Quel visage a la criminalité en Côte-d’Or ?

Photo Jonas Jacquel

Photo Jonas Jacquel

“Nous ne sommes pas sur un territoire où il y a de la violence lors des cambriolages”, veut rassurer , le préfet de Côte-d’Or. “On ne veut pas inquiéter les gens ni installer une psychose”. L’institution mène pourtant en ce moment une campagne quelque peu alarmante sur le thème “cinq minutes suffisent” à un cambriolage.

Faire appel à la vigilance du citoyen, d’accord. Mais la préfecture ne craint-elle pas, à grand renfort de messages de méfiance et de dispositifs sécuritaires d’entretenir une peur néfaste ? À force de système d’alerte ou de surveillance en tout genre, n’y a-t-il pas de risque de créer un sentiment d’insécurité angoissant bien loin de réalité des chiffres ?

La préfecture fait le point après six mois de plan de lutte contre les cambriolages.

Criminels de passage…

L’état des lieux mené par la préfecture a permis de noter la présence d’une “de passage”, c’est-à-dire des cambriolages commis par des bandes organisées étrangères qui ne restent sur le territoire que le temps de commettre leurs méfaits.

Du côté de la gendarmerie comme de la police, on note les mêmes chiffres. “Environ 22-23% des mis en cause agissent dans le cadre d’une criminalité itinérante”, explique Jean-Luc Favier, commandant de la gendarmerie en Bourgogne. “On considère qu’il faut doubler ce chiffre pour avoir la réalité”. La moitié des cambriolages seraient donc du fait de cette criminalité de passage.

“Ce qui est en dessous de la moyenne nationale”, relève tout de même le préfet, Pascal Mailhos. Un chiffre qui reste en hausse. “Il s’agit d’une délinquance très organisée de personnes qui n’ont pas de domicile ni de travail en France”, poursuit la Procureur de Dijon, . “Ils ne restent en Côte-d’Or que le temps de commettre leurs exactions.”

2013-08-securite-routiere-autoroute-controle-gendarme-peage-autoroute-ecotaxe-camions-JJ-miroir-59

Photo Jonas Jacquel

… et banditisme à la française

En hausse aussi, le nombre de cambriolages total. Même si les actions engagées par la préfecture ont réduit cette augmentation de +9,1% sur les cinq premiers mois de l’année à +6,6% sur dix mois. Les faits commis sur les résidences principales sont aussi passés de +28,2% à +16,7%. Mais le département reste au-dessus de la moyenne régionale : +4,6% sur l’ensemble des cambriolages, +6,3% pour les résidences principales.

Un rapport de la police judiciaire (PJ) a été analysé par le journal Le Monde dans son édition du lundi 16 décembre 2013. Il constate, en France, “l’activité exponentielle des organisations criminelles étrangères”, “la persistance d’un banditisme traditionnel français” et “la montée en puissance des organisations criminelles issues de cités sensibles”. Le rapport donne des précisions sur la criminalité en Bourgogne-Franche Comté.

Les vols et cambriolages à l’origine des “groupes issus de la communauté des gens du voyage” sont évalués par la PJ a un niveau 3 sur 4 : “présence permanente de forte intensité”. Ceux commis par les “groupes issus de cités sensibles” à 4 sur 4 : “présence permanente d’organisations criminelles très structurées”.

En Côte-d’Or comme en France, les pouvoirs publics ont du mal à s’adapter à une criminalité toujours plus organisée, en mutation perpétuelle.

La criminalité augmente avec les difficultés économiques

Comment expliquer cette hausse des cambriolages en Côte-d’Or ? Les explications sont multiples. “Regardez l’évolution des cours de l’or”, avance Jean-Luc Favier. Dans la moitié des cas, les seuls objets volés sont des bijoux. Pascal Mailhos, explique la présence des criminels itinérants par la configuration du territoire. “Nous sommes dans une région très irriguée par les voies de circulation. Il est facile de rentrer et de sortir”. “La technologie, avec la vente en ligne, a facilité l’écoulement des objets volés”, assure de son côté Marie-Christine Tarrare.

La crise économique et la paupérisation des populations ne sont pas non plus étrangères à la hausse du nombre de cambriolages. “La situation économique est tendue”, admet la Procureur. “Les gens qui sont dans la précarité, si on leur donne des moyens pas tout à fait honnêtes de faire de l’argent, ils vont le faire. C’est humain.”

Citoyens : appel à la vigilance ou à la peur ?

2013-10-securite-cambriolage-vigilant-voisin-brazey-JJ-miroir-13

Photo Jonas Jacquel

Pour lutter contre ce phénomène, la préfecture joue la carte des dispositifs citoyens. Voisins vigilants, système d’alerte par SMS des commerçants, opération sécurité vacances, etc. Conséquence : le nombre de cambriolages a un peu diminué, et le nombre d’interpellés est passé de 98 contre 75 en 2012. Les forces de l’ordre ne suffisent plus, il faut impliquer le citoyen. “On mêle prévention et répression”, assure Pascal Mailhos. “Il faut faire comprendre aux habitants de Côte-d’Or que sans eux, la police et la gendarmerie n’y arrivent pas”.

Un appel qui ne se veut pas un constat d’échec. Mais le taux d’élucidation des cambriolages est très bas dans le département. Seulement 7% sont résolus et donnent lieu à un jugement. “En dépit du fort recours à la police scientifique”, regrette Pascal Mailhos, présente sur 67% des enquêtes.

Les commentaires sont clos.