La CFE-CGC refuse que les classes moyennes et l’encadrement se fassent plumer

Le syndicat CFE-CGC refuse, dans un communiqué diffusé mardi 19 novembre 2013, que les classes moyennes et l’encadrement se “fassent plumer”.

Pour en savoir plus, lire le communiqué de presse ci-dessous.

“Le projet de budget 2014 fait porter l’essentiel de l’effort fiscal sur les épaules de la classe moyenne et en particulier sur les techniciens et l’encadrement. Ils sont confrontés à une véritable déferlante : baisse du plafond du quotient familial, fiscalisation des heures supplémentaires, gel du barème pendant deux ans, fin du crédit d’impôts pour frais de scolarité, fiscalisation de la part « employeur » de la mutuelle… Le ras le bol est à son comble chez celles et ceux qui, par leur travail, leur formation, leur investissement professionnel sont le moteur de l’innovation et de la croissance. À quoi bon, si la récompense est une ponction fiscale confiscatoire et une baisse de pouvoir d’achat ? Baisse du pouvoir d’achat qui risque de se transformer en frein à la consommation, préjudiciable à la croissance de notre économie… Les techniciens et l’encadrement sont conscients de la nécessité d’une solidarité indispensable à l’égard des plus défavorisés comme de la nécessaire compétitivité des entreprises. Pour autant, ils ne veulent pas être le “tiers état” du début du XXIe siècle et supporter l’essentiel du prélèvement fiscal ! La CFE-CGC porte leur exigence d’un coup d’arrêt à cette augmentation exponentielle des impôts.”

Les commentaires sont clos.