Fusion de la Bourgogne et de la Franche-Comté : François Patriat serait-il “opportuniste” ?

Photo Jonas Jacquel

Photo Jonas Jacquel

C’est , délégué de l’UDI Côte-d’Or et conseiller régional de Bourgogne qui l’affirme : à trop retourner leur veste, les élus finissent par se contredire.

Dans un communiqué transmis à la presse jeudi 16 janvier 2014, l’élu d’opposition dénonce en effet le revirement de position des présidents socialistes de Bourgogne et de Franche Comté, respectivement et Marie-Guite Dufay.

Car ceux qui se positionnaient il y a peu encore contre la fusion des deux régions semblent avoir soudainement évolué dans leur point de vue.

Et ce, notamment, depuis la prise de position du président de la République François Hollande, qui pour “mettre un terme aux enchevêtrements et doublons” des collectivités territoriales, a préconisé en début de semaine de réduire le nombre de régions françaises de 22 à 15. Et d’après le rapport Balladur de 2009, la Bourgogne et la Franche-Comté seraient les premières impactées par une nécessaire fusion administrative.

“Moi je ne fais qu’un seul geste…”

Ressortant les archives de la presse locale, le conseiller régional d’opposition Pascal Grappin s’est amusé à rapprocher les points de vue des deux présidents de région concernés. Tandis qu’en 2009 François Patriat affirmait par exemple que l’idée alors proposée par la droite “se heurtera aux réticences des territoires et des hommes et posera trop de difficultés sur des questions essentielles”, il affirme aujourd’hui dans les colonnes de nos confrères du Bien Public que ce rapprochement “s’inscrit dans la logique de l’histoire et dans sa nécessité”.

Marie-Guite Dufay, présidente de la région Franche-Comté, s’est montrée plus mesurée le jour-même dans les colonnes de l’Est Républicain.

Quant à l’élu UDI-Nouveau Centre, Pascal Grappin n’a pas profité de la tribune pour se positionner sur le sujet.

Ci-dessous, le communiqué dans son intégralité.

François Patriat et Marie-Guite Dufay, au Parti Socialiste, les idées changent, pas l’opportunisme politique !”

Je découvre avec le plus grand étonnement dans le Bien Public de ce jour que François Patriat, Président de la Région Bourgogne, et Marie-Guite Dufay, Présidente de la Région Franche-Comté, sont « favorable au rapprochement de la Bourgogne et de la Franche-Comté, qui s’inscrirait même « dans la logique de l’histoire et dans sa nécessité » pour François Patriat. Pour Marie-Guite Dufay, « il ne faut rien s’interdire et ne se mettre aucun tabou en tête ».

Pourtant, lorsque l’idée était émise par le rapport Balladur en 2009, François Patriat faisait ce commentaire dans le même Bien Public du 24 février 2009 : « Pour moi, cette réponse [fusionner les deux régions] n’est pas la bonne ». Deux jours plus tard, il précisait à l’Yonne Républicaine : « La proposition de fusion des régions est celle qui a le moins de chance d’aboutir. Non seulement elle se heurtera aux réticences des territoires et des hommes, mais elle posera trop de difficultés sur des questions essentielles». Mme Dufay trouvait quant à elle « plus utile que les ressources budgétaires soient sécurisées et qu’une véritable réforme de la fiscalité locale soit mise en place, avant que cette proposition ne soit à l’ordre du jour ».

Ce revirement spectaculaire s’explique-t-il par une évolution de l’ « identité forgée par l’Histoire » évoquée en 2009 par Mme Dufay ? Je crains que non.

Ce revirement n’est que le symptôme d’une pensée partisane et politicienne, éloignée de toute réflexion sur l’intérêt général.
Cet opportunisme est dangereux car il remet en question la crédibilité de l’action publique. Comment faire confiance à des hommes et des femmes qui jugent des idées non pas pour ce qu’elles sont mais en fonction de qui les expriment ?

Pascal Grappin délégué départemental de l’UDI Côte-d’Or”.

Les commentaires sont clos.

