Les Miss illuminent Dijon

Photo Jonas Jacquel

Photo Jonas Jacquel

La nuit est tombée sur Dijon quand les talons des 33 prétendantes au titre de claquent sur la patinoire éphémère installée place de la Libération. Une main sur l’interrupteur, , 2013 et , directrice générale de la société , entament le compte à rebours. Repris par la foule.

Sous l’œil du sénateur-maire de Dijon, , les reines de beauté donnaient le coup d’envoi des festivités de Noël, samedi 30 novembre 2013. Et si le froid était saisissant, les jeunes femmes ont incontestablement réchauffé l’atmosphère en s’offrant un véritable bain de foule dans la ville.

L’hystérie des grands soirs…

Une foule compacte s’avance sous le toit lumineux de la rue de la liberté. Au centre, sous les flashs, on distingue difficilement l’écharpe de Miss France. Marine Lorphelin est ici presque chez elle et va remettre sa couronne en jeu dans tout juste une semaine. Sourire aux lèvres, elle salue la foule, signe quelques autographes, s’arrête pour une photo.

Autour, le service d’ordre tente, tant bien que mal, de canaliser les passants. “En tout cas, vos policiers municipaux sont au taquet”, lance-t-elle à François Rebsamen. Le sénateur-maire de la ville ne peut en effet que constater le succès populaire de ce rendez-vous.

“Il vaut mieux être une Miss que François Hollande à Dijon”, lâche à plusieurs reprises un badaud, appareil photo à la main. Un clin d’œil à la visite houleuse du chef de l’État en mars 2013. Car ce soir-là, Place Darcy, dans le tramway puis place de la République, la foule ne fera que se densifier et les cris qu’augmenter.

Mais les regards s’élèvent déjà vers le ciel, scrutant les petites cabines de la grande roue qui surplombe le centre-ville. L’adjointe au maire déléguée au commerce et au centre-ville, , fera un tour avec Miss France et Sylvie Tellier. Elle immortalisera d’ailleurs le moment sur le réseau social Twitter. Le député PS posera lui en cabine avec Miss Bourgogne, Marie Reintz.

François Rebsamen opte lui pour son traditionnel tour du marché de Noël. Un verre de vin chaud à la main, loin de l’agitation. La plupart de gens ne sont venus que pour entrapercevoir les demoiselles, certains tenteront même de s’agripper au bus qui les reconduit à l’hôtel. Une journée somme toute classique dans le quotidien d’une Miss !

Les commentaires sont clos.

  1. Alors moi, j’y suis allée par curiosité et en tant qu’observatrice, à cet évènement: Résultats des courses: photos pourries :-), et pas d’inspiration pour écrire un petit papier, comme il m’arrive de le faire parfois en d’autres occasions! en tout cas, j’ai été très surprise du nombre de personnes qui ont assisté à la mise en lumières de la ville. J’ai eu le sentiment que c’était une star internationale qui venait, et que celle-ci prenait un bain de foule. Pourtant, ce ne sont que des miss parfaitement inconnues…

    CamilleG le dimanche 1 décembre 2013 à 10h14

  2. Puis au final, je suis rentrée directement une fois que les miss avaient pris le tramway… Je pensais qu’elles allaient rentrer à leur hôtel ensuite! :-)

    CamilleG le dimanche 1 décembre 2013 à 10h17

  3. C’est de la belle beauté, encore un grand moment de culture en perspective…

    Roamin J le lundi 2 décembre 2013 à 19h33

  4. Elle sont ivres sur la photo?:)

    Marie le vendredi 6 décembre 2013 à 12h07

  5. L’hystérite sévit à Dijon (et ce terme a un relatif rapport étymologique avec l’utérus). Friser l’émeute urbaine parce que quelques dizaines de créatures bien faites et à la dentition protochevaline s’exhibent, cela démontre que la populace de Dijon s’en tient à des valeurs au raz (de la touffe) des pâquerettes. De même que les dizaines de milliers de gens qui s’enflamment au stade de foot quand le DFCO joue, tout cela démontre un QF élevé dont on peut être fier ! (QF = quotient de futilité)

    soleil vert le vendredi 20 décembre 2013 à 16h28