Cap21 dénonce les accords d’Areva de développement du nucléaire au Japon

Le parti Citoyenneté, action, participation pour le 21ème siècle ()  de Côte-d’Or pointe du doigt un accord entre l’entreprise française de nucléaire Areva et deux sociétés japonaises spécialisées dans le secteur, en marge du déplacement présidentiel au Japon, vendredi 07 juin.

“Areva apportera notamment son expertise technique pour la poursuite de la construction de l’usine japonaise de fabrication de combustible Mox”, indique leur communiqué de presse. Cap21 rappelle également que le nouveau gouvernement japonais, conservateur, “prône le redémarrage des réacteurs nucléaires”, alors que le gouvernement sortant promettait d’en sortir d’ici 2030.

A lire ci-dessous l’intégralité du communiqué de presse de Cap21 : 

CAP21 dénonce les accords d’Areva de développement du nucléaire au Japon

Lors de la visite de François Hollande au Japon, le 7 juin Luc Oursel, Président du Directoire d’AREVA, a signé avec les entreprises JNFL (Japan Nuclear Fuel Ltd.) et ATOX une série d’accords pour la poursuite et le développement du partenariat stratégique franco-japonais dans le nucléaire civil.

AREVA apportera notamment son expertise technique pour la poursuite de la construction de l’usine japonaise de fabrication de combustible MOX, dont la technologie s’inspire de l’usine AREVA de MELOX en France. On connait l’impact du MOX en matière de sécurité.

CAP21 regrette le soutien de la France au projet de développement du nucléaire du nouveau gouvernement conservateur japonais qui prône le redémarrage des réacteurs. Le gouvernement de centre-gauche sortant, et battu dans les urnes en décembre dernier, avait promis pour sa part d’abandonner l’énergie nucléaire d’ici à la fin des années 2030. CAP21 s’inquiète de la politique de promotion du nucléaire du gouvernement de François Hollande.  

CAP21 dénonce cet accord qui montre l’absence de cohérence de la politique énergétique et de développement industriel à l’heure du débat sur la transition énergétique et l’absence d’éthique alors que des mesures d’impact sont en cours sur la santé de la catastrophe de Fukushima et démontrent la dangerosité du nucléaire.

Les commentaires sont clos.