La ville de Talant n’appliquera pas la réforme des rythmes scolaires en septembre

Photo Jonas Jacquel

Photo Jonas Jacquel

Talant n’appliquera pas la dans ses écoles. Si en France, plus de 2 500 communes auraient pris une délibération dans ce sens, la ville est la première du département à revendiquer clairement ce choix. La prochaine rentrée se fera donc selon les conditions habituelles d’encadrement et d’accueil.

Une rentrée classique

À quelques jours des élections municipales, (UMP) se défend de tout calcul politique. “Je ne veux pas que ce sujet devienne l’otage des positionnements politiques qui se manifesteront à ce moment-là”, explique-t-il. Pourtant, celui qui se bat depuis un an contre cette réforme vient de frapper un grand coup en annonçant son intention de suspendre sine die l’adaptation de la réforme à Talant. “La méthode de mise en place par un décret ministériel manifestement non-préparé et surtout non-accompagné a beaucoup choqué et a ,de fait, desservi la cause qu’il devait promouvoir”, explique-t-il dans un courrier envoyé au recteur de l’Académie de Dijon.

Le maire de la ville note que le coût annuel par élève est évalué, hors problèmes de transports, à 100 ou 150 euros par enfant. “Cette dépense supplémentaire n’est pas concevable dans le contexte de restrictions budgétaires du gouvernement actuel à l’égard des collectivités locales”, explique Gilbert Menut. Il propose même à l’administration de repousser l’application de cette réforme à plus tard. “Comme elle vient de le faire pour la réforme des programmes de l’école maternelle”.

Car les griefs de Gilbert Menut contre la loi ne manquent pas : “Aucune cohérence de contenu et de fonctionnement, aucune amélioration sur le rythme de vie des enfants là où la réforme a été appliquée, fin de la sanctuarisation de l’école de la République voulue jusqu’ici, aucune garantie de qualité et d’égalité de moyens encore moins de péréquation en faveur des populations défavorisées”.

Le grand “coup de com’ “

Sauf que pour le chef de file de l’opposition, , cette sortie n’est rien d’autre qu’un “coup de comm” voire “une manipulation”. “Le maire de Talant n’a pas le pouvoir de ne pas appliquer cette réforme, mais, comme il le fait depuis des mois à des fins purement politiques, il ne peut que retarder sa mise en place”, explique-t-il. “Ce qui ne manque pas de créer et d’alimenter une inquiétude bien légitime chez les enseignants et les parents d’élèves”.

En attendant, chaque parent d’élèves a reçu une lettre justifiant cette non-application. “Dans beaucoup de communes passées à la réforme depuis 2013, les enseignants et les parents constatent des dysfonctionnements graves : les enfants sont plus fatigués, les conditions de vie dans les écoles se sont dégradées.” Sur la commune, à en croire les chiffres de la municipalité, plus de 80% des parents seraient contre.

“Le maire n’a strictement rien fait hormis alimenter la polémique et la querelle à grands coups de déclarations médiatiques”, ajoute Stéphane Woynaroski. “Aujourd’hui, la question n’est plus de débattre sur l’application ou non des nouveaux rythmes scolaires, mais elle est de savoir comment la mettre en place et dans les meilleures conditions possibles, en respectant les enseignants, les enfants, leurs familles”.

Les commentaires sont clos.

  1. Comme le dit Stéphane W., Gibus Ier est à la recherche permanente de couverture médiatique (tout récemment la BA 12 et anti-hallal) avec la complicité du Bépé.
    SW devrait occuper plus le terrain; candidat à l’alternance, il devrait se montrer plus entreprenant: cf “Talant Autrement!” illisible

    Dijon Autrement le mardi 4 mars 2014 à 16h57

  2. Je ne vois pas en quoi “refuser d appliquer une réforme” -qui est imposée de force sans avoir été votée- est un coup de com.
    Et celui qui l’a imposé cette réforme? C ‘est pas de la com’?
    En tout cas, la régression engendrée par cette réforme elle est nettement établie.
    Rejoignez le mouvement national (pétitions, courriers,association) pour demander l’arrêt de cette imbécile réforme
    http://clrdrs.fr/

    badioio le mercredi 5 mars 2014 à 9h06

  3. Et tout cela sur le dos des écoliers !! Le Maire ne pense qu’à être réélu et tous les moyens sont bons… Mais il est là depuis combien de temps ? au moins 30 ans ! Et en plus, il cumule, mairie, grand Dijon, conseil général, allez place aux jeunes

    bidouille le vendredi 7 mars 2014 à 8h31