Redécoupage électoral : L’opposition au conseil général contre-attaque

Photo Jonas Jacquel

Photo Jonas Jacquel

Après avoir envoyé un petit livret aux habitants du département, le groupe d’opposition des Forces de progrès au conseil général de Côte-d’Or diffuse depuis peu une vidéo pour expliquer la révision de la carte électorale. Une réponse à la massive campagne de communication lancée par le président du département, François Sauvadet.

Dès les premières lignes de cette “lettre”, les élus rappellent que le document est financé par les deniers propres des conseillers. Dans une interview qu’il nous avait accordée, le chef de file des socialistes au département, avait déjà dénoncé les techniques de François Sauvadet : “Les Côte-d’Oriens subissent un véritable matraquage dans les médias, les publications départementales, les abribus… Le tout payé par les contribuables”.

Au fil des pages on découvre un François Sauvadet grimé en chef de brigade, meilleur ouvrier de France et 21 questions sur cette réforme et le . “Bastion, désordre, tripatouillage, mise à mort. Les mots utilisés par la majorité UMP-UDI sont excessifs et relèvent plus de la passion que de la raison”, expliquent les élus. “L’excès nuit pourtant à la clarté et au sérieux du message”. Et cette fois-ci, c’est par le biais d’une vidéo que les élus veulent faire passer le message.

“La nouvelle réforme a été votée pour moderniser le mode de scrutin actuel pour deux raisons majeures : instaurer la parité homme femme et respecter l’égalité des citoyens devant le suffrage universel”. Le groupe est ainsi dans l’opposition dans l’assemblée départementale alors qu’elle est majoritaire en siège. “Une chose rendue possible en raison des écarts de population entre cantons. 38 630 habitants sur Dijon 2 et 1 154 pour Grancey-le-Château”.

“À l’issue de la révision de la carte, cet écart ne sera plus que de 1 à 1,57”, promet le groupe. “Les 23 nouvelles circonscriptions s’inscrivent dans la fourchette garantissant l’égalité démographique d’un écart maximal de 20% à la moyenne départementale de 22 798 habitants”. Selon les calculs des élus de gauche, il y aura neuf cantons à dominante urbaine, cinq cantons mixtes et neuf cantons à dominante rurale.

Les commentaires sont clos.

  1. A quand la fusion conseillers départementaux en régionaux? Urgence!

    Dijon Autrement le vendredi 21 février 2014 à 17h24