Alain Houpert et François Rebsamen sont à la Fontaine d’Ouche…

municipales-meeting-houpert-rebsamen-fontaine-ocuhe

Les candidats aux élections municipales en raffolent : les réunions de quartier se multiplient aux quatre coins de Dijon. Hasard du calendrier, les deux principaux protagonistes, et se succédaient, mardi 11 et mercredi 12 février, dans la salle Aubrac, en plein cœur du quartier de la Fontaine d’Ouche.

À l’ouest de la ville, le quartier est le poumon vert de l’agglomération, avec son lac et ses parcs. Mais il connaît aussi de profondes mutations avec la rénovation du centre commercial ou la réhabilitation du quai des carrières blanches. Alors, si chacun des deux hommes son propre style, son propre discours, la rédaction distribue les notes.

L’affluence : Avantage net pour François Rebsamen

Aucune comparaison entre les deux réunions publiques. Alain Houpert avait réuni autour de lui quelques colistiers aux premiers rangs desquels Anne Erschens, Laurent Bourguignat ou encore Marie-Claude Mille et Franck Ayache. Mais aussi l’ancien député, Bernard Depierre. Devant lui une cinquantaine de militants. Bien moins que François Rebsamen qui a rassemblé près de 200 personnes.

Il faut dire qu’il s’agissait là de la première réunion de François Rebsamen. Alors pourquoi ce lieu ? “Parce que je l’aime”, répond le sénateur-maire. “À chaque fois, depuis 1998, j’ai été largement en tête des suffrages dans ce quartier”. “C’est en effet le quartier du maire”, souligne Alain Houpert. “Mais il vous a oublié, il ne se souvient pas d’où il vient”. Lui aussi à une attache particulière aux lieux : son grand-père était agriculteur sur le quai des carrières blanches, le long des berges du canal de Bourgogne.

Photo Jonas Jacquel

Photo Jonas Jacquel

L’ambiance : Sans tension chez Alain Houpert

Est-ce le parler, très métaphorique, d’Alain Houpert qui a apaisé la salle ou la foule présente chez François Rebsamen qui a échaudé les esprits ? Nul ne sait. En tout cas, l’ambiance était, là aussi, complètement antagoniste selon les jours. “J’aime les questions, même les plus vaches”, avait pourtant lancé Alain Houpert. Il n’en aura que très peu. Un habitant promet cependant une prochaine “explosion du quartier” : “On a quitté le hachich pour la cocaïne, il faut réagir et rapidement.

À la porte, des militants tiennent un stand avec des écharpes aux couleurs du candidat, bleu. Au moment d’accueillir François Rebsamen, Daft Punk tourne, encore et toujours, en boucle. Par intermittence on entend le passage de la chanson de Grégoire Toi+Moi. Le micro crachote un peu, mais le pire reste à venir. Dès les premières minutes, François Rebsamen a repéré un individu au fond de la salle. Il ne dira rien jusqu’au moment ou celui-ci lève la main pour prendre la parole. “La personne qui lève la main au fond n’aura pas la parole, elle m’a insulté”, se contente-t-il de dire.

Dans la salle personne ne comprend vraiment. Le ton monte et le service d’ordre évacue le jeune homme sous l’indignation des habitants. Il revient quelques secondes plus tard : “Nous règlerons ça au tribunal”, ajoute François Rebsamen. L’homme est en effet loin d’être inconnu. C’est lui qui a réalisé une “quenelle”, devant la Marianne de la mairie de Dijon. Il doit comparaitre devant le tribunal le 30 mars. “Au moins on voit qu’il sait tenir une salle”, se félicite un proche.

À plusieurs reprises, des coups seront assenés sur les vitres de la salle. une personne éméchée, a qui on a refusé l’entrée. “Ici c’est une terre de respect, ni l’insulte, ni l’alcool ne dicteront la loi”, ajoute le maire. Un épisode vite effacé par la fin de la réunion : sitôt le coup de sifflet donné, une quarantaine de personnes se sont massées autour du sénateur-maire sortant, enveloppe à la main ou tout simplement pour faire dédicacer le programme !

