Gaëtan Gorce, sénateur PS de la Nièvre, plaide pour des métropoles rurales

Dans un billet sur son blog, Gaëtan Gorce, sénateur PS de la Nièvre et maire de la Charité-sur-Loire plaide pour la création de métropoles rurales, en rapprochant les collectivités. Par exemple, la fusion du département de la Nièvre et de l’agglomération de Nevers “dans une Assemblée de la Nièvre intégrant aussi les seules compétences économiques des communautés de communes décuplerait la capacité d’action de la nouvelle collectivité et garantirait une vraie solidarité territoriale autour d’un projet de développement partagé”, estime Gaëtan Gorce.

Lire le billet dans son intégralité ci-dessous :

“Le Président de la République semble décider à favoriser une refonte de notre organisation territoriale et c’est tant mieux. Les textes dont le Parlement avait jusqu’alors été saisi témoignaient en effet d’une excessive prudence qui ne doit plus être de mise. L’enjeu est en effet de passer d’une organisation commandée par une logique administrative à une organisation portée par les enjeux du développement. La réforme ne devra donc pas s’arrêter aux frontières de l’Ile de France ou à la fusion de quelques régions. Elle devra permettre aux collectivités locales de nos territoires ruraux de se regrouper en inventant si nécessaire des formes nouvelles pour faire bloc et pour faire masse. Ce sont de véritables “métropoles rurales” qu’il faut encourager non en plaidant pour une extension du périmètre des intercommunalités, qui resteront en tout état de cause trop faibles pour agir et surtout investir, mais en favorisant des alliances permettant aux structures nouvelles d’atteindre une taille critique. Prenons l’exemple de la Nièvre : le département, de 220.000 habitants, est paralysé par le poids des dépenses sociales et par le saupoudrage de ses aides. En parallèle, se met en place une Agglomération autour de Nevers qui réunit les 2/3 des ressources économiques disponibles. La fusion de l’un et de l’autre dans une Assemblée de la Nièvre intégrant aussi les seules compétences économiques des communautés de communes décuplerait la capacité d’action de la nouvelle collectivité et garantirait une vraie solidarité territoriale autour d’un projet de développement partagé. Pourquoi alors ne pas s’y engager sans tarder ?

Cette simplification devrait être soutenue par l’Etat via un accroissement des aides dédiées à l’Investissement afin de s’assurer que c’est bien vers l’avenir que cette “métropole nivernaise” sera tournée. Ce schéma pourrait être reproduit dans toutes les zones fragiles pour leur permettre de changer de braquet !

La politique annoncée la semaine dernière ne laisse, à mon sens, d’autres solutions à nos territoires que de se prendre en main. En l’absence criante et désolante d’une politique d’aménagement du territoire, aux élus de prendre l’initiative et de placer l’Etat devant ses choix : il veut une simplification que nous devrions être d’autant plus enclins à lui donner qu’elle sert nos intérêts à long terme, mais en échange d’un appui renforcé à nos efforts d’investissement ! Un autre pacte de responsabilité en quelque sorte …dont la gravité de la crise ne fait qu’accroître l’extrême urgence !”

Les commentaires sont clos.