Près de 64.000 Bourguignons vivent dans un logement suroccupé

2012-11-politique-urbanisme-françois-lamy-misnistre-ville-gresille-hlm-chantier-JJ-dijonscope-229

L’ a dressé le bilan de la suroccupation des logements dans la région. Il apparaît qu’en 2010, 63.800 résidants vivaient dans un habitat trop petit pour eux. Bien que ce phénomène de suroccupation soit en repli aussi bien au plan régional que national, il “concerne davantage les communes urbaines (4,8%) que les communes rurales (2,3%), les appartements (8,9%) que les maisons (1,9%)”, affirme l’ dans un communiqué de presse.

Au total, ce sont donc 17.200 ménages bourguignons qui sont concernés, “soit 3,6% des logements” disponibles dans la région. La Bourgogne est une des régions le moins touchée : elle est 10ème au rang des régions comptant le plus fort taux de suroccupation. “31% des logements de deux pièces sont suroccupés en Bourgogne, 7,2% des trois pièces, et seulement 2% des logements quatre pièces et plus”.

En Bourgogne, les communes les plus surrocupées sont Joigny, Tonnerre, Saint-Florentin et Sens, qui “détiennent des taux supérieurs à celui de Dijon”.

Pour consulter le communiqué de presse de l’Insee Bourgogne, cliquez ici.

Les commentaires sont clos.