Quand Luke (Houpert) Skywalker veut défier Dark (Rebsamen) Vador

2014-01municipales-star-wars-JJ-miroir

Il n’y a pas si longtemps, dans un monde pas si éloigné. Une époque où la guerre électorale fait rage. Avec ses amiraux, opère à travers la ville de Dijon. Il pense même avoir remporté la première bataille, celle de l’honnêteté et des idées.

Il faut dire que face à lui, le maire sortant n’est pas encore en campagne. Ce qui pousse Alain Houpert à croire en sa bonne étoile. Lui qui se définit volontairement comme “Luke Skywalker allant combattre Dark Vador”. Reste à savoir où est le côté obscur de la force.

Vous avez dit made in Dijon ?

Au cellier de Clairvaux ce mercredi 22 janvier, Alain Houpert souhaitait donc sonner l’union, celle des rebelles contre l’Empire. Mais il n’en sera rien. Emmanuel Bichot, le candidat déçu à l’investiture UMP, ne franchira pas la porte, malgré une (ultime ?) négociation. “J’ai rencontré celui qui alimente les médias et je lui ai fait une proposition généreuse. Celle d’intégrer sept personnes sur ma liste”. En vain. , député et président du conseil général de Côte-d’Or de prévenir que ceux qui prennent la responsabilité de ne pas réaliser l’union devront l’assumer devant lui.

Dans l’assistance, l’absence d’Emmanuel Bichot ne semble pas déranger outre mesure. Contrairement à celle des plus jeunes. “Ils ont oublié de les inviter”, lance un militant. Réponse cinglante d’un autre : “Les jeunes sont à gauche”. Il marque une pause et reprend : “Enfin au début, après ils prennent conscience”.

Sur les chaises, le candidat a distillé plusieurs flyers présentant les grands points de son programme. À première vue, on sent une (bonne) reprise en main de la communication. 100% made in Dijon, assure même sa colistière. Des photos jusqu’à l’impression. Seulement, en regardant de plus près, ça n’est pas vraiment le cas. Une partie des photos viennent tout simplement du célèbre site Fotolia. Par exemple pour utiliser la photo des policiers à vélo, il vous en coutera au minimum trois crédits ! Et que dire des écharpes estampillées Made in China…

Pourtant, chacun en porte une, fièrement, autour du cou. “Notre adversaire c’est le maire sortant et nous voudrions qu’il sorte”, lance François Sauvadet. “Derrière son visage souriant, c’est une main de fer dans un gant de velours qui n’écoute que ses amis, ses intérêts, son idéologie”. Avant de faire une allusion à son passé, sa formation d’origine…

Photo Jonas Jacquel

Photo Jonas Jacquel

Il veut “flinguer”

François Rebsamen, qui entrera en campagne le 6 février, est en effet un ancien trotskyste de la Ligue communiste révolutionnaire. “C’est le roi de l’esbroufe et de la communication”, poursuit-il. “À côté de lui, malgré les critiques de mon opposition, je suis le perdreau de l’année”. François Sauvadet s’interrogera même sur la véracité du devoir de réserve de l’État qui a fait le choix d’inaugurer la Lino, la liaison Nord-Ouest de Dijon, le 10 février.

Car à tout juste deux mois du premier tour, la tension monte d’un cran. “Nous poursuivons notre belle aventure humaine”, assure . “Où vous sentez-vous le plus utile ?”, demande-t-elle au maire avant d’énoncer les choix : “À France Inter, sur LCI, chez Canal+ ou dans votre bureau ?” La salle applaudit.

“Ce soir, j’ai choisi de parler”, renchérit Alain Houpert. “Je vais flinguer”. Et il ne sera pas tendre avec celui qu’il appelle le maire sortant. “Il se vante d’avoir fait évoluer la ville, mais heureusement avec le pognon qu’il a dépensé”. Il promet d’engager un audit privé pour estimer l’héritage financier de la ville. Il envisage par exemple une dette à un milliard d’euros.

