Dijon fait un bond dans le baromètre APF de l’accessibilité mais reste 31ème

2013-06-societe-handicap-JJ-miroir-1

À quelques mois de l’échéance de mise en accessibilité des équipements du pays, le 1er janvier 2015, l’Association des paralysés de France a publié, mardi 11 février, son cinquième baromètre de l’accessibilité. Et c’est un avis de tempête qu’émet l’association tant les chefs-lieux de département semblent avoir pris du retard. À la traine en 2012, Dijon fait un bond dans le classement. Tellement que François Rebsamen, le sénateur-maire de la ville, a salué les résultats.

+3,9 points en un an

Malgré une hausse de la moyenne générale des 96 chefs-lieux départementaux, le constat est accablant pour l’association : “À peine plus de la moitié des écoles et seulement 42% des réseaux de bus sont accessibles aux personnes en situation de handicap”. Et le constat est le même pour les cabinets médicaux et paramédicaux puisque la moitié des personnes en situation de handicap ont des difficultés à en trouver un accessible.

Grenoble conserve la tête du classement pour la seconde année avec une moyenne de 18,7/20 et Nantes occupe la seconde place avec un 18/20. Il faut descendre à la 31ème place pour trouver Dijon qui gagne cependant 3,9 points ! Dans le détail, la ville se démarque très nettement par son cadre de vie adapté (18/21), un peu moins pour sa politique (15/21). Pour mémoire, en 2012, la ville était 76ème.

“Il reste encore des efforts à fournir pour rejoindre la tête du classement, mais les notes attribuées par l’APF révèlent les progrès importants réalisés en quelques mois seulement pour permettre aux personnes handicapées de mieux vivre la ville”, note le maire de Dijon, François Rebsamen. La mise en service des deux lignes de tramway et d’une flotte de 100 bus hybrides, 100 % accessibles ont aidé. Tout comme la mutualisation des services de la mairie dans le bâtiment de la rue de l’hôpital.

“Au cœur du musée des beaux-arts rénové et doté d’un ascenseur, la salle des gardes accueille désormais des touristes se déplaçant en fauteuil roulant : j’y vois un symbole fort”, pointe le sénateur-maire de la ville. “Piscine olympique, Zénith, écoles rénovées, nouvelles crèches, aires de jeux pour enfants… Les établissements publics de la ville et de l’agglomération sont de plus en plus nombreux à être désormais accessibles à tous”. Une bonne nouvelle à l’approche des élections.

Si bien que l’APF demande que cet enjeu primordial soit inscrit dans les programmes des candidats aux élections municipales à venir. Les personnes concernées par le handicap représenteraient près de dix millions de citoyens selon l’Insee, auxquels il faut ajouter toutes les personnes à mobilité réduite.

Les commentaires sont clos.