L’inattendue sobriété des vœux de François Sauvadet

2014-01-voeux-francois-sauvadet-conseil-general-cote-d-or-jeremie-lorand-lemiroirmag-1

Revenons à Dijon pour cette quatrième étape de notre course des . Descendons même au cellier de Clairvaux, seul vestige de l’abbaye de Clairvaux autrefois implantée dans l’actuelle capitale des Ducs de Bourgogne par les cisterciens.

Mais le président du conseil général de Côte-d’Or, François Sauvadet, n’avait rien d’un enfant de chœur, lundi 6 janvier 2014, pour sa traditionnelle cérémonie de vœux aux “forces vives du département”. Mieux, il n’a pas fait vœu d’abstinence en taclant son opposition et jalonnant, assez sobrement, le parcours pour les prochaines élections.

Côte de popularité : Ah qu’est-ce qu’on est serré !

Les invités sont déjà massés depuis plus d’une heure dans le Cellier de Clairvaux, la chaleur est suffocante. Quelques personnes reprennent leurs vestes et quittent la salle. À une centaine de mètres de là, les débats ont toujours court dans la salle des séances du conseil général de Côte-d’Or. Une session extraordinaire sur le redécoupage électoral.

Mais la concurrence était rude : le Medef, la ville de Beaune tenaient leurs cérémonies respectives quasiment au même moment. Il fallait donc bien se répartir les tâches. La plupart des élus d’opposition du conseil municipal de Dijon avait fait le déplacement : François-Xavier Dugourd déjà, par ailleurs vice-président du conseil général, mais aussi Laurent Bourguignat, Franck Ayache, Catherine Vandriesse et Marie-Claude Mille. Une bonne partie des élus de la majorité du conseil général aussi mais aussi Anne Erschens, deuxième sur la liste d’Alain Houpert pour les élections municipales à Dijon ou encore Damien Thieuleux, candidat UMP à Quetigny. Du côté des conseillers de gauche, on pouvait voir par exemple Yves Courtot (canton de Pouilly-en-Auxois).

Le colonel Jean-Christophe Boéri, commandant de la Base aérienne 102 a échangé quelques mots avec François Sauvadet alors qu’à l’autre bout de la salle, on retrouvait le colonel Jean Chauvin, directeur du Service départemental d’incendie et de secours de Côte-d’Or.

Côte de politisation du discours : Un Sauvadet pas au meilleur de sa forme

On aurait pu penser que les débats précédents la cérémonie nous auraient laissé un François Sauvadet tout en verve. Finalement, il en presque été autrement. Un peu plus de dix minutes de discours tout au plus, offensif certes, mais en deçà de ce à quoi il nous avait habitué. “L’année 2013 qui vient de s’achever aura été rude sur le plan économique et social”, débute-t-il avant de rendre hommage au caporal Thomas Guillebault du commando parachutiste de l’air n°20, basé à la BA 102.

2014-01-voeux-francois-sauvadet-conseil-general-cote-d-or-jeremie-lorand-lemiroirmag-3

Car sachez-le, la Côte-d’Or a peur. Enfin, ses décideurs. Peur du chômage, peur de la crise économique, peur du redécoupage électoral bien entendu, mais aussi peur des prochaines échéances qui approchent. “2014 sera une année particulière. Ce sera celle du renouvellement des 8 400 élus municipaux de Côte-d’Or”, rappelle François Sauvadet. “Être maire, c’est sans doute le plus beau des mandats ! Le maire incarne la politique dans son sens le plus noble. C’est aussi une fonction éprouvante, car on attend beaucoup de vous, particulièrement dans ces temps difficiles. Alors, n’attendez pas le renouvellement de votre assemblée pour lancer les dossiers !”. Un aparté rendu possible par la non-application de la réserve électorale sur cette institution.

Le bruit des bouchons de bouteilles qui sautent résonne sous les voûtes de la salle. François Sauvadet marque un arrêt et poursuit : “Notre cap pour 2014 est clair, continuer à investir. Certains parlent de saupoudrage en évoquant nos politiques. Il s’agit pour nous d’une politique assumée d’aménagement du territoire”… L’opération séduction des maires des petites communes bat son plein. Les Sénatoriales approchent, mais les Départementales aussi, en 2015. Alors, une dernière pensée pour bien débuter l’année : “Que 2014 soit l’année où nous redonnerons un sens au mot de fraternité inscrit dans notre devise républicaine”. Voilà, un discours vite expédié, conséquence sans doute des (très) longs débats ayant précédés l’événement.

Mais ceci a de quoi inquiéter. Surtout quand en abordant la question de la réforme des conseils départementaux (nouveaux noms des conseils généraux) il lâche un : “Je ne reviendrai pas dessus”… Petite pointe de déception dans l’Assemblée. “Il parait fatigué”, murmure un couple, la soixantaine bien tassée, adossé à un poteau. Un des conseillers généraux explique qu’il ne voulait pas donner de possibilité à François Rebsamen de l’attaquer lui ou Alain Houpert pour avoir instrumentalisé les vœux.

Qualité du buffet : Les petits plats dans les grands

Les voûtes du cellier de Clairvaux appelaient forcément autre chose que des gougères. Pour son buffet, le conseil général a fait appel à l’Auberge de la Charme et son service traiteur, Kook’in. Des mini-burgers, des verrines. Nous sommes loin du buffet 100% made in Côte-d’Or de l’année dernière, mais pour le moment, c’est bien lui qui se démarque.

2014-01-voeux-francois-sauvadet-conseil-general-cote-d-or-jeremie-lorand-lemiroirmag-2

Le tout étant copieusement arrosé par du Crémant du domaine Sylvain Bouhelier. Un vigneron installé à Chaumont-lès-Bois, dans le Nord Côte-d’Or bien entendu. Il fallait cependant bien jouer des coudes pour y arriver. Après tout, ne dit-on pas qu’après l’effort, il y a toujours le réconfort ?

Les commentaires sont clos.