Municipales 2014 : François Rebsamen au 2nd tour, tous les résultats de Côte-d’Or

Photo jonas jacquel

Photo jonas jacquel

Depuis 8 heures ce matin, le premier tour des élections municipales est ouvert. Les électeurs de toute la Côte-d’Or sont appelés aux urnes pour choisir parmi les 11 721 candidats.

Toute la journée, la rédaction se mobilise pour vous faire vivre les élections. À partir de 20h, en direct de la préfecture de Côte-d’Or, nous découvrirons les résultats des 705 communes de Côte-d’Or mais aussi les premières réactions.

Les résultats dans ma commune | Afficher en plein écran

Les réactions

Jean-Philippe Morel (UMP-UDI – Longvic)
“Notre équipe remercie les électeurs qui ont voté pour notre liste LONGVIC S’EVEILLE. La liste PS PCF a bénéficié d’une prime aux sortants, mais connait une forte baisse, loin des 70% de 2001 et des 60% de 2008, qui témoigne d’une sanction de l’action municipale et du gouvernement Hollande. Le candidat de gauche subordonné aux ordres du Maire de Dijon a préféré masquer tout au long de la campagne ses soutiens socialistes et communistes sur ses documents, et a soigneusement éludé tout débat de fond sur la commune. Pour notre part, dans la clarté nous avons proposé un projet de redressement de la commune qui va connaître des temps difficiles avec la décision de Mr HOLLANDE de fragiliser gravement notre base aérienne et donc notre ville. Nous serons là pour vous défendre, pour que la ville soit gérée sans dogmatisme politique, sans esprit de clan ni partisan. L’action municipale doit être menée au service de tous quelle que soit leur opinion. Nous serons au service des habitants pour éviter une détérioration de l’image de la ville de Longvic par une action municipale qui contribuerait à chasser les classes moyennes de la commune : nos militaires ne seront pas remplacés par le chaos ! Vous pouvez compter sur nous pour continuer à porter votre voix au sein du conseil municipal et votre souhait d’une autre politique municipale !”

Damien Thieuleux (UMP – Quetigny)
“Les résultats de l’élection viennent de me parvenir. Je tiens d’abord à saluer l’ensemble de nos concitoyens qui ont, en exerçant leur devoir civique, exprimé tout l’intérêt qu’ils portent pour notre ville.
C’est un démenti cinglant qui est adressé au maire sortant. Il y a quelques mois, la candidature que je souhaitais porter n’était qu’une hypothèse, elle est devenue une réalité, celle d’une équipe en action aujourd’hui reconnue.
Le second tour qui s’annonce sera décisif !
C’est un formidable espoir qui dès ce soir m’engage et m’oblige pour, plus déterminé que jamais, faire entendre à Quetigny un autre discours et préparer demain l’alternance que nombre de Quetignois désirent.
La confiance que les électeurs ont placée dans la liste Ensemble, un nouveau souffle pour Quetigny est le signe fort d’un nouvel élan.
Rassemblés, la victoire est à notre portée.”

Gilbert Menut (UMP – Talant)
“Les résultats donnent un avantage net à la liste Talant Ensemble que je conduis. Cette course en tête est le résultat d’une campagne de proximité et de vérité menée depuis des semaines sur le terrain par une équipe soudée et déterminée, qui savait pouvoir s’appuyer à la fois sur un bilan reconnu, mais aussi sur une réputation méritée : nous somme la liste des promesses tenues.
Dimanche prochain, il faudra confirmer ce score et porter au conseil municipal une majorité forte et constructive, désireuse d’avancer sereinement et avec tous les Talantais.
Dans un contexte de participation faible, j’observe certains aspects de ce scrutin qui posent question. D’abord, l’effondrement spectaculaire de la gauche, qui même avec l’extrême gauche, ne dépasse pas 30 %. Elle paye ici une politique nationale mauvaise dont les électeurs se défient. Cette politique a aussi pour conséquence l’apparition d’une liste intermédiaire, qui fait jeu égal avec elle et qui naît des fractures sociétales provoquées par le gouvernement : les institutions, les représentations politiques habituelles sont contestées. Une part non négligeable des électeurs sont prêts à se tourner vers des listes aux contours flous, aux idées hasardeuses, aux projets par défaut. Il faudra prendre en compte cet appel de l’électorat et travailler à restaurer la confiance. C’est sur cet objectif que porteront les efforts de Talant Ensemble, toute cette semaine d’abord, au contact des Talantais.”

Pierre Pribetich : On a connu de meilleur soir. Il faut prendre en compte le contexte national et les affaires.

François Rebsamen : Au niveau national, l’UMP n’est pas en situation de perforer. Il y a en revanche une montée de l’extrême droite. La collusion intellectuelle entre la droite et son extrême est faite. Au niveau local, j’ai mis la barre un peu haute en pensant passer dès le 1er tour. Le résultats est excellent, mais le compte n’y est pas.

