Et à la fin, Alain Houpert et Emmanuel Bichot s’unirent…

Emmanuel Bichot et Alain Houpert | Photo Jonas Jacquel

Emmanuel Bichot et Alain Houpert | Photo Jonas Jacquel

Après plusieurs mois de bataille ouverte, et sont – enfin – parvenus à un accord, lundi 27 janvier 2014. Il n’y aura donc pas deux listes UMP lors des prochaines élections municipales à Dijon. L’épilogue d’un long feuilleton qui durait depuis trop longtemps.

En coulisses, l’ancien ministre et député-maire UMP a usé de son expérience de négociateur pour réconcilier les deux hommes. Et si l’UMP affiche désormais un visage uni, il est fort à parier que cette union, à deux mois des échéances, aura laissé quelques traces.

Plus de dix mois de combat

Pour se remémorer l’origine du conflit, il faut remonter au mois de janvier 2013. François-Xavier Dugourd, le chef de file de l’opposition annonce officiellement qu’il ne sera pas candidat. Son collègue au conseil municipal, Laurent Bourguignat annonce alors qu’il se porte candidat. Une candidature éphémère puisque le 6 mars, il est aux côtés d’Alain Houpert lorsque ce dernier tient une conférence de presse pour officialiser ses intentions. Sauf que dans le même temps, Emmanuel Bichot, maire de Saint-Romain fait de même.

Dès lors, chacun y va de sa réunion pour impressionner l’autre. En coulisses, les états-majors respectifs des candidats n’hésitent pas à égratigner, parfois très durement, la stratégie de l’adversaire du même parti. Ni la décision de la commission d’investiture – qui confie à Alain Houpert la réalisation de l’union à Dijon, ni les diverses rencontres ne permettront de trouver un terrain d’entente.

Il faudra donc attendre ce 27 janvier 2014 pour qu’enfin, le pacte soit scellé. “Les Dijonnais ne s’intéressaient pas encore à la campagne”, répond Alain Houpert. “C’est un signal envoyé aux électeurs alors qu’à gauche, les listes se multiplient”. Il y a quelques jours, François Sauvadet avait fixé un ultimatum très clair à Emmanuel Bichot.

“L’accord a été conclu après moins d’une semaine de négociation”, se félicite pour sa part le maire de Saint-Romain. Il a décroché sept places pour son équipe dans la liste, dont la sixième, la septième et la dixième. “J’y vois la reconnaissance de notre existence dans la vie politique dijonnaise et de la valeur ajoutée résultant de nos compétences et de nos valeurs”.

Les mauvais souvenirs de côté

Dans l’ombre, Alain Joyandet parle d’une “participation modeste” mais voit surtout dans cette alliance, attendue, un “rebond de taille dans la campagne électorale”. Un temps, il a même été pressenti sur la liste. “Je suis très heureux de cette issue pour Dijon et pour l’image que devait donner le parti”. Dans les rangs mêmes de l’UMP, on commençait à s’agacer de cette situation.

“Je n’ai été l’otage de personne”, tient à rassurer Alain Houpert. “C’était un acte de responsabilité, l’union de trois équipes derrière un leadership qui est incarné par Alain Houpert”, poursuit-il, comme pour rappeler que le patron, ce sera bien lui. Les équipes des deux candidats doivent désormais se rencontrer pour fusionner les programmes et harmoniser les propositions.

“Notre seul adversaire, désormais, c’est François Rebsamen”, souligne Alain Houpert. Les deux candidats l’assurent en cœur, les velléités appartiennent au passé. Pourtant, on sait bien que plusieurs colistiers potentiels, de chaque côté, ne voyaient pas du tout d’un bon œil une telle union. Alors, ils préfèrent balayer ça d’un revers de main. “Nous avons désormais deux mois utiles devant nous. Nous sommes arrivés à maturation, nous sommes bien armés”, assurent-ils.

Les commentaires sont clos.

  1. Un très beau geste du Sénateur HOUPERT qui rassemble sur son nom tous les Dijonnais , lassés des petites combines de la municipalité sortante . Comme quoi l’union mobilise … y compris parmi les anciens amis de Monsieur REBSAMEN.

    CLEMENCEAU le mercredi 29 janvier 2014 à 15h08

  2. “Nous sommes arrivés à maturation, nous sommes bien armés” Quel beau vocabulaire !
    La maturation après la bagarre, les enfants guerriers se réconcilient, les pistolets restent chargés mais vers d’autres directions.
    On espère qu’ils ne se chamailleront pas trop vite sur le programme !

    @ Clémenceau : ce n’est pas un beau geste de Bichot également ? L’union se fait à deux non ?

    Joseph B le jeudi 30 janvier 2014 à 23h50

  3. You have mentioned very interesting points ! ps nice website . “There is no vice so simple but assumes some mark of virtue on his outward parts.” by Mary Bertone.

    Chicago Whitesox iPhone 5s Cases le samedi 21 juin 2014 à 22h06