  1. pasde fusion svp la Franche Comté ne veut pas ressembler a la Bourgogne

    fieredetrecomtoise le vendredi 17 janvier 2014 à 7h33

  2. Dés qu’il s’agit de changer quelque chose le français est contre, par principe, ce genre d’attitude conduit droit dans le mur.

    raisonnable le vendredi 17 janvier 2014 à 7h44

  3. ce sont les départements qu’ il faut fudionner

    azefty le vendredi 17 janvier 2014 à 7h53

  4. Je confirme. Hors de question de ressembler aux Franc-Comtois.

    fierdetrebourguignon le vendredi 17 janvier 2014 à 7h56

  5. et ressembler aux bourguignon ca me donne envie de vomir

    comtoisrendtoinennimafoi le vendredi 17 janvier 2014 à 8h05

  6. non ya pas dautres choses plus importante que ca a faire messieurs. si cest pour gagner encore et encore du frique trouver autre chose. chaque region a ces specialitées culinaire, monument, une histoire. on a qua fusioner avec toutes les autres pendant que vous y etes pour en faire plus qu une. du massacre voila ce que cest

    elise le vendredi 17 janvier 2014 à 8h20

  7. on laisse comme cest. pourquoi toujours tous changer des personnes, des rois ce sont battus pour sa et aujourdhui sans consulter les principaux concernés on claque les doigts et on change tous. mais ou va ton franchement reagissez un peut

    lucie le vendredi 17 janvier 2014 à 8h25

  8. Souvent socialiste varie, bien fol est qui s’y fie …

    Getafix le vendredi 17 janvier 2014 à 8h42

  9. Vous ne comprenez donc vraiment rien ! On parle de fusion ADMINISTRATIVE. La Bourgogne restera la Bourgogne et la Franche Comté restera la Franche Comté (et ça marche pour toutes les autres régions). C’est les Conseils Régionaux qui fusionneront avec donc moins d’élus (quoi que ça, ça reste à voir… la réforme les départements qui rentrera en vigueur l’année prochaine prévoit… + d’élus !!!) et moins de fonctionnaires (à voir aussi…). C’est une mise en commun des moyens. ‘Vous inquetez pas, vous garderez tous votre identité régionale, c’est l’administration qui changera, elle (ou pas, vous l’aurez compris !).

    vincent le vendredi 17 janvier 2014 à 8h47

  10. Quand on voit le niveau des commentaires, ça ne donne vraiment pas envie ^^

    Désabusé le vendredi 17 janvier 2014 à 9h09

  11. Une éventuelle ” fusion” de nos deux régions , posera cependant la question de ” la ville Capitale” de <> . ne serait ce que sur un plan symbolique : voila bien un point important ! Les Bisontins accepteront t’ils que DIJON ; de part sa taille , poids économique et situation géographique ( entre PARIS et LYON ); devienne ainsi LA Capitale de La grande Région ? Je précise que je suis Dijonnais et que j’ai des amis à Besançon et Paris.

    Patrick Lepak le vendredi 17 janvier 2014 à 11h43

  12. Les régions n’ont pas supprimé les identités locales. Regrouper deux régions ne sera pas signe de perte de cultures et d’identités. On aura des régions plus fortes dans le concert des nations à l’échelle mondiale, dans la mise en oeuvre de l’Europe, un peu comme le sont les landers allemands. Je travaille et vie en Bourgogne, j’aodre la Franche-Comté et ses habitants, et j’aurais grand plaisir de me dire bourguignon et francomtois à la fois !

    Par contre, rattacher la Nièvre à la région Centre-Loire est une erreur, car la Nièvre a son identité fortement marquée par le Morvan, région naturelle principalement nivernaise. Ou sinon, il faut redécouper ce département.

    CitoyenDijonnais le vendredi 17 janvier 2014 à 21h15

  13. Patriat n’est pas le seul dans ce cas. En 2009, madame Dufay (socialiste) était elle aussi opposée à cette fusion.
    Ceci dit, ce type d’attitude partisane n’est pas propre à un parti.
    Supprimons les partis politiques et instaurons le tirage au sort !
    (et fusionnons Bourgogne et Franche-Comté bien sûr ! Car après tout, peu importent que certains changent d’avis au grès des ordres qu’ils reçoivent, l’important est qu’ils aient fini par se mettre d’accord sur la bonne mesure).

    Germain le lundi 20 janvier 2014 à 11h10

  14. A quand des tarifs TER préféntiels entre les deux régions?
    Commencer donc par là avec les simples citoyen-ne-s
    au lieu de pseudos liaisons (CHU, U ou Fce 3)…

    Dijon Autrement le jeudi 23 janvier 2014 à 14h15

  15. cheap completely as well as not well

    alfred angelo bridal cinderella diamond collection le vendredi 2 mai 2014 à 1h30