Bourgogne : Le commerce international en recul

2013-03-industrie-economie-biscuiterie-mistral-semur-en-auxois-jj-dijonscope-87

Comme chaque année, la direction régionale des douanes vient de rendre son rapport de tendances concernant les échanges commerciaux de la Bourgogne à l’international. Et pour 2013, après une année 2012 plutôt stable, la région n’est pas épargnée par la tendance régressive nationale : la Bourgogne voit malgré tout ses volumes d’exportation diminuer de 1,51%, avec 8,8 milliards d’euros de produits vendus à l’étranger. Alors que l’Europe reste un client privilégié, les ventes en Asie chutent fortement.

Les produits métalliques et métallurgiques toujours à la 1ère place

Pour juger toutefois de la bonne santé économique de la région, il faut regarder du côté du solde export-import. S’il reste positif, l’excédent commercial est toutefois en repli de 2,81 %, et ne dépasse plus les 1,25 milliards d’euros. Une chute lente et progressive qu’enregistre la Bourgogne depuis une dizaine d’années, alors traditionnellement excédentaire grâce aux exportations de produits industriels.

En effet contrairement au cliché, ce ne sont pas les vins qui font en valeur la réussite économique de la région, mais l’industrie pour 42% des parts ! Et comme pour faire taire un second a priori, ce n’est pas la capitale régionale qui le permet, mais le département de Saône-et-Loire, toujours premier des quatre avec 42% des exportations, toutefois en net recul de 4,21% par rapport à l’année passée. Quant à ses voisins, la Côte-d’Or reste stable à 32%, l’Yonne perd 3% et la Nièvre enregistre une nette avancée avec +6,4 % en un an.

Côté clients, c’est le grand chamboulement. L’Asie réduit fortement sa demande, notamment en raison du recul spectaculaire de la Chine en matière d’export : -42,5 % ! Les importations de l’Empire du milieu baissent d’ailleurs aussi, de 3%. Sur le podium des importateurs de denrées bourguignonnes, on trouve donc l’Italie, suivie de l’Allemagne en nette baisse (-8%), puis l’Espagne, le Royaume-Uni et enfin les États-Unis.

Côté vins enfin, les bouteilles de Bourgogne enregistrent en 2013 un léger gain en valeur et un repli en volume. Surtout les rouges, qui ne représentent que 44% des exportations en valeur, et perdent 3% en un an.

Les commentaires sont clos.

  1. Produire et consommer localement…

    Dijon Autrement le vendredi 28 février 2014 à 15h22