En mal de reconnaissance, les sages-femmes manifestent à Paris

2013-11-07-manifstation-sages-femmes-dijon-a-paris

En grève symbolique depuis le 16 octobre, les manifestent, jeudi 7 novembre 2013 à Paris. Elles veulent plus de reconnaissance avec notamment, la mise en place d’un statut de praticien hospitalier. Une délégation de professionnels venant de Dijon, Auxerre, Paray-le-Monial ou encore Semur-en-Auxois et de trente-trois étudiants de Dijon, a fait le déplacement.

Actuellement assimilées au personnel paramédical, les “blouses roses” demandent d’être intégrées dans le statut médical c’est-à-dire comme un praticien de premier recours et un praticien hospitalier. À la clé, une meilleure rémunération bien entendue, mais aussi une reconnaissance du métier qui nécessite cinq années d’étude. Elles restent aujourd’hui encore dans la catégorie des personnels non médicaux au sein des établissements hospitaliers.

En 2012, les 20 000 sages-femmes ont effectué, sur leur seule responsabilité, 80% des 822 000 naissances enregistrées dans le pays. De quoi justifier cette requête. Au départ de la place Denfert-Rochereau à Paris, les sages-femmes vont se rendre au ministère de la Santé pour rencontrer la ministre Marisol Touraine. Le Code de santé publique les définit déjà comme profession médicale aux côtés des médecins et des chirurgiens-dentistes, mais le statut n’a pas suivi : “Il nous paraît indispensable que les sages-femmes hospitalières puissent enfin rejoindre les membres de leur famille médicale dans un statut identique”, clament les syndicats.

La ministre a d’ailleurs pris les devants. La veille, lors des questions à l’Assemblée nationale, elle a expliqué que son ministère était “en train d’engager des discussions”.

Les commentaires sont clos.