“Le maire est adepte du sadofiscalisme et du tir aux contribuables pigeons”, ajoute-t-il. À travers six thématiques, il déroule ses premiers axes programmatiques. “Il faut cesser le bétonnage. La rue de la liberté est un caniveau. Il n’y coule pas de l’eau, mais des passants. Il faut reproduire le modèle de Troyes et inciter les gens à s’installer au-dessus des commerces”.

Photo Jonas Jacquel

Photo Jonas Jacquel

La fluidité en priorité

Tickets de bus et tramway à un euro, remise à double sens de la rue Lamonnoye, aménagement de parkings-silos sur l’emplacement actuel de la patinoire – qui sera reconstruite à côté de la piscine olympique – et au palais des sports, mise en place d’une pépinière d’entreprises par secteur. Tout y passe. “Tout, dans la génétique de Dijon lui permet d’en faire une vraie capitale économique”, martèle Anne Erschens.

“Je ne veux pas d’une ville pépère”, poursuit Alain Houpert. “Dijon peut devenir exceptionnelle”. Avant de tacler les premiers colistiers de son adversaire : “Nous savons tous que François Rebsamen ne sera pas maire de Dijon durant tout son mandat, il veut finir ministre. Alors, voulez-vous de Colette Popard ou d’Alain Millot ?» La salle, sans surprise, répond non. “Et que dire de Nathalie Kœnders ? Elle est championne de canoë, une bonne chose, car elle devra ramer”. Les militants sourient, applaudissent.

“Je serai David contre Goliath, je serai votre chevalier de la Toison d’or”, s’amuse-t-il. Nous ressentons comme une pointe de déception. S’il a bien cité plusieurs écrivains et philosophes, pas une allusion au Maréchal de Vauban dont il aime paraphraser l’expression à chaque réunion publique. Message visiblement transmis puisqu’à la dernière seconde, il lancera : “Il n’y a pas de forteresse imprenable, il n’y a que des échelles trop courtes”. Nous voilà rassurés.

Photo Jonas Jacquel

Photo Jonas Jacquel

Les commentaires sont clos.

  1. Il étai temps que ces jeunes femmes de l’équipe s’expriment , cela donne de la profondeur aux exposés et du contenu, et valorise un peu ce candidat falot qui ne sait pas s’exprimer et n ‘a aucun charisme et canarde les personnes ,son sport favori

    josephine le jeudi 23 janvier 2014 à 16h48

  2. Qu’Houpert commence par faire son boulot de sénateur et de conseiller général: il sèche en permanence (le moins assidu des sénateurs de Côte d’Or) . Ses proposition démagogiques et racoleuses n’aboutiront qu’à dresser un peu plus les nantis contre les autres… C’est ainsi que l’on prépare la guerre civile ! Assez d’invective: projet contre projet ! Mais, de grâce, les procès d’intention et les arguments de caniveau sont détestables.

    Andorcet le jeudi 23 janvier 2014 à 18h30

  3. Mr flingue? Quelle élangance! Ca en dit long sur les méthodes… Il ferait bien de balayer devant sa porte! Et puis de ne pas trop la ramener sur les collistiers

    PolUneTourtel le jeudi 23 janvier 2014 à 21h12

  4. Ras le bol des commentaires identiquement négatifs qui racontent inlassablement la même rengaine ! Oui, comme beaucoup d’autres, je suis très heureuse de savoir qu’il existe encore des personnes vraies et constructives en politique, Mr Houpert en est un bel exemple. Allez plutôt échanger et vous rendre compte qu’il y a un bel avenir possible pour Dijon et les Dijonnais !

