Dijon : E. Bichot pour un accord avec A. Houpert s’il partage l’agglomération

2013-03-politique-municipale-2014-ump-emanuel-bichot-JJ-dijonscope-6

Bientôt la fin de la bataille à droite pour l’investiture de la mairie de Dijon en 2014 ? Opposé au sénateur de Côte-d’Or pour tenter de détrôner l’actuel maire de Dijon lors des prochaines municipales, le secrétaire national de l’UMP propose désormais un compromis à son rival : le partage de la tête de liste.

Après avoir tous deux personnellement rencontré le président de l’UMP Jean-François Copé le 15 mai dernier, un accord pourrait en effet se faire sur la base de la répartition des rôles. S’affirmant “ouvert à la discussion bien que convaincu des vertus d’une primaire”, Emmanuel Bichot a donc proposé dans un communiqué de presse daté de vendredi 24 mai 2013 un partage de la présidence de l’agglomération du Grand Dijon.

En clair, si l’un est tête de liste pour la municipalité, l’autre sera numéro 3 sur cette même liste, mais numéro 1 pour présider le Grand Dijon. Une proposition que doit encore approuver Alain Houpert, et qui risque de froisser les principaux soutiens de ce dernier. A commencer par Laurent Bourguignat, premier candidat historique à la mairie rapidement rangé derrière les rangs du sénateur UMP. Sur Twitter, Laurent Bourguignat a d’ailleurs mal réagi le 22 mai en lâchant : “Une équipe municipale ne se marchande pas. Elle se bâtit sur la confiance, la loyauté, l’éthique”.

A lire ci-dessous, le communiqué complet d’Emmanuel Bichot :

“Le 15 mai dernier,  Jean-François COPE, président de l’UMP, a proposé  aux deux candidats à l’investiture pour les prochaines élections municipales de Dijon une solution alternative à l’organisation d’une primaire, calquée sur le modèle de l’accord conclu pour les élections municipales de Reims.

Cet accord prévoit de présenter un binôme sur la base d’une répartition des rôles, avec un candidat en tête de liste pour la présidence de la communauté d’agglomération et le second pour la mairie, chacun désignant la moitié des membres de la liste. Bien que convaincu des vertus d’une primaire, j’ai fait savoir à Jean-François COPE  et Alain HOUPERT que j’étais prêt à discuter d’un accord sur cette base, dans un esprit ouvert et constructif.   

Toutefois, il est bien évident que si un accord équilibré ne pouvait être trouvé, il conviendrait de redonner la parole aux militants et sympathisants, dans le cadre d’une primaire ouverte, pour choisir la tête de liste comme à Paris, Lyon, Strasbourg et Grenoble.

Au bout du compte, nous devrons partir unis pour  affronter notre adversaire désigné, François REBSAMEN.

Emmanuel BICHOT, vice-président du Conseil général de la Côte-d’Or, secrétaire national de l’UMP.”

Les commentaires sont clos.