Vote blanc : l’UDI se prononce sur la proposition de loi

, président du groupe à l’Assemblée Nationale et de , vice président du groupe, se prononcent sur la proposition de loi sur le vote blanc discutée ce matin en commission des lois à l’Assemblée Nationale et qui sera à nouveau débattue lors de la journée d’initiative parlementaire UDI le 28 novembre prochain.

La majorité socialiste refuse de reconnaître le vote blanc aux élections municipales
 
« A l’occasion de l’examen en commission des lois de la proposition de loi du groupe UDI visant à reconnaître le vote blanc aux élections, le groupe socialiste a fait passer un amendement visant à reporter l’application du texte d’un mois, du 1er mars 2014 … au 1er avril 2014 !
Cette date n’est évidemment pas choisie au hasard puisqu’elle permet à la majorité de ne pas reconnaître le vote blanc aux élections municipales qui interviendront les 23 et 30 mars 2014 : la ficelle est tellement grosse qu’elle ne trompe personne !


Nous tenons à exprimer notre indignation face à ce procédé qui consiste à repousser aux calendes grecques l’adoption d’un texte attendu par une très large majorité de Français (69% selon un récent sondage) et adopté à l’unanimité de l’Assemblée et du Sénat en 1re lecture, en prétextant des obstacles techniques d’une hypocrisie incroyable.
C’est d’autant plus scandaleux que le Gouvernement avait donné un avis favorable à l’adoption de l’amendement sénatorial prévoyant l’entrée en vigueur de la loi au 1er mars 2014, justement pour permettre la reconnaissance du vote blanc dès les prochaines municipales. Etrange revirement …
 
Dans le climat de tension exacerbée qui traverse notre société, nous sommes pourtant convaincus de la nécessité de reconnaître le vote blanc pour offrir aux électeurs un moyen nouveau d’exprimer leur refus de l’offre politique, sans avoir recours aux votes extrêmes. Mais peut-être est-ce justement là l’intention du Parti socialiste et du Gouvernement …
Lors de la discussion de la proposition de loi en séance publique le jeudi 28 novembre, le groupe UDI présentera un amendement visant à permettre l’adoption définitive du texte, afin de l’appliquer dès les prochaines échéances électorales. » déclarent Jean-Louis Borloo et François Sauvadet

Les commentaires sont clos.

  1. Une façon délicate du pouvoir socialiste en place pour faciliter l’accession du FN dans les communes et(ou) de provoquer davantage de triangulaires. Bref que de la magouille politicarde d’irresponsables. Que la gauche dégage et que l’UDI s’affirme comme un vrai parti de gouvernement… mais on n’en est pas encore là!! Dommage

    Heuzé le samedi 23 novembre 2013 à 12h06