La Chine sauve la saison touristique de la Côte-d’Or

2013-11-tourisme-touriste-chinois-chine-dijon-chouette

Si la Côte-d’Or attire, à elle seule, 40% du flux touristique de la région Bourgogne, les chiffres pour l’année 2013 sont loin d’être reluisants. La plupart des indicateurs – nuitées, arrivées et moyenne de séjour – sont à la baisse sur les premiers mois de l’année. Mais l’augmentation spectaculaire des clientèles lointaines vient contrebalancer cette tendance.

C’est en tout cas ce qui ressort des chiffres communiqués, jeudi 28 novembre 2013 par Côte-d’Or tourisme. Les Chinois deviennent en effet le 5ème marché sur le département, avec près de 70 000 nuitées. En hausse de 75% par rapport aux années précédentes.

Vous êtes plutôt “Hello” ou “Nǐ hǎo” ?

Le bilan touristique de l’été, au niveau national, est qualifié de “maussade” par la profession. Et la Bourgogne n’échappe pas à la règle : “Avec 3,79 millions de nuitées, les hôtels bourguignons ont perdu 63 800 nuitées dont 25 000 étrangères. La durée moyenne de séjour passe pour le moment de 1,36 à 1,34 nuitée”. Tous les départements bourguignons sont concernés par la baisse, mais particulièrement la Saône-et-Loire, qui enregistre 31 000 nuitées de moins et l’Yonne, qui en est à une perte de 20 600 nuitées. La Côte-d’Or connait de janvier à septembre une baisse de fréquentation plus limitée avec une perte de 7 800 nuitées.

Selon Côte-d’Or tourisme, “parmi les clientèles européennes, seuls les Britanniques et les Suisses seraient à peu près stables dans les hôtels bourguignons”. Dans le détail, le marché belge reste le 1er marché étranger suivi des Britanniques, des Néerlandais et des Allemands. “Heureusement, du côté de la fréquentation étrangère, la baisse sur le département est pratiquement contenue par l’augmentation spectaculaire des clientèles lointaines” : en effet, les Chinois sont toujours plus nombreux avec une hausse de 75 % et ainsi que les Américains avec 9 000 nuitées supplémentaires soit +20%.

“Si on ne voyait les Chinois jusqu’à présent que très peu hors de l’axe Dijon – Beaune, aujourd’hui ils découvrent Saulieu et le reste de la Bourgogne”, se félicite l’organisme. “Le contrepoint de cette hausse de fréquentation des clientèles asiatique et américaine c’est toutefois qu’une crise mondiale pourrait évidemment les remettre en question sur notre territoire”. Désormais, le département se tourne aussi vers d’autres destinations comme le Brésil. Dans chacun des trois cas, la France est leur première destination européenne.

Les commentaires sont clos.