Un nouvel espace bienvenu pour les Restos du cœur

Photo Jonas Jacquel

Photo Jonas Jacquel

Plus grands, plus adaptés. Le plus grand centre d’activité des Restos du cœur de Dijon vient tout juste de déménager dans la zone d’activité Cap Nord. Une visite inaugurale était même organisée, lundi 16 décembre, en présence du préfet de Bourgogne, Pascal Mailhos.
Un salut pour les 157 bénévoles qui ont accueilli plus de 3 700 personnes lors de la dernière campagne d’hiver et servi plus de 250 000 repas.

Photo Jonas Jacquel

Photo Jonas Jacquel

Car la 29ème campagne d’hiver des Restos s’est ouverte le 25 novembre dernier. Dans un contexte où le prix des matières premières, comme l’énergie, flambe et où le chômage s’accroît, les associations caritatives sont de plus en plus sollicitées et doivent répondre à des demandes croissantes.

Dans cette perspective, l’association départementale et les responsables dijonnais ont entrepris le déménagement et le réaménagement du plus grand centre d’activités et de distribution de Dijon. Celui-ci reçoit, durant la campagne d’hiver, plus de 1 200 familles chaque semaine pour bénéficier d’une équilibrée, qui constitue la base, le premier contact avec les plus fragiles.

Photo Jonas Jacquel

Photo Jonas Jacquel

Cette rencontre aura également été un moment de discussion et d’écoute vis-à-vis des besoins et des inquiétudes, mais également des aspects positifs et des initiatives qui marchent. La mise en place des chantiers d’insertions est de celles-ci. Activité fondamentale de l’insertion sociale tout d’abord, puis professionnelle ensuite, pour des personnes bien souvent éloignées de l’emploi depuis longtemps, mais également et souvent isolées socialement.

“Quand on vous dit que vous avez fait du bon boulot, ça fait quelque chose, vraiment ! C’est important de l’entendre. Moi, quand je suis arrivé aux restos, je n’avais pas confiance en moi, en ma capacité professionnelle. Je pensais que je ne savais plus bosser ! C’est une victoire pour moi. Il faut savoir que c’est important et pas toujours facile quand on n’a pas travaillé depuis longtemps de se plier à des contraintes, d’être présent, de dépasser ses doutes. La confiance des autres est très importante. Aujourd’hui j’ai envie de travailler”, témoigne Didier, en charge notamment des travaux de rénovation du nouvel espace d’accueil. “C’est important de faire beau et au mieux possible pour les bénévoles qui sont là, mais aussi pour que les bénéficiaires se sentent respectés et considérés”, précis-t-il.

Photo Jonas Jacquel

Photo Jonas Jacquel

Les , outre l’aide alimentaire qui reste la base des activités, proposent également un service d’aide juridique qui fournit aux bénéficiaires conseil et défense éventuelle lors de litiges et face à une machine administrative qui, bien souvent, les écrase et les intimide. Des aides précieuses, qui, après avoir assuré le nécessaire alimentaire, permettent d’autant plus de mettre un pied à l’étrier social.

Du point de vue “chiffres”, l’association a tenu à rappeler que depuis 2008, d’une façon générale, de nouveaux types de bénéficiaires sont apparus en plus du socle classique de personnes seules (35%) et de familles monoparentales (32%), tels que retraités (10%) et jeunes et étudiants (8%) qui étaient très rares jusque alors.
Ces nouveaux locaux auront coûté 75.000 euros dont une aide de 20.000 euros de la ville de Dijon et un don de 7.000 euros issu de la réserve parlementaire de Laurent Grandguillaume.

Pascal Mailhos a profité de ces discussions pour annoncer la mise en place prochaine d’un partenariat au niveau régional avec diverses enseignes de grande distribution, relatif à la lutte contre le gaspillage alimentaire. Une initiative évidemment profitable à l’aide alimentaire locale, à l’avenir.

Les commentaires sont clos.