    Mischouquette le jeudi 23 janvier 2014 à 23h32

  5. Ce qu’ il y a de “réconfortant”, dans le paysage des médias de Dijon c’ est la constance des commentaires, seul le maire sortant est “vertueux”, “efficace”,etc… les autres ont tous les défauts et particulièrement ceux qui souhaiteraient proposer aux habitants de Dijon autre chose qu’ une dette abyssale à payer des octobre 2014,une faillite de l’économie dijonnaise et particulièrement des commerces du centre ville,un bétonnage enlaidissant tous les quartiers et surtout des bouchons , encore des bouchons ,toujours des bouchons. Belle objectivité

    zazi le vendredi 24 janvier 2014 à 6h35

  6. m HOUPERT est courageux il se présente a dijon 151553 hab alors que canton en a que 1073

    wad le vendredi 24 janvier 2014 à 7h18

  7. Je constate que Mr HOUPERT s’exprime comme un grossier personnage, ce qui ne donne pas envie de voter pour lui… Il me fait penser à un vampire assoiffé de sang.

    CamilleG le vendredi 24 janvier 2014 à 8h54

  8. Oui Mr Houpert est courageux, c’est un homme de terrain, un homme proche des gens qui connait bien ce que nous vivons au quotidien. Les commentaires assassins ne changeront rien à l’idée que s’en font les gens qui le rencontrent et qui se rendent bien compte de sa sincerité et de son sérieux !

    Marie Sarah le vendredi 24 janvier 2014 à 10h04

  9. Coïncidence : Dark VADOR a la même voix caverneuse que celle de Monsieur REBSAMEN. Pour incarner le mal… sans aucun doute

    CLEMENCEAU le vendredi 24 janvier 2014 à 14h33

  10. En effet, Zazi, le bilan de M Rebsamen n’est pas parfait, et le fait qu’il commence tardivement sa campagne ne permet pas encore le débat de fond avec M Houpert.

    Mais le plus triste est que M Houpert n’ai vraiment pas grand chose à proposer, ce qui fait de lui un candidat peu crédible, et n’oblige pas le monarque Rebsamen et son aéropage de candidats soumis et sans vrai projet à nous proposer une ville nouvelle, rebondissant et sortant de sa vie ronronnante. Une ville également plus écologique, qui n’a pas connue une gestion avangardiste en matière d’environnement. Dijon est en retard en matière de dynamisme des citoyens, en terme de festivals populaires, qui reste trop endormie et sans agenda 21 (développement durable).

    Les écolos, les cocos et les centristes se rallient à Rebsamen, pour une ville molle, car ils arrivent sans projet ou sans revendication auprès d’un PS dominant (avez vous lu beaucoup de revendications ou projets dans la presse de la part des petits partis ralliés ? non, ils sont atones, sans droit à la parole, sinon c’est “circuler, je n’ai pas besoin de vous !”).

    Houpert les houspille et se veut “flingueur”. On est bien avancés…

    Joseph B le vendredi 24 janvier 2014 à 16h36

  11. J’aime cette comparaison avec Star Wars mais allons jusqu’au bout et posons nous les vraies questions :
    – Alain Houpert se sent il ainsi le fils caché de François Rebsamen comme Luke est le fils d’Anakin (Dark Vador) ?
    – Si Alain Houpert est Luke Skywalker, Franck Ayache est-il Chewbacca et Laurent Bourguignat serait-il lui Yoda ? Et enfin qui est Jar Jar Bings, je n’oserai pas penser à François Sauvadet ?

    Robert HENRION le dimanche 26 janvier 2014 à 15h36

  12. Vas-y alain!!! Que la force soit avec toi!!!
    (bon sinon c’était pas des chevaliers pour la toison d’or mais c’est pas grave alain tous le monde ne peut pas être culturé…)

    Romain J le lundi 27 janvier 2014 à 18h44

  13. Oui François Rebsamen n’est certes pas un parangon de vertu. De là à en faire l’incarnation du mal fiscal, lors qu’on est soi-même un élu cumulard peu actif et capable de surendetter une commune comme Salives, il y a des grands écarts et de langage qu’il est préférable d’éviter.

    Ludovic le mercredi 26 février 2014 à 9h23