La croisade des cavaliers contre “l’équitaxe”

Photo Jonas Jacquel

Photo Jonas Jacquel

C’est la commission européenne qui l’a dit. La TVA dans le secteur équin devra passer de 7 à 20% l’an prochain. De quoi inquiéter l’ensemble des professionnels du secteur venus manifester place de la République à Dijon, samedi 9 novembre. Un bon millier de personnes se sont donc donné rendez-vous, accompagnés de  plusieurs chevaux et poneys, de la place de la République jusque devant la préfecture.

La Bourgogne compte environ 20.000 cavaliers licenciés. La Fédération Française d’Equitation (FFE) estime qu’une hausse de 13% au premier janvier 2014 signifierait une perte de 6.000 emplois, la fermeture de 2.000 entreprises, la mise au rebut de 80.000 chevaux et l’inaccessibilité à cette activité pour de nombreuses familles. De son côté, l’UE estime qu’un taux préférentiel de TVA ne peut s’appliquer qu’à la filière agricole et aux chevaux destinés à l’alimentation.

Photo Jonas Jacquel

Photo Jonas Jacquel

“Si la pratique de l’équitation était perçue, à tort, comme un loisir réservé aux personnes aisées, elle risque de le devenir vraiment!”, proteste un manifestant. Alors même que le ras-le-bol fiscal se fait de plus en plus grand dans le pays, pour une fois, c’est l’Europe et non le gouvernement de François Hollande qui exige cette hausse de la TVA. Mais la perception reste la même d’autant que cette “” vient s’ajouter pour nombre d’entre-eux à “l’” qui frappe les véhicules de transport des chevaux.

Les commentaires sont clos.