Photo Jonas Jacquel

Photo Jonas Jacquel

Le style : Le bilan pour Rebsamen, l’offensive pour Houpert

François Rebsamen a choisi la méthode de la campagne éclair. En un mois et demi, il va enchaîner 26 réunions de quartier. Un véritable marathon. Alain Houpert est lui en campagne depuis plusieurs semaines déjà. Alors, il n’a pas tardé à passer à l’offensive, prenant directement dans le quartier. Il évoque le “mensonge” Teletech Campus et la promesse de 600 embauches, ou encore le cas du groupe Parker qui devrait supprimer 81 postes sur son site des berges du canal.

“Le maire veut massifier ce quartier avec le projet du quai des carrières blanches”, ajoute-t-il. “Il le cache aux habitants, mais à terme plus de 350 logements vont être construits, des terrains de sport vont être détruits”. Pour le candidat de la droite, ce quartier était une promesse de bonheur : “On ne peut cependant pas ignorer les rodéos urbains, les incivilités, les braquages”. Pour pallier ces événements, il propose de recruter des policiers municipaux, d’étendre la vidéoprotection, de rétablir la fonction de gardien d’immeuble.

En arrivant dans la salle, François Rebsamen se met directement le public dans la poche en promettant la rénovation totale du réseau de chauffage urbain au 1er janvier 2015. Baisse de facture en bonus. “Pas un domaine de la ville n’a été abandonné pendant treize ans”, assure François Rebsamen. Et lorsqu’il parle bilan, il évoque déjà et très longuement les finances. “Nous avions pour engagement de réduire, à la fin du mandat, la dette en dessous de son seuil de 1998. Et à côté de ça, nous avons investi. Les écoles n’avaient pas vu un coup de peinture depuis trente ans lorsque nous sommes arrivés”.

“Vous n’avez pas le tramway et on vous a enlevé les bus rue du Tire Pesseau,”, répond Alain Houpert. “C’est vrai, il n’y a pas le tramway”, reconnait François Rebsamen. “Les flux de passagers délimitaient déjà des corridors prioritaires vers le Sud et l’Est. Le tramway n’aurait desservi que le boulevard Bachelard, car il est impossible de le faire tourner dans les rues”. Officiellement en campagne depuis une semaine, François Rebsamen n’a encore dévoilé aucune proposition. Tout au juste promet-il la construction d’une nouvelle maison des associations.

Alain Houpert lui, a bien décidé de se démarquer : renégociation de la délégation de service public avec Keolis Dijon, création d’un aéroport d’affaires à Dijon et d’un aéroport low-cost à Dôle, rénovation des parkings. “À Dijon, on innove puis on laisse tomber. Moi je ne vous laisserais pas tomber. Il faut cocooner les entreprises, car on ne peut pas faire de solidarité sans économie”. François Rebsamen a pour sa part promis de revenir, avec les propositios cette fois.

Photo Jonas Jacquel

Photo Jonas Jacquel

La phrase

Alain Houpert : “N’ayez pas peur, engagez-vous, entreprenez, prenez des risques et vous me trouverez toujours à vos côtés. Le maire veut moins de riches, moi je veux moins de pauvres”.

François Rebsamen : “La ville c’est une grande famille, celle de la diversité avec au cœur la devise républicaine, le respect et la laïcité […]En 2001, il n’y avait pas un black, pas un beur dans les services de la ville.”

Les commentaires sont clos.

  1. Le sieur Houpert aura t-il la force et le courage de siéger six longues annèes dans les rangs de l’opposition? Le jdaïste et réactionnaire Depierre ne devrait-il se retirer de l’arène populitique? Quid de la vraie misère de ce vieux quartier neuf “géré” par le très politicien Laurent G., apparatchik qui n’a hélas pas le charisme de son mentor.
    Et les infrastructures culturelles?

