Plongée dans les coulisses de l’absurde

2013-06-20-improvisation-alibis-stapo24

Quand ils arrivent à l’atelier, les sept comédiens amateurs ressemblent à Monsieur et Madame Tout-le-monde. Sauf qu’ils ont un talent caché. Alors, ils ne sauvent pas les immeubles en feu, c’est sûr, ils ne sont pas capables non plus d’avaler des sabres. En fait, leur pouvoir est invisible : ils savent improviser. Une qualité suffisamment rare aujourd’hui pour en parler, avoir le don de l’absurde devient très recherché, surtout en ces temps moroses où le rythme du métronome bat la cadence d’un système très cadré.

La compagnie amateur Les Alibis répète dans le fief bourguignon de l’, à (21). Oui, le député Rémi Delatte soutient la discipline avec ferveur. La compagnie prépare une rencontre assez haute en couleurs avec ses homologues à l’accent salé de Belgique et du Québec pour son 7ème Festival international- du 28 au 30 juin. Nous nous sommes faufilés dans l’une de leurs répétitions pour mieux entrevoir la recette du lâcher-prise.

Sportif et non intellectuel. L’exercice porte sur corps et la réactivité, et non sur les belles phrases. Car c’est ainsi que se libère l’esprit d’une journée remplie et formatée. Premier exercice : celui de la chaise. Le premier assis dessus doit entamer un dialogue sur lequel l’autre acteur doit se greffer le plus naturellement possible, le tout dure une dizaine de secondes puis la course repart. C’est fatiguant, c’est drôle, le craquage n’est souvent pas très loin. (Ecouter ici l’Exercice – sportif – d’improvisation)

2013-06-20-improvisation-alibis-stapo30

Second exercice : les acteurs en rond comme pour jouer à “la tomate” (jeu très pratiqué dans les MJC – en rond, pieds contre pieds jambes écartées) sauf qu’ici le ballon est un mot et il s’agit de ne pas le laisser filer. S’ensuit une chaîne spontanée de mots qui doivent avoir un rapport logique. Pas le temps de réfléchir, il faut savoir associer en un éclair des idées même lointaines. (Ecouter ici l’exercice cadencé d’improvisation)

L’échauffement terminé, viens le temps de l’atelier. Plusieurs exercices sont alors proposés, chacun d’entre eux est guidé par un thème et des contraintes physiques ou de scénario. Après un court “caucus” (concertation secrète), les acteurs se lancent sur la “patinoire” (la scène) sans filet.

2013-06-20-improvisation-alibis-stapo19

On assiste par exemple au procès d’une femme accusée d’avoir épilé un chat pour alimenter un trafic de contrefaçon. Les idées sortent spontanément et en flux continu de la tête de ces improvisateurs amateurs. Visiblement, il ne faut pas grand-chose, si ce n’est un peu de talent pour mettre en place un décor (humain), un scénario loufoque qui suit son cours tant que le chronomètre court.

Plus difficile, une autre improvisation sera chantée. Elle a pour thème Andy le magnifique, elle implique de trouver un air, et l’ambiance générale et racée d’une vraie scène musicale.

Retrouvez l’ambiance improbable des deux improvisations …

Tribunal : Le chat de contrefaçon

Ecouter “Accusée d’avoir épilé un chat”

2013-06-20-improvisation-alibis-stapo15

Comédie musicale : Andy le magnifique

Ecouter “Andy le Magnifique”

2013-06-20-improvisation-alibis-stapo10

Les commentaires sont clos.