David Lanaud du Gray : Je n’ai pas pris goût a la politique. A cause de la réaction de certains candidats. Ils n’ont pas compris ma candidature. Je ne suis pas comme eux, ils ne m’acceptent pas tel que je suis. Nous sommes très contents du score que nous avons réalisé mais une grande frustration de ne pas avoir de conseiller municipal. Nous avons des gens de gauche et de droite, je ne peux pas appeler à voter pour un candidat, je ne suis pas proriétaire de leur voix

Isabelle de Almeida : Je suis déçue. Je pensais faire plus, aussi bien au local qu’au niveau national pour le Front de gauche. Plusieurs candidatures ont brouillé la politique.

Le direct

21h28 : À Saint-Apollinaire, 78,83% pour Rémi Delatte (UMP). Philippe Ardouin aura trois sièges et 21,71% des exprimés.

21h20 : Une triangulaire à Talant. C’est ce qui semble se dessiner au regard des premiers résultats. Gilbert Menut (UMP) obtient 45% des suffrages, la liste dissidente de Cyril Gaucher empocherait 25%.

21h15 : À Vitteaux, la liste de Bernard Paut, l’ancien adjoint de François Sauvadet ne recueille que 60% des suffrages. La liste menée par Etienne Jobard (PRG) obtient elle 40%.

21h : A Beaune, c’est un plébiscite pour Alain Suguenot (UMP). Il récolte 75,24% des voix. Jacques-Hervé Riffaud obtient lui 14,49% et Jacques-Robert Thomas, 10,28%

20h45 : François Rebsamen à Dijon recueillerait près de 45% des suffrages. Il tiendra une conférence de presse dans quelques minutes. Edouard Cavin pourrait se maintenir au second tour.

19h : Le scrutin est clos dans toutes les communes de Côte-d’Or. Rendez-vous à 20h pour découvrir les résultats.

18h : La plupart des bureaux de vote sont clos. Pour les habitants des villes de Chenôve, Chevigny-Saint-Sauveur, Dijon, Fontaine-les-Dijon, Longvic, Quetigny, Saint-Apollinaire et Talant, la fermeture est fixée à 19h. Les premiers résultats des 705 communes de Côte-d’Or sur Le Miroir Mag à partir de 20h.

17h05 : La préfecture de Côte-d’Or vient de dévoiler les taux de participation au premier tour des élections municipales à 17h. Sur le département, celui-ci s’établit à 53,53% contre 64,28% en 2008.

  • Côte-d’Or : 53,53% (64,28% en 2008)
  • Nièvre : 57,36% (60,85% en 2008)
  • Yonne : 57,02% (58,70% en 2008)
  • Saône et Loire : 56,34% (55,94% en 2008)
  • Bourgogne : 56,17%

12h02 : La préfecture de Côte-d’Or vient de dévoiler les taux de participation au premier tour des élections municipales. Sur le département, celui-ci s’établit à 21,02% contre 26,99% en 2008.

  • Côte-d’Or : 21,02% (26,99% en 2008)
  • Nièvre : 24,48% (26,47% en 2008)
  • Yonne : 29,53% (26,02% en 2008)
  • Saône et Loire : 28,51% (26,37% en 2008)
  • Bourgogne : 26,01%

11h15 : Toujours dans la salle des mariages de la mairie de Dijon, c’est au tour d’Alain Houpert de voter avec sa fille Alexandra. Au même moment, salle Devosge, le sénateur-maire sortant, François Rebsamen glissait lui aussi son bulletin dans l’urne

Alain Houpert, candidat UMP à la mairie de Dijon | Photo Jérémie Lorand

Alain Houpert, candidat UMP à la mairie de Dijon | Photo Jérémie Lorand

10h45 : Deux baguettes de pain sous le bras, le candidat sans étiquette David Lanaud du Gray a voté, dans la salle des mariages de la mairie de Dijon.

David Lanaud du Gray, candidat sans étiquette à Dijon | Photo Jérémie Lorand

David Lanaud du Gray, candidat sans étiquette à Dijon | Photo Jérémie Lorand

08h52 : Vous ne savez pas encore pour qui voter ? Pas de panique, nous pouvons vous aider. Retrouvez les interviews des candidats, en partenariat avec Radio Dijon Campus. 08h20 : Edouard Cavin, tête de liste “Dijon bleu marine”, était le premier des candidats dijonnais à voter. Vers 8h20, il a glissé son bulletin dans l’urne, dans l’école Voltaire

Édouard Cavin, tête de liste "Dijon bleu marine" | Photo Jérémie Lorand

Édouard Cavin, tête de liste “Dijon bleu marine” | Photo Jérémie Lorand

08h10 : Les premiers résultats ne pourront être dévoilés qu’à 20h. D’ici là, vous pourrez suivre les grands moments de la journée. Les candidats dijonnais, par exemple, vont quasiment tous aller voter dans la matinée. À midi, nous découvrirons le premier taux de participation.

