Des pixels et du son

IMG_5019-2

Depuis le parking, on s’attend presque à voir les murs du trembler. Les basses résonnent. Samedi soir, c’était la première édition de PixMix, jeu musical initié par l’association Risk au Bar bleu de la salle dijonnaise. A l’intérieur, 450 personnes, entre 20 et 30 ans, se démènent sur de la musique techno.

IMG_4905

Photo Nicolas Boeuf

Le compteur arrive à zéro. «Les votes sont ouverts», lance le DJ derrière ses platines. «Hé là, on ne triche pas avec les votes. On n’est pas chez Balkany, à Levallois-Perret». Pour cette soirée un peu particulière, ce sont les danseurs qui choisissent le style de musique. Toutes les 50 minutes, ils sont invités à coller un post-it de couleur correspondant à un genre electro sur les panneaux disposés au fond de la salle.

Une bande de DJ’s locaux

Ca se bouscule, on s’arrache les post-it des mains. Après 5 minutes de votes, c’est le panneau bleu qui obtient le plus de post-it. C’est parti pour 50 nouvelles minutes de house. Les DJ de Risk, Coma Allianss, Radio Meuh et Radio Campus Dijon se relaient sur la scène.

IMG_4996-2

Photo Nicolas Boeuf

La musique reprend de plus belle. Oreilles sensibles s’abstenir, les beats soulèvent l’air et les fêtards. L’electro pop suivra la house, avant une session de bass music, et ainsi jusqu’à 4h30 du matin. Quelques-uns prennent le temps de souffler au bar. Le choix est limité : c’est bière ou champagne.

Leçon de démocratie sur le dancefloor

Subitement, une partie de la foule envahi la scène pour danser autour du DJ aux platines. Imperturbable, il enchaîne les mix, jongle entre deux ordinateurs et une boîte de vinyles. Gigantesque lâché de ballons derrière lui. La soirée atteint son climax sur un remix electro de la chanson Black Betty du groupe rock Ram Jam.

|Photo Nicolas Boeuf

Photo Nicolas Boeuf

A la sortie du Zenith, on fume une dernière cigarette avant de partir. La soirée est terminée, les corps repus de danse et les oreilles qui sifflent un peu. «J’aurais bien écouté un peu plus de nu disco», soupire un danseur un peu insatisfait. C’est l’impitoyable loi de la , il faut se plier à l’envie du plus grand nombre. Une leçon de démocratie musicale.

Les commentaires sont clos.

  1. J’espère pouvoir y aller à la prochaine édition! :)

    CamilleG le mardi 21 janvier 2014 à 8h48

  2. Pour avoir fait parti du staff de cette soirée… Je confirme qu’elle était tout simplement fabuleuse et tout le monde attend les prochaines dates!!!! VIVA PIXMIX!!!!!!

    Guillaume le mardi 21 janvier 2014 à 12h32