    Dijon Autrement le jeudi 13 février 2014 à 7h41

  2. toujours la politique du tout voiture et du grand n’importe quoi pour houppert
    En plus on peut être sur qu’il a envoyé son copain queneliste tenter de foutre le chantier dans la réunion de François
    Bravo de l’avoir virer de la réunion : les extrémistes houpperistes tentent de se faire entendre
    Qu’ils allent donc dans la cambrousse de saviles
    allez françois c’est du gateau on va gagner

    roques le jeudi 13 février 2014 à 9h37

  3. Personnellement, je suis pas pro houppert ou pro rebsamen.
    Quoi qu’il en soit, pour moi le tramway est un investissement trop important pour Dijon. Si t’habites pas vers un arret, tu prends ta voiture… et la c’est le cochemard, sa avance pas, tu trouves pas de place, tu payes pour te garer… moi je vais plus en ville, je vais à quétigny ou à la toison comme tous le monde… Pourquoi ne pas avoir mis des bus électriques et gardé le réseau de bus !!!

    Mathieu le jeudi 13 février 2014 à 10h00

  4. Tout est dit ! Le maire veut moins de riches, et pour Monsieur Houpert c’est moins de pauvres !

    Alice le jeudi 13 février 2014 à 10h36

  5. Houpert c’est surtout tout en moins alice! Si c’est pour revenir à l’ère poujade… Ville sur le déclin, moi je préfère ma Ville d’aujourd’hui. Continuons comme ça!

    Pierre PAILLOT le jeudi 13 février 2014 à 11h23

  6. Houpert, Rebsamen même combat. Ce sont deux personnages de centre droit. La symbolique du choix de la Fontaine d’Ouche est une arnaque. Seul le Front de Gauche peut sortir ce quartier de la merde.

    Sireuil le jeudi 13 février 2014 à 11h41

  7. Faisons un peu de politique fiction. Si nous avions eu un conservateur comme HOUPERT à la tête de la ville , nous n’aurions pas eu Ikéa ( cela pour ne pas nuire aux petits concurents) , pas de piscine olympique (pourquoi faire car il y a déja des piscines), pas de Zénith (trop cher), pas de future citée de la gastronomie (il la voit bien à Beaune !!) , pas de construction de logements neufs pour ne pas bétonner la ville , la rue de la liberté aurait été rendue aux voitures (car il aime la bagnole le mec) , les places de la ville seraient de vastes parkings ( pour la même raison citée plus haut), bref tout serait plus formidable avec lui comme il y 30 ans quand je suis arrivé à Dijon sous Poujade (un conservateur comme lui-même)où il n’y avait même pas de bus le dimanche matin ou après 20h , quand la fête de la musique devait se terminer maximum à minuit , quand les voitures sortaient de n’importe où (rue du bourg !!!) , bref une ville d’un ennui abyssal où il ne s’y passait rien , mais alors vraiment rien. Soit les gens ont la mémoire courte et ont oublié les décennies avant l’arrivée du Rebs soit ils sont d’affreux conservateurs eux-mêmes comme celui qui ose supposer qu’il a une chance de prendre Dijon. Je reste persuadé pour ma part que la majorité des gens ont consience que le maire actuel à reveillé cette ville qui était plus qu’endormie.

    david le jeudi 13 février 2014 à 11h45

  8. Le bilan de François Rebsamen n’est quant à lui malheureusement pas fictif.
    Avec le socialiste Rebsamen, Dijon a perdu de nombreux emplois : les entreprises partent les unes après les autres, et je ne parlerai pas des petits commerces…
    Avec le socialiste Rebsamen, il y a aussi mois de sécurités, les agressions se multiplient allant même jusqu’à la mort d’un jeune sur le trottoir, en plein centre ville, il y a quelques semaines…
    Avec le socialiste Rebsamen et sa politique anti-automobilistes, on a des bouchons tous les jours, des parkings rares mais chers, sans compter le danger permanent des vélos qui roulent à contre sens et passent aux feux rouges…
    Avec le socialiste Rebsamen, on a l’application zèlée de la politique de François Hollande avec par exemple, une application improvisée de la réforme des rythmes scolaires…
    Enfin avec le socialiste Rebsamen, on a un mépris de la démocratie, avec un mépris de l’opposition, et un mépris des dijonnais à qui il avait promis des consultations et qui n’ont été consultés que sur la forme des bancs rue de la Lib…
    Si vous voulez continuer sur cette voie, alors votez Rebsamen ; si au contraire vous voulez le changement, cest pour Alain HOUPERT qu’il faut voter !

