Marine Le Pen monte au front pour Édouard Cavin

Photo Jonas Jacquel

Photo Jonas Jacquel

Une petite foule attend , vendredi 7 février, devant le restaurant Ô Palais, à Dijon. À côté de du palmier en plastique illuminé en rouge, l’enseigne dit “cuisine du monde”. C’est ici que le FN organise un petit meeting et une conférence de presse de la présidente du parti d’extrême droite. Elle est venue soutenir la campagne d’Édouard Cavin, le jeune candidat frontiste à la mairie de Dijon.

De nombreux journalistes, des militants, plusieurs membres du service de sécurité du FN piaffent. Marine Le Pen est en retard. La conférence de presse était prévue à 18h. Quelques fans s’agitent, appareil photo autour du cou, “pour avoir une photo avec Marine”. Une petite dizaine de manifestants anti-FN tendent une banderole de l’autre côté de la chaussée, et interpellent les voitures pour distribuer des tracts.

Photo Jonas Jacquel

Photo Jonas Jacquel

“A mort les cas sociaux”, lance un militant

À 18h30, un coupé noir, vitre fumée s’arrête en trombe. Marine Le Pen descend, sourire carnassier, vite encadrée de deux gardes du corps. Les manifestants se mettent à scander : “Nous ne voulons pas du FN !” Elle s’engouffre rapidement dans le restaurant. Quelques militants frontistes répondent, un peu tête baissée, aux manifestants. “Fermez vos gueules”. “De toute façon, ils viennent de se lever”, raille un frontiste. “À mort les cas sociaux”, lance-t-il.

Marine Le Pen s’installe à côté d’ dans une petite remise mal éclairée au fond de la salle de restaurant pour faire face à la presse locale. “C’est bien la première fois que je fais une conférence de presse dans le noir”, s’amuse-t-elle, avant de se lancer dans la litanie frontiste habituelle. Elle critique tour à tour François Rebsamen, sénateur-maire de Dijon, “homme clé du système Hollande”, la politique économique et sociale du gouvernement, etc.

Photo Jonas Jacquel

Photo Jonas Jacquel

Un programme chiffré “qui a l’air sérieux”

“J’ai l’honneur de remettre mon programme complet et chiffré pour Dijon en premier à Marine Le Pen”, s’enorgueillit Édouard Cavin. Il présentera l’épais document dans une dizaine de jours au public. “Ce programme m’a l’air sérieux”, déclare Marine Le Pen, sans même l’ouvrir. “Il correspond à notre vision de la politique”. Celle où ne prend même pas la peine de lire les propositions ?

“Nous devons combattre l’impôt et la mauvaise utilisation de l’argent des contribuables”, continue la présidente du FN. “L’argent public ne doit pas financer les organisations politiques”, affirme-t-elle. Tiens donc ? Le Front national ne reçoit pas de financements publics, comme tous les autres partis ? “Mis à part le remboursement des frais de campagne quand on dépasse les 5%, non”, promet Edouard Cavin. C’est oublier les 5 millions d’euros d’aide que touche le FN, obtenus proportionnellement au nombre de voix obtenues lors des dernières législatives et à chaque parlementaire (comme tous autres partis).

Photo Jonas Jacquel

Photo Jonas Jacquel

Le réel objectif du FN : les Européennes

Pour ces prochaines élections municipales, le Front national va présenter une trentaine de liste dans la région. En Côte-d’Or, il sera présent à Dijon, Fontaine-lès-Dijon, Chenôve, Marsannay-la-Côte et Genlis. Que fera le parti d’extrême droite en cas de triangulaire, si son candidat se retrouve opposé à deux autres listes au deuxième tour ? “Nous nous maintenons au deuxième tour”, tranche Marine Le Pen. “Il y aura éventuellement quelques alliances au coup par coup. Mais nous ne voulons pas nous vendre pour un plat de lentille”. Pour Dijon, en tout cas, il n’en est pas question, affirme Edouard Cavin.

En filigrane de cette campagne pour les Municipales, c’est en réalité les prochaines élections européennes que le FN prépare. En tablant sur des élections peu suivies moins concernantes a priori et surtout où le taux d’abstention est très élevé, Marine Le Pen espère “arriver en tête”. Elle veut même croire à “obliger le président à dissoudre l’Assemblée nationale, pour y faire entrer des députés du Front national”.

À la fin de la conférence de presse, Noël Chouet, le secrétaire départemental adjoint nous fait une confidence un peu surprenante, loin du discours très catégorique de Marine Le Pen. “Il ne faut pas croire que si le FN arrive au pouvoir demain, tout changera d’un coup de baguette magique”.

Les commentaires sont clos.

  1. pour nicolas le boeuf:

    c est évident que tout ne peut pas se faire en une journée il n y a rien de surprenant dans ce que dit mr Chouet c’est exactement la même version de Marine qui ne se prétend pas magicienne à part vous peut etre???vous etes encore un drole vous…

    le boeuf le mercredi 12 février 2014 à 23h12

  2. prologue à un “matin brun” (à relire d’urgence)

    Dijon Autrement le jeudi 13 février 2014 à 7h19

  3. A l’attention de ” DIJON AUTREMENT”
    Peut-être pourrai-je vous inviter a lire ( d’urgence) : ” COMPRENDRE L’EMPIRE” d’Alain Soral ?

    Patrick Lepak le jeudi 13 février 2014 à 11h40