas ses obligations. Les demandeurs d’emploi ont des devoirs et des droits et Pôle Emploi appuie essentiellement sur leurs devoirs, comme être disponible immédiatement quand il y a une offre à disposition.

Les demandeurs ont certes des devoirs, mais ils ont aussi des droits, notamment celui d’être accompagné par l’établissement. Malheureusement, il se trouve que devant le manque de moyens récurrent, Pôle Emploi n’arrive pas à remplir toutes ses obligations.

Comment cela est-il possible ?

Il faut bien comprendre qu’en moyenne, un agent de Pôle Emploi gère 200 demandeurs par porte-feuille. Mais certains agents ont des pointes de 600 voire 800 demandeurs dans leur porte-feuille. C’est ingérable.

La direction est en train de déployer le plan stratégique Pôle Emploi 2015. Il est divisé en 6 volets, dont le premier est “faire pour ceux qui en ont le plus besoin” qui remplacera le suivi mensuel personnalisé. Cela part d’une idée somme toute simple, et le SNU clame depuis un moment que nous en avions besoin : certains demandeurs d’emploi ont besoin d’être plus accompagnés que d’autres. C’est sur ceux-là qu’il faut accentuer nos efforts.

Il existe des porte-feuilles d’accompagnement renforcé, plus minces que les classiques, où les agents peuvent voir plus souvent ces demandeurs d’emploi spécifiques. Or, il s’avère que ce ne sont pas tout le temps les plus nécessiteux qui se trouvent dans cette catégorie là.

Jean-Marc Ayrault a promis en mars 2.000 postes supplémentaires à Pôle Emploi, est-ce suffisant pour améliorer les conditions de travail ?

Ca va apporter une bouffée d’air frais. 2.000 postes c’est bien, mais ce n’est pas suffisant. On continue de réclamer 16.000 agents pour pouvoir faire notre travail dans de bonnes conditions ainsi qu’un plan d’embauche pluriannuel. S’il y avait eu ces 2.000 employés supplémentaires, peut-être que les personnes qui portent plainte aujourd’hui auraient pu être suivies par un de ces agents.

Ces renforts doivent être mis en place à partir de septembre, donc ils ne sont pas tous là. La Bourgogne a obtenu 50 postes et ils seront actifs rapidement.

Pour autant, les conditions de travail sont de plus en plus exécrables. Derrière le plan stratégique Pôle Emploi 2015, il y a le management et le toyotisme. On met quelques renforts mais on accentue la surcharge de travail pour augmenter la productivité de chaque agent. Sauf que ce sont des travaux qui demandent un travail mental et à un moment donné les agents ne pourront pas tenir sur la durée.

Parmi les 5 demandeurs d’emploi qui portent plainte, il y en a un qui n’a pas travaillé depuis plus d’une décennie (12 ans), comment est-ce possible ?

Une dizaine d’années, ça veut dire qu’avant il était suivi par l’ANPE, et il y avait les mêmes problèmes avant avec. Mais il faut surtout connaître les situations personnelles de ces demandeurs d’emploi. Il faut savoir s’ils avaient ce qu’on appelle des “freins périphériques à l’emploi”, c’est-à-dire des problèmes sociaux, de santé ou un très faible niveau de qualification. Ce sont des éléments qui peuvent expliquer que des personnes n’aient pas réussi à trouver du travail en 12 ans. C’est assez rare, mais j’ai souvent vu des personnes inscrites depuis 8-10 ans, malheureusement.

Il y en a un autre qui n’a pas eu de nouvelle de Pôle Emploi depuis 4 ans, comment peut-on arriver à une telle situation ?

Avec la fusion en 2008 de l’ANPE et des Assedic, notre charge de travail a été énorme. Elle est arrivée au moment où le explosait, avec des réorganisations successives, où les porte-feuilles changeaient souvent de main. Résultat, certains collègues ne savaient véritablement plus ce qu’ils avaient à faire, ce qui peut expliquer pourquoi certains demandeurs d’emploi ne sont pas retournés au Pôle Emploi pendant plusieurs années. C’est surtout un manque de moyen humain face aux chômeurs.

Qu’est ce que peut faire Pôle Emploi pour rectifier le tir vis-à-vis de la délégation de chômeurs ?

A minima, recevoir chaque personne une fois, mais je ne suis pas sûr qu’en deux mois on puisse débloquer la situation. Pour une personne inscrite au chômage depuis 12 ans, ce n’est pas en 2 mois qu’on lui trouvera une solution.

Comment inverser la tendance de cette montée du chômage ?

D’abord créer de l’emploi dans les nouveaux secteurs, comme la rénovation de l’habitat et celui des énergies vertes, pour remplacer les anciens secteurs. Mais ça ne résoudra pas tout. Le problème est d’ordre mondial, il faut des règles claires et communes, le dumping social continuera, les usines françaises et européennes continueront d’être délocalisées. Derrière, il faut que les politiques comprennent qu’il faut impulser la création dans des secteurs qui permettront d’avoir des réserves futures”.

Les commentaires sont clos.

  1. je ne comprend pas pourquoi en France ont et laissé les entreprises ce délocalisé à outrance en ayant donné l’habitude à des générations que le travail est ou (étais) le moyen de pouvoir gagné sa vie et que les hautes études était le moyen de gagné plus correctement sa vie et que la technologie et le modernisme serait là pour amélioré le cadre de nos vies.
    Si je commence comme cela c’est pour vraiment exprimé une tromperie qui à mon sens engage une multitude de gens qui ont retournés leurs vestes de peur d’être eux-mêmes renvoyés de leurs postes pour non-obéissance à leurs hiérarchies respectives pour chacun des bandits qui veulent gardés leurs places aux détriments des personnes comme nous qui cherchons à travaillés avec un travail de qualité tant dans les soi distantes conditions de chacun de nos métiers que nos salaires qui puissent suivre le cour de la vie qui et de plus en plus pénalisant ( nos charges ) j’ai l’impression que nous sommes des yoyos et que nos dirigeants nous manipules dans les sens que ça les arrangent, j’écris de façons si futile au vue de ce que l’on va vivre prochainement avec des politiques de gauche caviar, une société de plus en plus individualisé consommatrice à outrance ( ont change de voiture comme ont change de femme ou de mari ), je sais parmi le monde qui va lire mes écris certain ou beaucoup aura du mal à lire ou a comprendre là ou je veux en venir mais nous logiquement tous égaux donc avec les mêmes devoirs et les mêmes avantages pour cela ils faut du vrai travail , et si ont coutent trop cher à nos patrons , dans se cas l’état doit baissé les charges des patrons qui non pas les reins aussi puissant que les multinational qui dirigent nos politiques comme les exemples hurlant nous font comprendre,……
    je suis professionnel dans mon domaine et un employeur de dit que je doit faire une évaluation en milieu de travail seul sa être accompagné et sa être prévenue par le pole emploi d’où je dépend, je devais avoir un entretient avec le conseiller de l’endroit ou je travaillé pour m’expliqué le modalité du contrat (personne) et a cause de ce rendez-vous qui ne sais jamais fais je me suis fait arnaqué de 4 jours sens être payé +80 heures non payé + 1 licenciement et j’en passe , et ceci en 3 mois

    souala42 le lundi 30 septembre 2013 à 13h33