Municipales 2014 : Qui se présente chez vous ?

2014-03-election-municipales-JJ-miroir-2

Les premières affiches apparaissent sur les panneaux électoraux. Depuis ce lundi 10 mars, la campagne officielle pour le premier tour des élections municipales a débuté. En Côte-d’Or, ils sont 11 721 candidats à s’être déclarés en préfecture. Mais savez-vous de qui il s’agit ?

Le 23 ou le 30 mars prochain, nous connaitrons le (nouveau) visage des communes du pays. “Il y a 9 383 postes à pourvoir, dont 8 073 rien que dans les communes”, souligne le préfet de région Pascal Mailhos. Pendant plusieurs semaines, les services de l’État se sont mobilisés pour inciter les citoyens à venir se déclarer en préfecture. Une obligation depuis cette année. Une seule commune n’a pas de candidat et une autre n’en a qu’un seul. “Dans les deux cas, le scrutin ne peut se tenir, mais ces communes ont une seconde chance. Des candidats peuvent se déclarer avant le second tour”. Ce devrait notamment être le cas pour Bard-les-Epoisses selon le préfet.

Pour être élu, un conseil municipal doit au moins comporter deux élus : un maire et son premier adjoint. Dans le département, 32 communes n’ont pas assez de candidats pour remplir la totalité des postes à pourvoir. Orrêt n’en a qu’un seul, Semond cinq. Dont quatre avec le même patronyme. Le Code électoral, pour les communes de plus de 500 habitants, limite à deux le nombre des ascendants et descendants, frères et sœurs, qui peuvent être simultanément membres du même conseil municipal.

Pour connaitre le nom des candidats dans votre commune, il suffit de cliquer sur la carte ci-dessus.

Dans les communes de plus de 1 000 habitants, l’électeur vote à la fois pour les conseillers municipaux et les conseillers communautaires, par fléchage. Une nécessité démocratique face au transfert croissant de compétences des communes vers les structures intercommunales. Dans les communes de moins de 1 000 habitants, les conseillers communautaires seront désignés dans l’ordre du tableau, c’est-à-dire le maire puis les adjoints puis les conseillers municipaux ayant obtenu le plus de voix lors des élections municipales.

Mais la grosse nouveauté de cette élection réside dans la réduction du panachage. Cette technique qui permet d’ajouter ou supprimer des noms va être considérablement restreinte puisqu’elle ne concerne désormais plus que les communes de moins de 1 000 habitants. “Les bulletins qui comporteront un nombre inférieur ou supérieur de candidats qu’il n’y a de conseiller à élire seront considérés comme valables, mais les voix pour les personnes non déclarées en préfecture ne seront pas décomptées”, explique le préfet. À noter aussi que si le bulletin comporte plus de noms qu’il n’y a de places à pourvoir, les derniers noms de la liste ne seront là aussi pas décompté.

Tracts et professions de foi…

Durant la campagne officielle, les candidats ont plusieurs moyens de propagande à leur disposition. Allant des réunions électorales à l’affichage sur les panneaux électoraux. Tout affichage est d’ailleurs interdit en dehors des panneaux mis en place par les mairies. Dans les communes de moins de 1 000 habitants, ils sont distribués dans l’ordre d’arrivée des demandes alors que dans les autres communes, ils sont distribués après tirage au sort.

Les commissions de propagande vont bientôt entrer en action. Elles permettront d’adresser aux électeurs les documents électoraux. Dans les grandes communes uniquement. Ne vous restera alors plus qu’à faire votre choix avant d’aller voter. Mais là aussi en prenant quelques précautions. “Il faudra obligatoirement se munir d’une pièce d’identité avec photo”, détaille le préfet de région. “Permis de chasse, carte d’identité, carte Vitale”. Les solutions sont multiples.

À noter aussi que si vous souhaitez faire une procuration, la démarche est désormais simplifiée. Le dossier se prépare sur internet avant d’être déposé au tribunal de grande instance, au commissariat de police ou à la gendarmerie.

Les commentaires sont clos.