Les nuits dijonnaises sous contrôle ?

2013-08-BA-el-berro-bar-JJ-miroir-6

Faire la fête oui, mais en pensant (un peu) aux voisins. C’est le but de la charte Harmonuits qui régit depuis 2003 les nuits dijonnaises. Jeudi 21 novembre 2013, l’État s’engageait officiellement dans cette démarche qui a fait des émules à travers la France. Mais ils l’assurent, cette charte ne doit pas tuer les nuits dijonnaises.

Une meilleure image pour Dijon

Un peu à l’écart de la salle du Byron Bay, en plein cœur de la rue Berbisey, les présidents des associations étudiantes regardent d’un œil vigilant le manège qui s’opère sous leurs yeux. Treize d’entre elles ont signé cette charte de “bonne conduite” des établissements de nuit. Cette fois, c’est l’État qui apporte ses compétences : “Nous allons développer la prévention aux abords des établissements, mais aussi n’ayons pas peur de le dire, la répression – en dernier recours”, assure le préfet.

Ancien préfet du Finistère, il a été confronté à une montée en puissance des nuits brestoises il y a quelques années : “Je fais ici la même chose même à savoir que je ne veux pas déployer massivement les forces de l’ordre dans la ville, c’est une image que je ne supporte pas “. À partir du mois de janvier, pour promouvoir le dispositif, une troupe d’acteurs va déambuler dans les rues du centre-ville pour distiller quelques règles comme le respect du voisinage ou l’interdiction de prendre le volant si d’aventure le taux d’alcoolémie était trop élevé.

Pourtant, dans les rangs des cafetiers et débitants de boissons, la colère commence à se faire entendre. La municipalité est accusée de vouloir “tuer” la vie nocturne. Ce qui fait rire , le premier adjoint de la ville. “Ils ne manquent pas de culot”, lâche-t-il. “Quand nous sommes arrivés, nous avons libéré ce secteur qui était astreint à de fortes contraintes”. Dès 2001, François Rebsamen a en effet modifié l’arrêté municipal imposant aux restaurateurs et cafetiers de fermer leurs terrasses à 22h.

Bientôt un adjoint de la nuit ?

“Des villes comme Rennes ou Montpellier ont franchi un tel stade qu’il est impossible de revenir à la normale”, ajoute . “Et ça, je ne le veux pas pour la ville de Dijon. Nous signons cette charte dans la rue Berbisey, tout un symbole, mais cette dernière ne doit pas devenir une zone à part dans le centre-ville où badauds et acheteurs auraient peur d’aller”.

Alain Millot complète en ajoutant que plusieurs projets sont sur la table comme la création d’une salle pour encadrer les “before“. Ces débuts de soirée où les jeunes achètent de l’alcool avant de se rendre dans un établissement où celui-ci est globalement plus cher. “Nous n’avons pas encore trouvé de locaux, mais avec la construction d’une salle à l’université de Bourgogne, nous allons relancer les discussions”.

Le tout sous l’oeil de la préfecture qui a placé ces “before“, mais aussi les “after“, c’est-à-dire au-delà de six heures du matin, sous haute surveillance. “La vie nocturne n’est pas à l’opposé de la vie diurne, elle est complémentaire”, poursuit Pascal Mailhos. “C’est pourquoi nous souhaitons vivre au rythme des jeunes et avec les jeunes”. Alors, quand nous demandons à Alain Millot si, à l’avenir, il ne faudrait pas désigner un adjoint à la nuit comme le candidat-trublion le propose, il répond sobrement : “C’est une question que nous nous sommes posée”.

Les commentaires sont clos.

  1. Il était temps de faire enfin quelque chose, la situation empire vraiment au centre-ville depuis des années. Bientôt finies les hordes de viande saôule qui beuglent en nous emêchent de dormir ? à voir…

    Elian Fiducie le mardi 26 novembre 2013 à 17h33

  2. C’est la première fois que je lis le nom du candidat Lanaud du Gray cité dans l’un de vos articles : Enfin ! C’est pourtant celui qui fait le + parler actuellement dans la ville de Dijon et qui alimente le plus les conversations lorsque l’on parle des municipales… Vivement que vous nous en racontiez un peu plus sur lui avec votre ton qui vous est propre.

    Jean-Baptiste V Dijon le mercredi 27 novembre 2013 à 0h40

  3. Lanaud du Gray ne doit pas accepter ce poste si on lui propose, il doit rester indépendant et ne rallier aucune liste !!! ni celle de droite, ni celle de gauche, sinon, il se décrédibilisera.

    bernadette D le mercredi 27 novembre 2013 à 13h12

  4. Elian Fiducie, va t’acheter une vie.

    legumator le mercredi 27 novembre 2013 à 16h43