L’Opéra, un loisir réservé à l’élite ?

2013-06-societe-solidarite-culture-opera-adefo-JJ-miroir-16

Eh bien non, ou en tous les cas pas seulement. C’est ce qu’entend démontrer l’Opéra de Dijon avec son opération “Le chœur de l’Opéra de Dijon hors les murs”. Ainsi, chaque année depuis trois, artistes, musiciens et équipes culturelles vont à la rencontre de publics fragiles. A l’occasion des soixante ans de l’association Adefo (Association dijonnaise d’entraide des familles ouvrières) jeudi 06 juin 2013,  les chanteurs de l’Opéra sont venu porter les grands airs de Verdi et Wagner. Acteur majeur du secteur social dans l’agglomération dijonnaise, l’association loi 1901 à but non lucratif Adefo, œuvre pour l’aide et l’accompagnement de divers publics en difficulté.

2013-06-societe-solidarite-culture-opera-adefo-JJ-miroir-31

Photo Jonas Jaqcuel

La structure compte 110 employés et regroupe quatre établissements qui hébergent chaque jour 1200 personnes. Sous la forme de CHRS (Centre d’hébergement et de réinsertion sociale), ces services proposent notamment un accueil d’urgence au CHRS Sadi Carnot, comprenant également un poste 115 d’appel d’urgence. Le CHRS Blanqui propose un accompagnement social global ainsi qu’un hébergement en appartements, destiné prioritairement aux familles. Le CHRS Le Pas a pour mission la sensibilisation et la prévention dans le domaine de la prostitution. Enfin l’association dispose d’un service de prévention familiale.

Avec une telle diversité de dispositifs et de compétence, l’Adefo offre une réponse à la majorité des situations et des cas d’exclusions, qu’ils soient liés à la situation familiale, financière, psychologique ou encore ethnique et religieuse.

2013-06-societe-solidarite-culture-opera-adefo-JJ-miroir-35

Photo Jonas Jacquel

“L’objectif prioritaire de l’association est de créer les dispositifs nécessaires pour adapter les réponses aux besoins, attentes et capacités des personnes en situation d’exclusion ou de précarité sociale”, nous explique la chef de service de la résidence Blanqui. “Depuis sa création en 1952, la structure a toujours su s’adapter aux évolutions de la société en redéfinissant ses missions en permanence”.

Parce que la culture appartient à tous

Depuis soixante ans maintenant, l’association s’efforce de promouvoir la dignité, la solidarité, la citoyenneté et la responsabilité. Des valeurs auxquelles sont sensibles les équipes du développement culturel de l’Opéra de Dijon. “Avec cette tournée “hors les murs” nous nous adressons aux publics les plus fragiles et les plus éloignés de la culture, pour des raison sociales comme de santé. Nous nous rendons tous les ans au CHU, dans les services gériatriques, en maison de retraite mais aussi en prison ou dans des établissements d’aide aux plus démunis comme c’est le cas aujourd’hui”, nous confirme Julia Dehais, responsable du service de développement culturel de l’opéra.

“Les programmes que nous proposons sont systématiquement adaptés aux publics, avec par exemple la reprise de grand airs connus, afin de faciliter la passerelle entre nous et un public souvent néophyte. L’idée est d’aller à la rencontre des gens pour leur apporter une culture à laquelle ils n’avaient pas accès pour des raisons diverses. L’objectif est également celui de la sensibilisation puis éventuellement de leur donner envie de venir à l’auditorium. Le public nous réserve toujours un très bon accueil, ce fut notamment le cas lors de nos interventions à la prison. Nous proposons toujours une rencontre entre les artistes et le public à la fin du concert, les gens y tiennent beaucoup”.

2013-06-societe-solidarite-culture-opera-adefo-JJ-miroir-41

Photo Jonas Jacquel

Les commentaires sont clos.

  1. C’est dommage j’aurais aimé que quelques résidents soient interviewés et que l’on ait directement leurs points de vu.

    Romain le samedi 15 juin 2013 à 12h48