08h : Le scrutin est désormais ouvert. Il sera clos, dans toutes les communes du département de la Côte-d’Or à 18h. À l’exception de huit communes où l’heure de clôture a été fixée à 19 heures : Chenôve, Chevigny-Saint-Sauveur, Dijon, Fontaine-les-Dijon, Longvic, Quetigny, Saint-Apollinaire et Talant.

07h50 : Le premier tour des élections débute dans dix minutes. En Côte-d’Or, ils sont 11 721 candidats à s’être déclarés en préfecture pour pourvoir les 9 383 postes, dont 8 073, rien que dans les communes. Une seule commune n’a pas de candidat, il s’agit du village de Bard-lès-Époisses. Dans le département, 32 communes n’ont pas assez de candidats pour remplir la totalité des postes à pourvoir. Orrêt n’en a qu’un seul, Semond cinq. Mais savez-vous vraiment qui se présente chez vous ? Petite séance de rattrapages avec notre cartographie interactive des candidatures.

Les commentaires sont clos.

  1. Moi j’irai au dépouillement de mon quartier!

    CamilleG le dimanche 23 mars 2014 à 16h00

  2. Pff ce site ne marche pas ça fait un quart d’heure que j’attend que ça charge et sur les autres sites tout marche. Pfff

    Moi le dimanche 23 mars 2014 à 21h32

  3. Tous les sites bugguent. Mais pour les petites collectivités, tu peux aller ici: http://www.boursier.com/elections/municipales/resultats-2014/ahuy/021003

    CamilleG le dimanche 23 mars 2014 à 21h45

  4. Pour Pierre Pribetich : faut prendre aussi en compte l’image que vous donnez du PS, un parti dominateur sur Dijon, non à l’écoute des citoyens, irrespectueux envers l’opposition, sans parler de votre urbanisme ni écologique, ni social. Taisez vous et laisser parler d’autres colistiers, qui sont humains.

    Joseph B le dimanche 23 mars 2014 à 23h35

  5. LES RESULTATS DE CE 1er TOUR ONT MONTRE QUE M. REBSAMEN n’est pas certain d’être réélu malgré son appel solennel à tous ces partisans “d’en finir une fois pour toute!”. Plusieurs raisons expliquent son insuccès.

    Ses 100 propositions ou “promesses” font penser à un comte de fée ou au titre d’un film au cinéma. Cette liste impressionnante de promesses font aussi rappeler aux français de celles de son ami, François HOLLANDE qui ne tient pas ses promesses. Il faut se rappeler que M. REBSAMEN est favorable aux cumuls des mandats, ce qui lui laisse une possibilité de prendre un “poste” à Paris.

    Son insuccès provient aussi de son manque de sens démocratique en refusant de participer au débat public lors de la campagne électorale. Les Dijonnais qui votent, ont le droit de connaître les différences qui opposent les candidats. En refusant de participer au débat pré-électoral, M. REBSAMEN a cru, à tort, “bien s’asseoir dans son fauteuil confortable” et a méprisé le public qui vote.

    Il a aussi sous-estimé ses adversaires et les mauvais classements publiés par les organes de presse. Ces derniers ont formulé plusieurs remarques quant à l’économie, au transport, à l’urbanisme et à la fiscalité de Dijon. Cependant M. REBSAMEN pratique une politique de dénigrement systématique des critiques à son égard. Une de ses premières armes était d’utiliser, dans un communiqué d’Alain HOUPERT, une faute de frappe concernant le nombre d’étudiants à Dijon. L’ancien Président des Universités, et peut-être ami politique, a monté au créneau avec un grand article de presse pour rectifier cette “impressionnante” faute de frappe, et en parlant de l’Université, combien de fois les examens des étudiants ont-ils été annulés à cause des fautes de frappe dans les énoncés ?. Partir de là, le candidat REBSAMEN va à la chasse aux sorcières en lançant le slogan : “HOUPERT ne connaissent pas les chiffres!”. Et il accuse par le même coup son adversaire d’avoir utilisé une publication datée de 2012, sur les accès des personnes handicapées dans la ville de Dijon. Une association lui a même donné un coup de pub en publiant dès le début de 2014, une étude portant sur 2013. C’était une boutade énorme qui allait le discréditer silencieusement mais sûrement. En effet, toute publication sérieuse nécessite l’examen d’un comité d’experts qui valident ou non l’étude, et cet examen demande un délai minimum d’au moins quelques mois. Ainsi, vouloir à tout prix affirmer, dès le début de 2014, la validité d’une étude effectuée tout au long de 2013, n’est pas une démarche sérieuse mais plutôt “électorale”!.