    Max le jeudi 13 février 2014 à 13h19

  9. Bien sur tous les maux du monde sont à attribuer à Rebsamen et nous serons dans le monde des bisounours avec houpert! Quelle lucidité Max! Houpert le rassembleur,houpert le bonimenteur! Qu’il retourne s’occuper de Salives, y a du boulot pour desendetter

    Cathy le jeudi 13 février 2014 à 13h55

  10. Votez Houpert si vous voulez le retour aux années 80 comme cela vous aurez la ville la moins attractive de France car le personnage n’a aucune ambition pour la ville.

    david le jeudi 13 février 2014 à 14h42

  11. Avec les promesses de Houpert je m’attendais à un duel au sabre laser, déçus…

    Romain J. le jeudi 13 février 2014 à 15h26

  12. La dette de salives ? Les 2/3 ont été remboursés ! Par contre sur la dette, il y a du boulot à Dijon…

    Concernant l’attractivité, pensez vous sincèrement que Dijon soit plus attractive aujourd’hui qu’il y a 12 ans ? (Les entreprises fuient, seulement 174 habitants supplémentaires entre 2005 et 2011, des hôtels plus vides que la moyenne nationale etc…)

    Max le jeudi 13 février 2014 à 16h59

  13. On ne peut quand même pas imputer à Rebsamen la responsabilité de tout ce qui se passe au niveau national et pourquoi pas au niveau européen pendant qu’on y est. C’est vrai que le contexte économique est morose en France , pas plus à Dijon que dans d’autres villes mais c’est une ville qui a énormément évoluée au cours du mandat du maire actuel , il faut une mauvaise foi et un sectarisme incroyable pour ne pas le reconnaître. Sinon que le grand sorcier HOUPERT , le maître de l’économie internationnal , le roi des magiciens, nous explique comment il va résoudre tout les problèmes car à part être dans l’opposition systématique , dans la gesticulation et la voscifération il ne propose pas grand chose malheureusement.

    david le jeudi 13 février 2014 à 17h22

  14. François Rebsamen est président du groupe PS au Sénat, c’est un ami proche de François Hollande, il vote tous les projets de lois du gouvernement.
    Il est donc solidaire de la politique menée par le gouvernement au pouvoir depuis bientôt 2 ans.
    A ce titre, il est en partie responsable de la situation nationale…

    Max le jeudi 13 février 2014 à 17h46

  15. Rebsamen est président du groupe PS au Sénat, il est un ami proche de François Hollande et il vote tous les projets de lois du gouvernement.
    il est donc solidaire de la politique menée par le gouvernement au pouvoir depuis 2 ans.
    A ce titre il est en partie responsable de la situation nationale…

    Max le jeudi 13 février 2014 à 17h48

  16. Max , je trouve votre commentaire un peu limité.Il s’agit d’une élection municipale , tout le monde sait bien que c’est une élection un peu particulière où le contexte national “pèse” moins. A ce compe là Houpert devrait être solidaire de l’ex gouvernement Sarkosy où c’était tellement le bonheur qu’il s’est fait éjecter du pouvoir à coups de pieds dans le cul par le peuple pour lui préférer Hollande , c’est dire…

    eric le vendredi 14 février 2014 à 9h27

  17. Derrière les écrans de fumée, la réalité se fait jour et les ha

    CLEMENCEAU le vendredi 14 février 2014 à 9h42

  18. Derrière les écrans de fumée,la réalité se fait jour et les habitants de la Fontaine d’Ouche ne sont pas dupes: l’accueil qu’ils ont réservé à l’équipe sortante de Monsieur REBSAMEN était à la hauteur de leur ressenti . Un démarrage de campagne auquel le maire sortant ne s’attendait pas .

