Archéologie préventive : Qu’y a-t-il sous la LGV ?

2013-06-culture-patrimoine-archeologie-fouille-magny-s-tille-agriculture-JJ-miroir-22

Le ministère de la culture organisait, ce week-end des 08 et 09 juin 2013 les Journées nationales de l’Archéologie sur l’ensemble du territoire. En Bourgogne, de nombreux sites, musées et animations étaient au programme et nous avons choisi de vous en présenter un : à la croisée entre plusieurs domaines que sont l’, la préservation du patrimoine, l’aménagement du territoire et les préoccupations économiques, le site de (21) est un exemple type de la coopération entre les services publics et privés.

Situé sur le tracé de la future ligne à grande vitesse (, branche Est 2e phase) ce site est une illustration du travail de l‘Inrap (Institut national de recherche archéologique préventive) qui intervient  avant la destruction d’éventuels vestiges par des travaux de grande ampleur (parkings, autoroutes etc.). Toute l’année, qu’il vente, qu’il pleuve ou qu’il gèle, les fouilleurs de l’ s’évertuent à sauver dans une relative urgence de nombreux vestiges d’une destruction partielle ou totale. En accord avec les aménageurs publics ou privés, en l’occurrence RFF (Réseau ferré de France) les services archéologiques réalisent des diagnostics préalables au cours desquels des indices seront, ou non, révélateurs de la présence de sites archéologique d’intérêt.

2013-06-culture-patrimoine-archeologie-fouille-magny-s-tille-agriculture-JJ-miroir-41

Photo Jonas Jacquel

Ce fut le cas pour le chantier actuellement en cours à Magny-sur-Tille qui fait état d’un vaste ensemble rural aux occupations variées dans le temps. L’emprise de la fouille concerne deux vastes secteurs d’une superficie d’environ 6,5 hectares. Les vestiges découverts depuis le début de la fouille, commencée en mars 2013, révèlent une implantation humaine relativement longue allant de l’Age du Bronze jusqu’à l’époque gallo-romaine (de 1800 av. à 450 après JC). Le site dispose de trois ensembles particulièrement intéressants, à savoir, une zone d’habitat, un tumulus gaulois et le passage d’une voie romaine.

Dans la zone d’habitation, une architecture plus importante semble se dessiner avec une double structure extérieure de poteaux porteurs dont les seules traces sont les négatifs des pieux dans le sol. Un quadrillage de trous perturbés par d’autres états d’occupation que les archéologues doivent démêler les uns des autres. Simple ensemble d’habitations ou structure agropastorale plus complexe, telle est encore la question que se posent les chercheurs.

2013-06-culture-patrimoine-archeologie-fouille-magny-s-tille-agriculture-JJ-miroir-24

Photo Jonas Jacquel

Plus loin, les restes d’une ancienne voie romaine attestent de l’attrait géographique du secteur qui se situe sur l’axe de voies de communications importantes, à proximité de la Saône et sur le trajet des importations issues de la méditerranée. Il faut savoir que les Gaulois étaient réputés pour leur salaisons de viandes mais ils excellaient également dans l’art de la forge et de la fabrication d’armes redoutables. Des secrets métallurgiques connus d’eux seuls leurs ont permis de disposer d’une supériorité technique, temporaire mais réelle, sur l’armement romain.

2013-06-culture-patrimoine-archeologie-fouille-magny-s-tille-agriculture-JJ-miroir-40

Photo Jonas Jacquel

Le tumulus, repéré par prospection aérienne, est un monument caractéristique du monde funéraire gaulois. D’une taille relativement importante, il fait état d’utilisations multiples et d’une augmentation régulière de sa circonférence et donc de sa taille, en hauteur comme en largeur. Les archéologues estiment au moins une vingtaine de sépultures réparties sous la forme de deux couronnes périphériques.

Le centre non encore fouillé cède pour l’instant la place aux suppositions. Des preuves montrent que des tombes ont été ré-ouvertes dans le temps pour y placer une deuxième personne ou pour faire de la place pour d’autres. Les os du défunt perturbé dans son éternel repos étaient néanmoins systématiquement déposés dans une petite boîte replacée près du nouveau locataire. Une manière de respecter la mémoire tout en optimisant un peu l’espace disponible…

2013-06-culture-patrimoine-archeologie-fouille-magny-s-tille-agriculture-JJ-miroir-17

Photo Jonas Jacquel

Quelle population était exhumée ici ? Simples citoyens ou personnages de haut rang ? Simple espace d’habitat et de transit ou exploitation agricole ?… Beaucoup de questions restent encore en suspens car la fouille ne fait que commencer…

Les commentaires sont clos.