Les élus de la Nièvre font la tournée des ministères en camionnette pour défendre le département

2014-02-04-patrice-joly-tournee-des-ministeres-cg-Nievre

Une camionnette d’épicier aux couleurs vives, dans les rues de Paris. L’image a de quoi faire rêver quelques touristes chevronnés de photographie. Mais lorsque sur celle-ci on peut lire, en grosses lettres, “La ruralité, une force pour la France”, on se doute que le but doit être tout autre.

Afin d’obtenir le concours de plusieurs ministères sur des dossiers complexes, le président socialiste du , , part, mardi 4 février, à l’assaut des dits ministères à bord de cet engin. Auvent levé, la camionnette présentera l’objet des revendications pendant qu’une délégation d’élus, emmenée par le président du département, se rendra aux cabinets des ministres.

2014-02_04-Carte-tournee-des-ministeres-cg-Nievre

La démarche se veut “offensive et déterminée”, assure le conseil général de la Nièvre. Et à chaque arrêt, un dossier bien précis. Au ministère des Sports à 9h, le département veut défendre le circuit automobile Magny-Cours. “Au-delà de la mise en place d’une compétition sportive internationale, le Grand Prix de France de Formule 1 est bien entendu un support pour valoriser l’image du territoire, mais surtout un levier pour accompagner le tissu industriel régional”, assure le département qui fera aussi la promotion du technopôle de recherche et développement technologique sur la mobilité auprès du collègue bourguignon, Arnaud Montebourg.

Un peu plus tard dans la journée, au ministère de l’Intérieur cette fois, Patrice Joly veut faire adopter sa nouvelle carte cantonale. “Elle a été proposée en réponse à celle présentée en premier lieu par le ministère”, explique le département. Et pour soutenir sa demande, Patrice Joly sera accompagné de Christian Paul et Martine Carrillon-Couvreur, deux députés du département.

Mais les dossiers les plus conséquents seront défendus au ministère des Transports : prolongement de l’autoroute A77, modernisation de la N151 entre Auxerre et Bourges, création de la ligne à grande vitesse Paris-Orléans-Clermont-Lyon ou l’électrification de la voie ferrée Centre-Europe-Atlantique.

“La prise de conscience par le gouvernement et par l’État de la situation des territoires ruraux nécessite, sans doute, un nouvel effort de communication de notre part”, explique Patrice Joly. “Je veux proposer un cadre et un rythme de travail renforcés sur les dossiers communs”. Il finira d’ailleurs sa tournée par le palais de l’Élysée et Matignon.

Les commentaires sont clos.

  1. Je dis bravo à ces élus de la ruralité qui se bougent et vont se rappeler au bon souvenir de la capitale

    président ud58 CFE CGC le mardi 4 février 2014 à 19h38

  2. Cette initiative sympathique du reste ; n’en est pas moins désespérée et me rappel celle d’un député du Sud Ouest qui avait fait une grève de la faim pour tenter ; vainement ; la délocalisation d’un entreprise de sa région tombée aux mains de capitaux.. Japonais ! Encore une preuve du pouvoir bien symbolique de nos politiciens dans une économie mondialisée. Maintenant dans notre pays ( entre autre); les principaux foyers économiques seront ceux qui sont et resteront les plus fortement peuplés; les 6 ou 7 plus grandes agglomérations avec comme grande ” gagnante” L’ILE DE FRANCE : PARIS ..<> ; c’est là un phénomène mondial ; immuable .

    Patrick Lepak le jeudi 6 février 2014 à 15h04