Grève sur le réseau Divia : Les politiques s’impliquent

2013-06-transport-greve-reseau-divia-JJ-miroir-79

Après 27 samedis de grève sur le réseau , l’opposition monte au créneau. À travers un vœu présenté lors du conseil municipal du lundi 18 novembre 2013, elle espérait interpeller François Rebsamen, le sénateur-maire de la ville, pour l’inciter à agir et que “les dijonnais puissent bénéficier d’un réseau complet, fiable et efficient”.

Espérait, car le vœu n’a finalement pas été présenté. “C’est un sujet compliqué”, concède François Rebsamen. “À ma demande, cette semaine, Keolis Dijon a relancé les négociations avec la CGT et FO”. Depuis six mois, les deux syndicats reconduisent une grève chaque samedi pour demander que cette journée soit reconnue comme exceptionnelle. Les dernières négociation ont d’ailleurs échoué.

“C’est impossible”, tranche tout simplement le sénateur-maire de la ville. “À la SNCF, dans les commerces, dans la presse, le samedi n’est pas un dimanche”. Environ 80% du trafic est assuré ces jours-là. “Ceci perturbe la vie de milliers d’usagers, en particulier les personnes qui n’ont pas d’autres solutions de déplacements”.

C’est pour cette raison que l’opposition demande au maire de prendre sa casquette de président du Grand Dijon, autorité organisatrice des transports et de “sortir de son immobilisme” pour “faire appliquer pleinement la délégation de service public confiée à Keolis”.

François Rebsamen assure qu’il fera le point lors de la session du Grand Dijon, vendredi 22 novembre, date d’échéance des négociations.

Les commentaires sont clos.