Dijon : Europe écologie – Les Verts ne “veut plus subir”

Photo Jonas Jacquel

Photo Jonas Jacquel

Ils étaient une composante de la majorité arc-en-ciel de François Rebsamen depuis 2008 et souhaitent le rester après les élections de mars 2014. Deux jours avant la présentation officielle de la liste par le sénateur-maire sortant, les sept colistiers (*) Europe-écologie – Les Verts se sont présentés à la presse, mardi 18 février 2014.

“Agir plutôt que subir”. En grosse lettre verte, les écologistes fixent le cap pour les prochaines années. “Nous avons un bon bilan”, se félicitent en cœur et , toutes deux conseillères municipales sortantes. “Notre démarche d’écologistes est transversale et permet d’assurer une cohérence dans les politiques publiques. Depuis 2001, la ville de Dijon et le Grand Dijon vont dans le bon sens avec la réalisation du tramway, la promotion du vélo, adoption du plan de sauvegarde de l’Ouche”. Mais pas que.

“Nous sommes vus comme des bétonneurs, mais nous avons passé, entre 2001 et 2013, la superficie des espaces verts de 650 à 800 hectares“, se félicite , adjointe aux parcs et jardins. “Les Dijonnais ne sont pas à plus de 500 mètres d’un parc ou d’un square”. Les conseillers sortants – au nombre de trois sur sept – vont tour à tour égrainer le bilan qui justifierait à lui seul le souhait d’Europe Ecologie de repartir avec François Rebsamen.

Dissensions au moment de la décision

Mais cette décision s’est prise au terme d’une négociation houleuse. La vie classique d’un parti, résume en somme Catherine Hervieu. “Il y a eu des débats, assez toniques, mais avec l’intelligence collective, on peut faire beaucoup”. Pour mémoire, les écologistes s’étaient déchirés sur la stratégie à adopter. Les adeptes de la liste autonome menaçant même de porter l’affaire devant les tribunaux.

“Nous avons toute notre place dans la majorité”, ajoute Stéphanie Modde. Au même moment, Jean-Patrick Masson pousse la porte du restaurant où sont réunis les écologistes.

L’ancien élu EELV, devenu adjoint au maire n’est pas sur la liste des colistiers verts. Et pour cause, cette fois-ci François Rebsamen l’a directement introduit dans sa liste et pas en tant que partenaire. “Ils m’ont invité, car nous partageons les mêmes idées”, explique-t-il pour justifier sa présence.

“L’écologie politique à toute sa place, y compris dans une dynamique de rassemblement”, poursuit Stéphanie Modde. Pourtant, lors de son discours de lancement de campagne, François Rebsamen avait un peu égratigné le parti : “Maintenant, nous n’avons plus besoin d’eux”. Avant de rapidement ajouter : “Nous sommes tous écolos dans l’équipe”. Catherine Hervieu retourne la situation : “Nous sommes le seul parti qu’il a cité”, note-t-elle.

Photo Jonas Jacquel

Photo Jonas Jacquel

Déjà plusieurs pistes programmatiques

Alors ils ont débattu et négocié avec François Rebsamen. “Nous gardons notre liberté de parole, notamment sur l’aéroport ou la phase 2 de la LGV”, promettent-ils. “Nous avons toujours su nous exprimer lorsque ceci était nécessaire”. Plusieurs propositions, de consensus ont pourtant été dégagées. Comme la végétalisation de la ville par le biais des toits, des balcons et des façades ou encore la création d’une maison de la santé environnementale et d’un agenda 21 de la culture. “Nous n’allons pas nous endormir sur nos lauriers”, assure Stéphanie Modde.

de proposer d’augmenter la part des produits biologiques et locaux dans la restauration collective : “Avec les Ehpad, les écoles, les crèches près de 1,2 million de repas sont servis à Dijon chaque année. Nous proposerons de passer la part des aliments issus de l’agriculture biologique de 10 à 30%”.

Autre dossier important, celui des déchets. “Nous proposerons la mise en place d’un nouveau mode de redevance dont la tarification est liée directement à la quantité de déchets produite par les usagers”, explique . “À Besançon, cette redevance incitative a permis d’augmenter de 30 à 40% le taux de recyclage”. Le coût sur la facture serait lui globalement positif pour l’usager : “Seuls 20% ont dû payer plus”.

(*) Les sept colistiers EELV de la liste conduite par François Rebsamen
Stéphanie Modde (sortante)
Patrice Château
Catherine Hervieu (sortante)
Frédéric Faverjon
Christine Durnerin (sortante)

Les commentaires sont clos.

  1. Stéphanie M…aire!!!

    Dijon Autrement le mercredi 19 février 2014 à 19h17

  2. A l’époque de Poujade, j’avais demandé pourquoi il n’y avait pas de container à verre à Dijon (à l’image de l’Allemagne, bien en avance sur nous) ; réponse : “pour ne pas défigurer le centre ville”. Avec des raisonnements de ce niveau, pas étonnant que la France soit arriérée en matière d’environnement !! A propos de la taxe d’enlèvement des ordures ménagères liée à la quantité (nombre de levées), c’est un excellent moyen, pour rendre les gens vertueux et plus sélectif en matière de consomation, mais vu l’incompétence de beaucoup en matière de tri…on en revient à l’arriération ; pour exemple, mon voisin, chirurgien, ne savait pas que le polystyrène ne se recycle pas et ne doit pas être mis en poubelle jaune….

    soleil vert le jeudi 20 février 2014 à 11h21

  3. “Nous gardons notre liberté de parole, (…)”, promettent-ils. “

    Une promesse est une promesse ! C’est pas gagné car le PS n’y connaît rien et ne comprend rien aux problèmes écologiques. Alors, même si le PS de monsieur Rebsamen souhaite faire quelque chose qui ne va pas dans le sens du respect de l’environnement, faudra pas le suivre.

    dijon-ecolo le jeudi 20 février 2014 à 13h27

  4. Je pense qu’il faut être clair. Les verts avaient-ils les moyens de monter une liste autonome ? Bien sur que non. Après je respecte leur choix, mais c’est dommage.

    Arnaud Guvenatam le jeudi 20 février 2014 à 15h35

  5. Il ne veulent plus subir ?????? Mais ils remettent le couvert ?????

    Alex le jeudi 20 février 2014 à 22h49

  6. chouette plein d’herbe !!! les 20 000 pauvres dijonnais ( 13 % de la population ) vont pouvoir manger de la salade ; sauf si le betonnage immobilier de luxe a outrance et le manque de logements sociaux les chassent de dijon vers la banlieue ( 6 000 familles attendent depuis des années ) , comme dans les villes de droite ; deja que la banque sociale et solidaire , le credit municipal vient d’etre detruite par le maire sans un mot des conseillers municipaux majoritaires ;; vraiement pas tres clairs ces verts !!!! mais c’est bon pour leurs carrieres , plus de deputés malgré un score minable ! et 2 ministres inutiles c’est super !; soyons juste , c’est pas en soutenant les pauvres qu’ils auraient obtenu toutes ces faveurs ;et ils s’etonnent que les electeurs les classent dans les “tous pourris ” et vont s’abstenir ou pire encore ecoute les sirenes a langues fourchues de la droite extreme ; tant pis si ça pique ; ça aide a se poser les vraies questions ….

    mangione daniel le samedi 22 février 2014 à 10h18

  7. Ils sont où Mme Durnerin les 150ha nouveau d’espaces verts ? On aurait déconstruit 150 ha en 12 ans sur Dijon ?

    Parler vrai le samedi 22 février 2014 à 17h08