Nuits d’Orient : Cet hiver, faites le tour de la Méditerranée en un festival

2013-11-15-festival-nuits-orient

Il est parfois plus simple et plus délicieux de voyager par la pensée, par la musique, que par avion charter. Si vous rêvez du soleil levant du Maghreb et de ses odeurs d’épices, si vous n’attendez que de vous plonger dans la torpeur des Mille-et-une Nuits, alors prenez un tram jusqu’au quartier des Grésilles, celui de la Fontaine d’Ouche ou au grand Théâtre, pour le Festival des Nuits d’Orient du 27 novembre au 15 décembre 2013, puisque c’est ici que tout va se passer.

Il est des spectacles dont la simple idée de départ vous provoque un frisson, tant le concept est humain, chargé d’émotion. Les Nuits d’Orient en proposent quelques-uns de cette trempe.

Les choix de la rédaction

Un ovni tout d’abord. Sorte d’enfant métis issu d’une mère nivernaise – à l’accent celtique, généreuse fille des traditions de la forêt et des prairies humides et vertes – et d’un père algérien chaâbi – à la voix grave et nasillarde, digne fils des plaines sablonneuses traversées par les nomades depuis des siècles. L’Ensemble de Musique traditionnelle de Nevers accorde ses vielles au violon oriental et à la mandoline de Hassen Karbiche, et de ses cinq musiciens dans un tout à la croisée des cultures … mais pile dans l’universalité de l’émotion partagée avec Les Rivières de sable, orchestré par Dominique Forges.

Où et quand ? Samedi 30 novembre 2013 à 20h30 au Théâtre de la Fontaine d’Ouche de Dijon

À découvrir ici :

Rendez-vous ensuite… dans les années 1950, au coeur du Barbès Café. Lieu où les immigrés venaient chanter leur exil et leur vie partagée entre l’usine et les bars de Barbès. Là où l’on fête le mariage entre les cultures du Maghreb et la France, un pacte scellé par soixante années d’immigration intense et d’échanges de part et d’autre de la Méditerranée. Au café Barbès, on redécouvre des images d’archives, on goûte à la frénésie des fêtes façonnées par les cultures Chaâbi ou Kabyles, on fait vivre le legs des anciens, désormais considéré comme étant à part entière un morceau du patrimoine français.

Où et quand ? Samedi 7 décembre à 20 heures au Grand Théâtre de Dijon

À découvrir ici :

Enfin, dernière pépite, liant l’utile à l’agréable, c’est la transmission de contes. Cette pratique issue de toutes les traditions ancestrales orales tend à disparaître dans les foyers français. Raconter des histoires, c’est resserrer les liens d’une communauté, c’est se rappeler d’où l’on vient et c’est apprendre à se poser les bonnes questions sur la vie, à la lumière de la sagesse des anciens. C’est un moment de culture pure, mais aussi de bien-être pour les enfants et les adultes, bercés et tenus en haleine par la voix de Halima Hamdane, conteuse des Mille-et-une Nuits.

Où et quand ? Samedi 7 décembre à 11 heures à l’atelier de l’immeuble Boutaric

À découvrir ici :

Les commentaires sont clos.