Quetigny : Michel Bachelard (PS) veut “propulser la ville dans le 21ème siècle”

Michel Bachelard, maire PS de Quetigny, vice président du Grand Dijon | Photo Jonas Jacquel

Michel Bachelard, maire PS de Quetigny, vice président du Grand Dijon | Photo Jonas Jacquel

Comme tout candidat sortant, c’est par le bilan que a débuté sa campagne, jeudi 13 février. Entouré de Michel Neugnot, secrétaire fédéral du PS, de la députée Kheira Bouziane, de la maire de Longvic Claude Darciaux et de son premier adjoint, Rémi Detang, il a assuré “avoir la passion de sa ville” et nourrir “la volonté de porter une ambition nouvelle”, pour cette dernière. Les 23 et 30 mars prochains, il conduira donc la liste de large rassemblement, en mouvement.

Le tramway pour bilan

Il suffit de prendre son tract pour s’en convaincre. S’il est bien une réalisation qui rend fier Michel Bachelard, c’est le tramway. “Il conforte l’accessibilité, la vitalité et l’image de la ville”, assure-t-il. Depuis septembre 2012 la ligne T1 permet en effet de relier le centre de la commune à la gare de Dijon en passant par l’Université et le Centre hospitalier universitaire. “Nous avons fait ce que nous avions dit, nous avons su rester solidaires et dynamiques”.

“Nous devons répondre aux enjeux d’aujourd’hui et anticiper ceux de demain”, poursuit le maire socialiste sortant. Pour lui, le maire restera toujours l’échelon de base, par delà toutes les réformes. Alors c’est avec fierté qu’il égraine les quelques grandes réalisations : la remise du label Agenda 21 en décembre 2013 qui vient récompenser les efforts en terme de développement durable, l’ouverture de la salle festive La Colline à deux pas de la piscine olympique de l’agglomération. “Le tout en maitrisant les finances”. La dette s’élèverait à 201 euros par habitant alors que la moyenne pour les communes de plus de 10 000 habitants est de 1109 euros par habitant.

Pour le prochain mandat, Michel Bachelard annonce déjà la couleur : la centralité sera au cœur des esprits. S’il n’a pas encore dévoilé son projet, on sait que le projet de restructuration de la place centrale Roger-Rémond est dans les cartons depuis de nombreux mois. Avec l’arrivée du tramway, les réunions publiques s’enchainent pour dégager un projet.

Enfilant sa casquette de vice-président du Grand Dijon, il assure que la prolongation du tramway vers la commune voisine de Chevigny-Saint-Sauveur n’est pas encore à l’ordre du jour, “même s’il a vocation à y aller”. Des bus à haut niveau de service vont en revanche être mis en place par le Grand Dijon dans les prochains mois sur les axes principaux de la ville.

50% de renouvellement

“Quetigny est une ville profondément ancrée à gauche”, poursuit Michel Bachelard. Cette fois-ci et pour la première fois, l’opposition pourrait pourtant bien faire son entrée au conseil municipal. “Je trouvais anormal que personne ne se présente. Ils ont du mal à trouver cette personne alors ils l’ont fait venir en tramway, de la ville d’à côté”. Il s’agit de Damien Thieuleux, ancien responsable des Jeunes populaires (UMP).

De son côté, Michel Bachelard se félicite d’avoir réussi l’union. Sa liste comportera quatorze nouveaux, dès la deuxième position. “Un contrat de génération” plaisante-t-il puisque les anciens conseillers formeront les nouveaux. La liste sera présenté le 8 mars. “Nous resterons fidèles aux valeurs et aux principes de la ville, celle d’en faire une commune équilibrée, aérée de 10 000 à 12 000 habitants”.

Réunion publique de Michel Bachelard “Bilan et perspectives”
Mercredi 19 février à 19h
Salle Nelson Mandela

Les commentaires sont clos.

  1. Et monsieur Bachelard peut il dire quand il fera mettre aux normes les enseignes illégales de Flunch et Carrefour sur sa commune ? Encore un maire qui baisse la tête devant des entreprises en situations illégales, des entreprises qui n’ont rien à faire du paysage. C’est indigne d’un maire.

    dijon-ecolo le lundi 17 février 2014 à 23h33

  2. Quid des labels ISO 9001 & 14001 dans le “Grand Marché”?

    Dijon Autrement le mardi 18 février 2014 à 6h20