Bourgogne : Qui se ressemble, s’assemble !

2014-02-couple-JJ-miroir-1-2

En ce jour de Saint-Valentin, l’ publie une topographie des couples bourguignons. Sur la région, un peu plus de 407 000 couples partagent le même logement et déclarent être mariés ou vivre maritalement. Dans la plupart des cas, l’union est influencée par la position sociale.

C’est un fait, le mariage de raison a vécu. Les alliances ne sont plus arrangées ou dictées par la famille. “Mais le coup de foudre ne tombe pas au hasard”, temporise l’Insee. 23 % des couples bourguignons sont composés d’un homme et d’une femme appartenant à la même catégorie socioprofessionnelle. “Cette proportion reste globalement similaire dans les départements de la région, oscillant entre 22% en Saône-et-Loire et dans l’Yonne et 24% en Côte-d’Or”. En outre, elle varie peu que les couples habitent dans les pôles urbains, les communes périurbaines ou dans les zones rurales.

La configuration la plus fréquente dans un couple bourguignon unit une femme employée et un homme ouvrier (16% en 2010). L’homogamie est par ailleurs plus marquée pour les agriculteurs, les autres professions indépendantes (artisans, commerçants, chefs d’entreprises) et pour les cadres que pour les employés et les ouvriers. “Les couples composés d’un agriculteur et d’une agricultrice sont 17 fois plus fréquents en Bourgogne qu’ils ne le seraient s’ils se formaient au hasard ; ceux composés de deux cadres 4 fois plus fréquents”, note l’Insee.

Cependant, quand les conjoints n’appartiennent pas à la même catégorie sociale, la femme occupe souvent une position professionnelle inférieure à celle de son conjoint : “10% des couples bourguignons sont constitués d’une femme employée et d’un homme cadre ou profession intermédiaire, ou d’une femme exerçant une profession intermédiaire et d’un homme cadre. La situation inverse ne concerne que 2% des couples bourguignons”.

Dans son étude, l’Insee relève aussi, quelques unions qu’elle qualifie d’improbables : 84 couples rassemblent une agricultrice et un cadre, 578 une femme cadre et un ouvrir non qualifié et 493 une ouvrière non qualifiée et un cadre.

Les commentaires sont clos.

  1. Bel article mais d’où vient la photographie?

    Dijon Autrement le vendredi 14 février 2014 à 11h46

  2. Jérémie Lorand

    @ Dijon Autrement,
    Comme 99% des photographies du site, celle-ci a été prise par notre photographe, Jonas Jacquel. En revanche, il ne s’agit pas de Dijon. Il suffit de dézoomer un peu pour apercevoir le pont de Brooklyn !

    Jérémie Lorand le vendredi 14 février 2014 à 11h50

  3. Qui se ressemble, s’assemble !
    Est-ce que cela vaut pour PS, CAP21, MODEM, EELV et PC pour les municipales à Dijon ?
    La Saint-Valentin de ce coté n’a toujours pas accouché d’un programme de campagne, M Rebsamen ne mettant en avant que son bilan !
    Il est vrai que le programme de Houpert est light et ridicule, qui n’oblige pas la majorité sortante a faire preuve de créativité !!
    Dijon attend son valentin !

    Joseph B le dimanche 16 février 2014 à 16h49