Alain Houpert (UMP) fait le parallèle entre Dijon et la Rome antique

Le sénateur-maire de Salives et candidat aux élections municipales à Dijon, , s’interroge sur la “démagogie préélectorale”, de François Rebsamen qui a distribué 110 00 entrées pour la grande roue, la patinoire et le carrousel de Noël durant le mois de décembre.

Pour en savoir plus, lire le communiqué de presse ci-dessous.

“Faisant référence à l’article paru dans le Bien Public du 28 décembre dernier, intitulé “le marché de Noël se cherche” est-il raisonnable en période difficile de distribuer 110 000 entrées, (1€ l’entrée) pour la roue, la patinoire et le carroussel ? Sommes-nous encore à l’époque de la Rome Antique : “Panem et circenses” “du pain et des jeux”? Est-ce une action démagogique en période préélectorale ? Il serait plus opportun peut-être, d’utiliser cet argent pour offirir aux enfants un levier culturel qui leur permettrait d’avoir un accès à la musique, à la peinture, au théatre, au cinéma, aux musées (gratuit). La France, c’est chacun d’entre nous avec son histoire, avec sa mémoire mais avec ses rêves aussi. C’est par la culture, par l’émotion partagée devant la beauté, que nous lutterons le plus efficacement devant la tentation qui enferme chacun dans ses origines. L’art n’est pas tout, il ne peut pas tout, mais il élève l’homme au-dessus de sa condition. Nous sommes chargés de cet héritage que nous avons reçu indivis, mais il prendra la forme que nous lui donnerons car la culture ne s’hérite pas, elle s’acquiert. Ce qui doit tous nous unir, c’est cette conquête, car la culture est pour chacun d’entre nous. Il s’agit de savoir ce que l’on veut en faire pour l’avenir. Ne serait-il pas plus judicieux de parier sur cette valeur ajoutée afin de tirer chacun vers le haut ? Elle est notre identité et doit être partagée par le plus grand nombre. Tournons le dos à une société qui « mette en échec » et allons vers une société qui « mette en valeur ». Au-dessus de chaque candidature, il y a le code électoral à respecter !”

Les commentaires sont clos.