Alain Houpert s’engage à installer “une stabilité fiscale” s’il est élu maire de Dijon

Sénateur UMP de la Côte-d’Or et candidat aux Municipales de Dijon, s’en prend vivement à François Rebsamen, dont il critique la politique fiscale.

“A Dijon, il n’a pas su mettre en œuvre une fiscalité qui favoriserait une baisse des charges, le maintien et le développement de l’emploi local”, déclare-t-il dans un communiqué de presse reçu vendredi 24 janvier.

Il rajoute que s’il vient à être élu, il s’engagerait alors à “soutenir les créateurs de richesses et les porteurs de projets” en instaurant une stabilité fiscale durant le prochain mandat municipal.

A lire ci-dessous l’intégralité du communiqué de presse d’Alain Houpert : 

“Soutenir les acteurs économiques dijonnais par une stabilité fiscale.”

Le monde de l’entreprise, les commerçants, les artisans attendent avec impatience la mise en œuvre du « Pacte de Responsabilité » proposé par le Gouvernement. Pour l’instant ce ne sont que des promesses. Il nous faut rester vigilants sur ces annonces, mais l’on peut espérer que des mesures concrètes de réduction du coût du travail et de lutte contre le chômage viendront rapidement aider l’économie. Car les entreprises attendent enfin des actes pour retrouver la confiance et créer des emplois.

Au niveau local, le maire sortant, qui soutient depuis 18 mois une politique de pression fiscale incohérente et inéquitable, fait subir à l’agglomération dijonnaise les taxes décidées par le Président François HOLLANDE, de manière arbitraire et absolument inefficace pour inverser la courbe du chômage. A Dijon, il n’a pas su mettre en œuvre une fiscalité qui favoriserait une baisse des charges, le maintien et le développement de l’emploi local. Il a doublé la taxe transport, augmenté la Contribution Foncière des Entreprises (CFE), mis en place une taxe sur les enseignes, instauré une taxe sur les terrasses et les chevalets des commerçants.

Je souhaite soutenir les créateurs de richesses et les porteurs de projets qui contribueront au renouveau économique, défendre l’activité économique du Grand Dijon, l’harmonisation et la simplification de la fiscalité, la baisse des charges.

Pour cette raison, je m’engage à instaurer une stabilité fiscale durant le prochain mandat municipal, à baisser la CFE et les taxes locales, afin de soutenir les acteurs économiques locaux.

Notre économie dijonnaise, nos commerçants, nos artisans, nos industriels, nos entreprises au sens large, créatrices de richesses et d’attractivité méritent d’être mieux considérées car c’est bien sur eux que repose le redémarrage économique de demain.

Je m’engagerai à leurs côtés pour défendre leur pérennité et leur développement, par des actions adaptées et concertées.

Les commentaires sont clos.