La pointe de dissidence de Kheira Bouziane (PS)

2014-01-voeux-kheira-bouziane-longvic-1

Pour la huitième étape de notre course des voeux, partons à Longvic, dans l’agglomération dijonnaise. La députée PS Kheira Bouziane se prêtait à l’exercice, mercredi 15 janvier 2014. Elle traditionnellement discrète s’est montrée un peu circonspecte sur la tournure que prenait le quinquennat de François Hollande.

Côte de popularité : La troisième circonscription bien représentée

À l’entrée de l’espace Jean Bouhey de Longvic, Kheira Bouziane gratifie chaque personne d’une chaleureuse accolade. Avec son suppléant José Almeida, par ailleurs candidat aux élections municipales à Longvic, la députée PS de la troisième circonscription de Côte-d’Or retrouve ses amis. Céline Maglica est là, pour représenter Laurent Grandguillaume, retenu à l’Assemblée nationale, mais aussi Jean Esmonin, maire de Chenôve, Michel Bachelard, premier édile de Quetigny.

On retrouve aussi Noël Bernard, conseiller général du canton de Genlis ou encore Rémi Detang, vice-président du Grand Dijon. Claude Darciaux, ex-députée de Côte-d’Or et maire de Longvic est aussi de la partie. Impossible de faire autrement quand on connait le lien qui attache les deux femmes. Et cette soirée en sera encore la preuve.

Badge de la CGT bien en évidence, les représentants syndicaux de TRW ont aussi poussé la porte de la salle. L’équipementier automobile veut mettre à la porte les 148 salariés du site côte-d’orien. Mais les salariés ne l’entendent pas de cette oreille. Ils ont parcouru des milliers de kilomètres pour avertir les autres sites du groupe. Cette fois-ci, ils ont attendu la fin de la cérémonie pour demander l’aide de Kheira Bouziane.

Degré de politisation : Comme une pointe dissidence

La petite fille de Kheira Bouziane accourt et lui saute dans les bras. Une dernière bise avant de se lancer. Derrière son pupitre, la députée débute par un hommage très appuyé à Claude Darciaux, son prédécesseur au poste à l’Assemblée nationale. “Je mesure à chaque rencontre avec les élus ou les citoyens le travail que tu as effectué et combien tu es appréciée”. À sa gauche, celle qui va quitter son poste de maire en mars 2014 apparait émue. Au moment de s’approcher du micro, elle laisse échapper un sanglot, recule puis revient afin de lancer un ultime merci.

“J’ai besoin de temps pour analyser et me positionner”, poursuit ensuite Kheira Bouziane. Quelques jours après la conférence de presse de François Hollande, elle paraît encore un peu chamboulée par les différentes annonces et le virage “social libéral” pris par le président. “2014 sera l’année du pacte de responsabilité. Espérons qu’il ne soit pas celui du pactole. Je serai vigilante quant à la mise en place de ce pacte et je veillerai à la défense de la politique de la famille”.

Le matin même, elle s’explique s’être replongée dans les soixante propositions de campagne du président François Hollande. “J’aurai aimé vous réunir pour célébrer la fin de la crise, vous dire que le chômage, la précarité énergétique, les discriminations diverses sont derrière nous”, assure-t-elle. “Mais au lieu de ça, la parole publique s’est débridée, les fermetures d’entreprises de toutes tailles se sont succédé”. Un clin d’œil à “la lutte exemplaire” des salariés de TRW, dans la salle donc, mais aussi ceux de Parker, de Mory Ducros.

“Ils soutiennent leurs entreprises puis leurs emplois”, martèle-t-elle à deux reprises. Ce soir-là, c’était sa seizième soirée de vœux. L’occasion pour elle d’évoquer ses quelques regrets : “Nous n’avons pas encore travaillé sur le statut de l’élu, il y a quelques inquiétudes pour la Base aérienne 102”. Elle garde même “sous le coude”, un moyen de pression pour relancer le projet d’échangeur sur l’autoroute A38 au niveau de Genlis. La salle sourit. Ce projet refait surface de façon régulière. Mais l’approche des sénatoriales apparait opportune pour la députée.

À la fin de son discours, elle s’approche d’un de ses assistants comme pour faire un bilan : “Tu as fait du Kheira”,répond-t-il. En plein discours, elle a confondu texte et sexe, dans l’hilarité générale. Avant d’expliquer “Je suis toujours très naturelle”.

Qualité du buffet : Verrines et saumon

La société de réinsertion Désie 21, basée à Chenôve avait préparé l’ensemble du buffet servi aux invités. Des verrines de tomate aux petits sandwichs au saumon, il y en avait pour tous les goûts. Côté boisson, l’ensemble était arrosé de bourgogne Passe tout grain, de kir ou de jus d’orange.

Les commentaires sont clos.

  1. Petite note à l’intention de Jeremie : en bonne lisibilité, sachez que les noms de vins sont des noms communs : on écrit donc un bourgogne et un kir. Sinon comment distinguer la région de Bourgogne et le chanoine Kir ?
    Bonne année à Miroir Mag.

    HUVET Michel le vendredi 17 janvier 2014 à 15h00

  2. Jérémie Lorand

    Bonjour Michel,
    Merci pour cette précision. Je procède à la correction.
    Et tous nos voeux pour cette nouvelle année aussi.
    Jérémie

    Jérémie Lorand le vendredi 17 janvier 2014 à 15h02

  3. Le chapeau de Mme la député semble dur à avaler. Prenez vos responsabilité Madame.

    Sireuil le vendredi 17 janvier 2014 à 18h50