François Berthelon : “Enfin, ça va mousser au Ceser !”

François Berthelon, président du Ceser Bourgogne | Photo Jonas Jacquel

François Berthelon, président du Ceser Bourgogne | Photo Jonas Jacquel

Seul candidat à sa propre succession, le Dijonnais a été largement réélu à la présidence du de Bourgogne, ce vendredi 8 novembre 2013. Après 6 ans d’exercice, le mois de novembre marquait en effet la fin de toutes les mandatures au sein des de France. Reparti pour un tour de piste, son président espère profiter de son nouveau mandat pour amener une nouvelle “lisibilité” à l’institution et montrer enfin “que le sert à quelque chose”.

“Un grand coup de chiffon”

Le Ceser, pour Conseil économique, social et environnemental régional, souvent méconnu du grand public, est l’assemblée consultative du conseil régional de Bourgogne. Composé de professionnels de tous les domaines, ses 78 membres se réunissent en commissions et sessions pour émettre des avis sur différents dossiers ou thématiques dont la chambre première du conseil régional peut le saisir.

Ainsi, les élus du conseil régional ont récemment saisi le Ceser sur des sujets divers comme la stratégie environnementale (filière bois), économique (développement de l’économie sociale et solidaire), ou encore énergétique (éolien). Car composé de différents collèges, d’entrepreneurs, de salariés, d’associatifs, ou encore de personnalités notables, l’avis du Ceser est théoriquement celui d’experts dans leur domaine.

François Berthelon | Photo Jonas Jacquel

François Berthelon | Photo Jonas Jacquel

Représentant du domaine du commerce et élu du syndicat patronal CGPME, François Berthelon espère donc, à l’occasion de cette mandature, donner “l’envie d’entreprendre” à un Ceser qui manque parfois de dynamisme. Pour ce faire, il a fait élire comme premier vice-président Joseph Battault, représentant du monde syndical en sa qualité de délégué CFDT.

Et “si sur le fond ça marche bien”, François Berthelon souhaite “donner un grand coup de chiffon” dans la forme à cette assemblée qui peine à communiquer auprès du grand public et des autres institutions. “Dire que le Ceser sert à quelque chose, qu’il y a beaucoup d’idées du Ceser reprises dans les rapports du conseil régional”. Bref, “reprendre toute la façon de communiquer, même si le Ceser n’a pas la vocation à être l’interlocuteur de tous”.

En somme, “on va gêner, ça va mousser”, a conclu François Berthelon à l’issue de son élection, avant de rappeler que “le Ceser doit être un agitateur d’idées, un chercheur d’idées nouvelles”. Et les codes semblent en effet en train d’être bousculés, avec une poussée notable de la représentativité féminine au sein de l’assemblée, à plus de 44%. “Le premier Ceser de France dans la féminisation”, s’est réjoui son président. Enfin, parmi les nouveaux élus notables, on note Charles Rozoy, médaillé paralympique. A 26 ans, il est de loin le cadet du Ceser.

Les commentaires sont clos.