    CLEMENCEAU le vendredi 14 février 2014 à 9h45

  19. Jean de La Fontaine :
    bonjour à tous,
    je suis artiste, et je voudrais évoluer dans le milieu des beaux-arts.
    Je vais vous raconter un super truc, qui s’est passé à la salle et dont personne n’a encore jamais parlé. Il y a un type qui s’est pointé en costard cravate, avec un dossier orange à la main, on sait même pas d’où il sort, et qui à dit qu’il était président de chez pas quoi !et bien tout le monde était mort de rire dans la salle sauf le maire.
    mazette !! L’intello ! Un vrai Einstein du chauffage urbain, il a sorti un truc sur la nouvelle délégation de service public, que je sais même pas ce que c’est,tout un charabia pour dire que ça allait faire péter les charges de chauffage du quartier de La Fontaine douche !
    Et il insiste le bougre, et je te sors une formule scientifique du genre R1+R2+R24+R25 E=MC2 puissances 10 ! à ne rien y comprendre, que même que l’ autre derrière son pupitre, il était rouge comme une tomate en feuilletant son cahier.
    Et moi en l’écoutant, j’étais bidonné ! surtout quand notre maire Monsieur REBSAMEN la mouchée, en lui disant que si aujourd’hui le chauffage urbain était devenu trop cher dans notre quartier et bien que c’était la faute du Sarko ! Vous aviez qu’à pas voté pour lui ! Franchement, il est génial notre REBSAMEN nationale il a réponse à tout même si c’est des grosses conneries, il vous la glisse quand même en douceur.
    Et oui mes chers amis, c’est comme ça qu’on devient un héros en politique ! Bla-bla-bla bla-bla-bla bla-bla-bla qui ira au bois, c’est moi que voilà ! c’est Robin des bois.

    LA FONTAINE
    LA FONTAINE

    Jean de la fontaine le vendredi 14 février 2014 à 17h20

  20. Réponse à Monsieur Jean de la Fontaine,
    Monsieur de La Fontaine, je vous remercie de faire mon éloge, mais que vous ai-je fait qui vous déplaise.
    je vois bien que votre plume est en train de faire quelques ravages, pourtant ce gentilhomme que je suis habite votre village ! La critique est facile quand on se cache derrière une image, ou une étiquette sans nom ! Êtes-vous à ce point tourmenté par des remords pour me ridiculiser ainsi en public;

    Vous savez moi je travaille ardemment du matin au soir, et le labeur ne me fait pas peur ! Alors que vous, que faites-vous de vos journées, à part écrire des contrevérités, ou des comptes sans vérité;
    Je suis intervenu que dans un souci de fraternité, pour le bien de la communauté, et voilà bien la différence entre vous et moi ! Ce que moi je ne vends pas de rêve et je ne promets rien que je ne peux tenir ! Seriez-vous encore à ce point si adroit pour convoiter ce fauteuil numéro 24 ! Alors que moi j’ai revu mes ambitions à la baisse, aujourd’hui simple président de résidence, mais demain président de toutes les résidences;

    Jean-Baptiste Colbert

    Jean batiste COLBERT le vendredi 14 février 2014 à 22h35

  21. Heu, vous avez vu cela ?

    Municipales 2014 : les listes UMP/UDI arrivent en tête, selon un sondage Ifop

    Le Point.fr – Publié le 09/02/2014 à 09:08 – Modifié le 09/02/2014 à 10:22 Selon un sondage Ifop, les listes UMP et UDI arrivent en tête des intentions de vote avec 29 %, devant le Parti socialiste (21 %) et le Front national (17 %).