    Un des sujets les plus préoccupants des Dijonnais est représenté par les énormes emprunts (et donc les dettes) de notre ville, rapportées par la Revue Capital. Alain HOUPERT les a sans doute étudiées depuis longtemps puisqu’il les a annoncées avec des chiffres. Curieusement, M. REBSAMEN a contesté ces chiffres, sans fournir les “vrais”, alors qu’il détient tous les contrats d’emprunts de Dijon. D’habitude, lorsqu’on tient à démentir un chiffre, on doit en fournir le vrai avec preuve à l’appui. Curieuselent, M. REBSAMEN conteste les chiffres d’Alain HOUPERT sans fournir aucun autre chiffre en retour. De ce fait, M. REBSAMEN laisse planer un doute angoissant sur l’avenir de nos concitoyens. De plus, il tend à noyer le poisson en citant le rôle de la Chambre Régionale des Comptes. Or, sans être expert, tout le monde sait très bien que l’on peut faire plusieurs combinaisons d’emprunts et de remboursements selon le type de contrat. Et, dans ce domaine, la “réputation” de la banque DEXIA dont M. REBSAMEN connaissait bien, n’est pas à citer!. En claire, les Dijonnais peuvent très bien paraître peu endettés aujourd’hui, mais ils risquent de payer lourdement plus tard selon la formule similaire : “Partez en vacances maintenant, vous paierez après!”. Jusqu’à ce jour, M. REBSAMEN ne communique jamais aux Dijonnais les vrais chiffres d’endettement mentionnés dans les contrats d’emprunts de la ville. Par contre, il cite à plusieurs reprises l’endettement de Salives où Alain HOUPERT est élu depuis 1983. Les habitants de Salives continuent à faire confiance à son Maire jusqu’au dernier dimanche 23/03/2014. Ils savaient qu’Alain HOUPERT est honnête et sa gestion est transparente. Alain HOUPERT n’a jamais cherché à camoufler l’endettement de Salives dont les habitants savaient aussi que la ville de Fontenay aux Roses a obtenu de l’Etat près de 8,5 millions d’euros au sujet des taxes de son centre d’énergie atomique(CEA).

    Contrairement aux habitants de Salives, les Dijonnais ne connaissent pas les chiffres des emprunts de leur ville. Ainsi, la “métamorphose grandiose” de Dijon que vante M. REBSAMEN laisse un arrière goût amère pour ceux qui seront obligés de déléguer les dettes actuelles à leurs enfants. Dijon donne une fausse apparence trompeuse. On nous berce et nous invite à continuer de faire la fête pendant que le bateau coule.

    Je ne cherche pas à discréditer M. REBSAMEN sans preuve. Dans un communiqué de presse, il a dit que depuis qu’il est élu, on commençait à voir des employés d’origine étrangère dans les services de la ville. Cette déclaration est à la fois choquante et mensongère : choquante car elle soulève la ségrégation raciale, voire la haine, à des fins électorales !. Mensongère car il existait déjà plusieurs employés de la ville d’origine étrangère bien avant l’arrivée de M. REBSAMEN. Je me permets de rappeler qu’auparavant, pour avoir la nationalité française, il fallait effectuer obligatoirement le service national, que savoir chanter l’hymne national n’était pas suffisant et qu’on vous apprenait le “nombre de couplets de la Marseillaise”. Je suis certain que très peu d’entre vous connaissent ce nombre de couplets. De même, il fallait bien évidemment savoir parler correctement le français, et aussi de connaître la date de la création de l’académie française, de savoir citer RICHELIEU et les auteurs des 3 premiers dictionnaires français!. Ainsi, dans un but de récupération électorale, Monsieur REBSAMEN a fait un grossier dérapage en voulant donner un faux exemple anti-raciste qui ne peut que se retourner contre lui-même.

    Il y a encore bien d’autres dérapages discréditants, mais j’en passe en citant le dernier qui porte atteinte aux valeurs et à l’image de la France : M. REBSAMEN a voulu défendre maladroitement son ami, le Président HOLLANDE lorsque ce dernier a rencontré des problèmes personnels pour lesquels il a dû “fuguer” du scooter. L’image a été diffusée dans le monde entier. Dans cette affaire, M. REBSAMEN a publiquement minimisé le rôle de la Première Dame de France. C’est la première fois que qu’une personnalité représentant du Capital des Ducs de France a pu “souiller” le Grand Rôle d’Ambassadrice des valeurs culturelles et humanitaires de la France.

    lamquocdung le lundi 24 mars 2014 à 21h18