Saint-Apollinaire : Rémi Delatte (UMP) se voit un nouvel avenir avec les épleumiens

2014-02-Remi-delatte-saint-apollinaire

Le dernier conseil municipal de la commune à peine achevé, avait choisi l’espace Générations, de , pour présenter officiellement sa candidature. Tout un symbole quand on sait que la ville est une référence de la politique intergénérationnelle.

Entouré ses la quasi-totalité de ses colistiers, de 21 à 63 ans, il a dressé, mardi 11 février 2014, un bilan de sa mandature avant de lancer quelques pistes pour l’avenir.

Conserver l’esprit village

La mairie de Saint-Apollinaire, Rémi Delatte la connaît bien. Il y est élu depuis le 19 juin 1995. Celui qui est aussi député de la Côte-d’Or aborde cependant l’élection de façon sereine. Il faut dire que lors du dernier scrutin, il a regagné son fauteuil de maire, dès le premier tour avec 74,90% des suffrages ! “Durant toutes ces années, la ville s’est redessinée autour d’un urbanisme renouvelé […] Elle tire sa particularité d’une qualité de vie inspirée de l’esprit village hérité de son passé.”

Aux portes de Dijon, la commune compte 7 170 habitants et s’est fixé comme objectif d’en avoir au maximum 7 500. Le gage d’une répartition harmonieuse, selon le candidat, entre l’habitat, l’activité économique, mais aussi l’espace naturel et agricole. Un domaine qu’il apprécie, étant chef d’exploitation agricole de profession. “Nous créerons un kiosque du développement durable et nous nous inscrirons dans une démarche encore plus structurée et plus dynamique à travers l’Agenda 21”.

En 1954, il y a donc tout juste soixante ans, la ville ne comptait que 611 habitants. “Les quartiers Val-Sully et Pré Thomas ont ouvert la voie à une diversité architecturale propice à une mixité sociale réussie”, assure-t-il. La commune est en passe d’atteindre les 18% de logement social sur sa commune. Là où la loi fixe un seuil à 25%.

Un théâtre en plein air pour La Redoute

Pour briguer son quatrième mandat, le député-maire sortant a renouvelé 40% de son équipe. “Elle n’appartient à aucune formation partisane”, martèle-t-il. “La gestion de la commune ne relève pas de la sphère politicienne […] Si à titre personnel je porte un mandat parlementaire, je fais la part des choses”. Aux avant-postes de sa liste, on retrouve son fidèle lieutenant Jean-François Dodet et Michèle Lievremont.

“Ce qui m’intéresse chez les élus, ce n’est pas leur couleur politique, mais leur capacité à se retrouver autour d’un projet pour leurs concitoyens”, ajoute-t-il. Face à lui, il retrouvera Philippe Ardouin et la liste “St-Apo, lueurs d’espoir, liste de gauche, écologiste, républicaine”. Sur les 29 sièges de conseillers, trois reviennent à l’opposition.

Rémi Delatte promet de travailler à l’amélioration des accès entrants et sortants de la ville, en partenariat avec le Grand Dijon et le conseil général de Côte-d’Or. C’est ainsi que durant le mandat, les élus devront se pencher sur le Plan local d’urbanisme. Un document qui, pour Rémi Delatte, ne devra en “rien compromettre la trilogie village, entreprises, exploitations agricoles”.

La culture n’est pas en reste avec la création d’une résidence d’artiste et l’installation d’un théâtre en plein air sur le site protégé de la Redoute. Le tout, il le promet avec une “stabilité fiscale”.

Les commentaires sont clos.

  1. Et l’accès internet complètement ridicule en terme de débit pour une commune de 7000 hanitants, il est où dans son programme au père Delatte ? Il peut se féliciter d’avoir loupé le coche en tant que maire il y a quelques années en ne faisant pas le nécessaire pour les épleumiens aient un accès digne de ce nom … maintenant il court après France Telecom qui se moque bien de lui !

    Internaute le vendredi 14 février 2014 à 9h12

  2. Nous aimerions en voir plus souvent des maires plein d humilité, de projets, d ’empathie, d’ouverture , Monsieur HOUPERT peut prendre des leçons

    josephine le vendredi 14 février 2014 à 10h38

  3. Un parachuté devenu piéton d’une cité qui hésite entre ville et campagne

    Dijon Autrement le vendredi 14 février 2014 à 11h35

  4. en tout cas, s’il se lance dans une démarche Agenda 21, c’est bien car peu de communes en Côte d’Or- pas Dijon d’ailleurs- ont franchi le pas

    Marie le vendredi 14 février 2014 à 14h20

  5. Il existe une seconde liste candidate à St Apollinaire qui propose un programme ambitieux pour la commune. Un article équivalent mériterait d’être consacré à cette liste sau à vouloir assurer délibérément la promotion d e la liste de droite

    Philippe ARDOUIN le jeudi 27 février 2014 à 13h34

  6. Il existe une seconde liste candidate à St Apollinaire qui propose un programme ambitieux pour la commune. Un article équivalent mériterait d’être consacré à cette liste sauf à vouloir assurer délibérément la promotion d e la liste de droite

    Philippe ARDOUIN le jeudi 27 février 2014 à 13h35