    Les listes soutenues par l’ UMP et l’ UDI sont placées en tête des intentions de vote pour les élections municipales de mars avec 29 %, devant le Parti socialiste (21 %) et le Front national (17 %), selon un sondage Ifop publié dans Le Journal du dimanche .

    Selon cette même enquête, 11 % des sondés souhaitent voter pour des listes du Front de gauche et 8 % pour Europe Écologie-Les Verts. Dix pour cent des personnes interrogées disent ne vouloir voter pour aucune de ces listes et 4 % ne se prononcent pas.

    En termes de participation, 67 % des sondés comptent aller voter (contre 65 % début janvier) et 33 % pensent donc s’abstenir pour les scrutins des 23 et 30 mars. Le sondage a été effectué par téléphone les 7 et 8 février 2014 selon la méthode des quotas sur un échantillon de 1 007 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

    Phil le mardi 18 février 2014 à 1h17

  22. VOTEZ HOUPERT POUR DIJON, ET AUSSI POUR DIRE NON AUX AMIS “PRESIDENT ET MINISTRES” DE M. REBSAMEN.

    1) Sous l’administration de M. REBSAMEN, Dijon a changé….même trop vite : Tram, Zénith, Piscine olympique, hôpital, etc. Tous ces gros chantiers demandent beaucoup d’argent en peu de temps. Et l’on se demande comment M. REBSAMEN a pu trouver l’argent nécessaire pour les financer sans augmenter les dettes des Dijonnais !. Soit c’est un miracle, soit c’est une dissimulation sous diverses possibilités : subventions, prêts bancaires, contrats avec des organismes privés, etc…..voire même une dilution des “solutions magiques” avec le Grand Dijon. De toute façon, il n’y aura pas de miracle : une dette doit être remboursée soit aujourd’hui par nous mêmes, soit demain par nos enfants ou petits enfants. Ainsi, il n’est pas raisonnable, voire ridicule, de dire aux Dijonnais que M. REBSAMEN a transformé Dijon avec les réalisations des gros chantiers sans dépenser beaucoup d’argent et sans laisser trop de dettes à la ville. Même si M. REBSAMEN a pour prénom FRANCOIS, comme le Président “normal” de la République, ni l’un ni l’autre ne semble capable d’imiter le Pape et de faire un miracle.
    2) Les chiffres officiels de l’INSEE ont montré une augmentation de plus de 20% du taux de chômage de la ville de Dijon de 2009 à 2013. Malheureusement, la ville de M. REBSAMEN n’échappe pas à l’échec de la politique économique menée par ses amis du gouvernement. Plus qu’il y a du chômage, plus qu’il faut des aides sociales et des logements sociaux. M. REBSAMEN sait très bien faire du social puisqu’il est socialiste. Il saura certainement transformer le centre de Dijon en logements sociaux, avec des subventions de l’état et de la ville…..et bien sûr avec in fine nos impôts.
    2) Il n’est pas juste de dire qu’il n’y avait pas d’employés d’origine étrangère dans les services de la ville. Ma famille est d’origine vietnamienne, et plusieurs membres ont travaillé dans les services de la ville et de la préfecture. Il est irresponsable et choquant de provoquer la ségrégation raciale en ces moments difficiles pour les uns et pour les autres, et tout cela à des fins électorales. C’est tout simplement honteux, et tous les originaires étrangers qui se respectent, ne pourraient se laisser manipuler de la sorte. Que M. REBSAMEN sache que nous autres, officiellement naturalisés, sommes français à part entière. Certains d’entre nous ont même effectué le service national. En créant la haine raciale, vous avez voulu nous utiliser pour être élu. Eh bien, j’appelle tous les beurs, tous les blacks et tous les viets de ne pas tomber dans votre piège : NOUS NE VOTONS PAS POUR VOUS. Nous avons besoin du travail et de dignité. Vous, M. REBSAMEN, et vos amis du gouvernement, vous nous avez fait plein de promesses que vous n’avez pas tenues.

    DUNG le lundi 24 février 2014 à 21h09