François Sauvadet attend des “preuves d’amour” du Modem

François Sauvadet, président du conseil général de Côte-d'Or. Photo l Jonas Jacquel

François Sauvadet, président du conseil général de Côte-d'Or. Photo l Jonas Jacquel

On le sait, , le député de Côte-d’Or n’a jamais été un fervent adepte du mariage entre sa formation et le Modem. Il a même refusé de se rendre aux noces de “L’alternative”, le 5 novembre dernier. Invité de Radio classique et de LCI, jeudi 28 novembre 2013, il a demandé “des preuves d’amour” au président du .

“J’attends des preuves d’amour, j’attends de la sincérité de la part de François Bayrou”, a-t-il déclaré. “Je vois bien qu’il s’est positionné dans l’opposition et je ne voudrai pas que ce soit simplement tactique”. Avant d’ajouter “Mes alliés, c’est l’UMP, et je souhaite que notre mouvement politique prenne le leadership de la droite et du centre”.

Pour l’homme fort du conseil général de Côte-d’Or, le principal problème reste les alliances que le Modem peut nouer en vue des élections municipales. Notamment à Dijon. Le Modem a fait alliance avec la majorité socialiste sortante de François Rebsamen, par ailleurs président du groupe socialiste au Sénat, comme depuis 2008 alors que l’UDI soutient Alain Houpert, le candidat investit par l’UMP. “C’est incompréhensible. Est-ce qu’on peut rester durablement sur la posture où le Modem s’apprête à être allié dans les territoires, dans les communes, avec le Parti socialiste”, s’interroge-t-il.

Il a déjà demandé à plusieurs reprises à son nouvel allié de clarifier sa situation au plan local. Sans réponse à ce jour. De son côté, le chef de file du Modem en Côte-d’Or, François Deseille martèle que s’il était à Bordeaux, il travaillerait avec Alain Juppé, signe selon lui que le Modem travaille avant tout sur un programme politique.

“On ne peut pas être dans l’opposition à Paris et dans les majorités socialistes sur le territoire”, répond François Sauvadet. “François Bayrou considère que les élections locales sont des élections à part, des élections mineures. Je ne partage pas son point de vue”. Lui qui voit ces élections comme le premier tremplin de la reconquête.

Les commentaires sont clos.

  1. Toujours à droite, à droite toute… Sauvadet a toujours su, opportunément quant à sa carrière politique, jouer des étiquettes et des alliances. Constante évidente: Jamais au centre, toujours à droite. Préférer Houppert à Rebsamen, c’est jouer les patenôtriers (Fabricant, marchand de chapelet; Nom vulgaire du staphylier pinné…ça ne s’invente pas !)

    andorcet le jeudi 28 novembre 2013 à 10h31