Pour EELV, le report des LGV est “une opportunité pour les trains de proximité”

Les élus Europe-écologie – Les Verts n’ont pas manqué de réagir à la remise du rapport de la commission “Mobilité 21” sur le schéma national des infrastructures de transports, remis officiellement au gouvernement le 27 juin.

, vice-présidente du Grand Dijon aux mobilités alternatives, élue , , président de la commission Transports au conseil régional de Bourgogne, , conseiller régional EELV de la Nièvre et , secrétaire régional EELV Bourgogne notent ainsi que le report des projets de LGV préconisés par le rapport “conforte le discours qu’ils n’ont cessé de tenir depuis des années”.

“Ces grands projets LGV représentaient des investissements démesurés, pour partie déjà engagés qui auraient été beaucoup plus utiles afin de rénover et moderniser les lignes existantes”, poursuivent-ils dans un communiqué. “L’investissement supplémentaire de 1,160 millions d’euros de la deuxième phase de la LGV Rhin-Rhône aurait permis de gagner seulement 22 minutes ! Le coût exorbitant de la minute gagnée – 50 millions d’euros – n’était évidemment pas tenable”.

L’ensemble du communiqué est disponible ci-dessous.

“Le rapport de la commission « Mobilité 21 » sur le Schéma National des Infrastructures de Transports a été remis officiellement au gouvernement le 27 juin. Ses conclusions ont été soutenues par le premier Ministre Jean-Marc Ayrault.

Dans un contexte de tension économique et budgétaire, le rapport préconise des choix prioritaires qui aboutissent au report de la quasi-totalité des projets de Lignes à grande vitesse (LGV) après 2030. Il recommande aussi de se concentrer sur le développement de transports efficaces et des réseaux locaux. Les écologistes accueillent avec satisfaction l’esprit d’ensemble de ce rapport qui vient conforter le discours qu’ils n’ont cessé de tenir depuis des années.

Ces grands projets LGV représentaient des investissements démesurés, pour partie déjà engagés qui auraient été beaucoup plus utiles afin de rénover et moderniser les lignes existantes. L’investissement supplémentaire de 1,160 millions d’euros de la deuxième phase de la LGV RhinRhône aurait permis de gagner seulement 22 minutes ! Le coût exorbitant de la minute gagnée – 50millions d’euros – n’était évidemment pas tenable…Son report à horizon lointain, et incertain ainsi que d’autres comme le projet de LGV Paris-Orléans-Clermont-Lyon et la LGV Rhin-Rhône, exprime une vraie rupture.

Comme l’exprime le rapport de la commission, la réflexion en matière de transports doit porter sur la mobilité et plus seulement sur les infrastructures qui mettent les territoires en concurrence.

Les écologistes voient dans ce rapport une évolution enfin positive vers un nouveau modèle de déplacements. Une opportunité pour ne plus concevoir l’avenir ferroviaire à travers le seul prisme du réseau de TGV et de la vitesse à tous prix. Il s’agit d’un choix réaliste pour l’avenir: promouvoir des trains à haut niveau de service, efficaces, nombreux, qui n’oublieraient personne et qui donneraient la priorité aux transports du quotidien, accessibles à tous”.

Les commentaires sont clos.