Des dissonances à la Maitrise de Dijon

2014-02-st-benigne-maitrise-JJ-miroir-3

Lorsque l’on téléphone au groupe Saint-Bénigne, la voix nous annonce que nous allons patienter en musique, “avec les chœurs de ”. Pendant quelques secondes, les chants résonnent avec une belle harmonie. Pourtant, ces chœurs pourraient déménager. C’est en tout cas ce que craignent les parents d’élèves.

La direction du groupe souhaite délocaliser l’établissement scolaire dans le quartier des Bourroches. L’établissement dijonnais est une véritable institution, installée à deux pas de la cathédrale Saint-Bénigne. Alors, à l’occasion de la journée portes ouvertes du 15 février, les parents vont se mobiliser pour que ce projet reste à l’état embryonnaire. Ils ont lancé une pétition en ligne.

La maitrise des coûts pour donner le la

L’école maitrisienne régionale de Dijon, qui propose un cursus aménagé pour permettre aux élèves de pratiques une activité artistique ou dramatique pourrait bien quitter le centre-ville. Une délocalisation pour l’association de parents d’élèves. Depuis le 6 mai 2013, la direction a fait part de son projet de construire des locaux dédiés à la Maitrise sur le site de la rue de Pommard où se concentre déjà quelques classes.

Alors est-ce une opération immobilière laissant envisager des gains financiers ou un véritable besoin de mutualisation ? Le directeur, Pierre Laffite, ne veut pas entrer dans la polémique, mais assure qu’il s’agit là d’une question de survie. “Nous portons l’établissement depuis quinze ans, nous avons fait de très belles choses, mais nous n’avons pas vocation à garder les deux sites”. Pour appuyer sa démonstration, l’homme cite les effectifs projetés de la rentrée 2015. De quoi remplir quatre classes de primaires et quatre classes de collège.

Pas suffisant, d’autant que le groupe dispose d’un autre établissement, dans le quartier des Bourroches, pour les élèves qui ont arrêté de chanter par exemple. “La direction évoque des problèmes financiers qui justifieraient la vente des bâtiments de la rue du Tillot mais elle envisage un investissement de plusieurs millions rue du Pommard”, assurent en cœur les parents d’élèves, représentés par l’Apel.

“Les parents n’ont été ni questionnés ni informés des changements”, poursuit l’Apel. En effet, l’établissement est une Nouvelle association d’éducation populaire, dirigée par un Conseil d’administration et dans lequel ne siège aucun parent. Ils auraient même reçu le soutien de Monseigneur Roland Minnerath, l’archevêque de Dijon.

Le Diocèse ne nous a cependant pas confirmé une telle position. “Une rencontre a eu lieu mercredi 12 février pour discuter, échanger. Aucune décision n’a été prise pour le moment et elle ne le sera pas avant la fin 2014”, assure le délégué épiscopal à l’information, en précisant qu’il faut faire preuve de prudence pour ne pas nuire à l’établissement.

Les parents craignent les fausses notes

L’établissement de la Maitrise est installé dans ces locaux depuis 1967. Auparavant, les élèves devaient se rendre rue Crébillon, quelques centaines de mètres plus au sud. “Il y a un attachement fort au lieu”, reconnaît Pierre Laffite. Au lieu, mais aussi à la cathédrale attenante. Ainsi, les parents d’élèves ne veulent pas changer de paroisses. “Nous sommes la Maitrise de la cathédrale Saint-Bénigne”, rassure le directeur. “Nous serons physiquement dans un autre lieu, mais nous n’oublions pas nos origines. Je travaille d’ailleurs quasi quotidiennement sur ce dossier avec le père Garnier”.

Sur le site du Pommard, le groupe prévoit de construire un auditorium, une salle d’enregistrement et de nouvelles classes. “L’école et le collège sont excentrés du centre-ville, de la gare, de la cathédrale, du conservatoire”, expliquent les parents d’élèves. “36 minutes pour aller de l’établissement jusqu’au conservatoire en empruntant le bus et le tramway. Il sera quasiment impossible pour les élèves d’atteindre ces cours à temps”.

Pour la direction du groupe, rien n’est encore définitivement fixé. Pierre Laffite explique ainsi étudier toutes les possibilités. Même un rassemblement sur le site du Tillot : “Il est difficile d’optimiser les locaux du centre-ville”, note-t-il cependant. Les parents d’élèves de noter qu’ils ont été entièrement rénovés en 2003 et que le site est une référence, même pour le Rectorat qui le conseillerait pour les enfants en difficulté ou surdoués.

L’ambition d’un accord parfait

Car pour eux, le problème est bien autre part : “Il faut communiquer sur les spécificités de l’établissement, ce qui n’a jamais été fait”, assure l’Apel. C’est le sens de leur action lors de la journée portes ouvertes qui se tient aujourd’hui, samedi 15 février. Il s’agit de recruter encore plus largement des familles et des enfants intéressés par l’ouverture artistique sur le chant ou encore l’accueil et l’accompagnement individualisé des enfants. L’association pointe même d’autres atouts : “Des locaux lumineux et spacieux en plein centre-ville et la semaine de quatre jours”.

“Le site du Pommard est une école de proximité, ils n’auront pas de problème pour remplir les classes”, expliquent les parents. “La Maitrise à un rayonnement départemental. Certains enfants viennent quotidiennement de Nuits-Saint-Georges, Marcilly-sur-Tille. Ce n’est pas le même projet éducatif”.

“Jusqu’à récemment, les effectifs étaient en constante augmentation”, note Pierre Laffite. Ce qui ne semble plus être le cas depuis quelques mois. Et le directeur pointe par exemple la proximité d’autres établissements comme Marcelle-Pardé. “Mais si déménagement il y a, il ne se fera pas avant plusieurs années”, rassure-t-il. “Je veux déjà trouver un terrain d’entente avec un maximum de parents. Il faudra ensuite prendre en compte la parole du personnel, qu’il ne faudra surtout pas négliger une fois qu’il s’exprimera. Pour les enfants, les familles, le personnel, il faudra beaucoup de délicatesse”.

Journée portes ouvertes à l’école et au collège La Maitrise
Samedi 15 février de 9h à 17h
2, rue du Tillot à Dijon

Les commentaires sont clos.

  1. Le Choeur n’y est plus

    Dijon Autrement le samedi 15 février 2014 à 18h11