L’accord Modem-UDI coince sur la question des Municipales

2013-11-politique-modem-udi-bayrou-borloo-JJ-miroir

À peine signée par l’UDI et le Modem, la charte qui crée “L’Alternative” met en lumière certaines carences : c’est le cas de la stratégie électorale définie par le tandem politique. Sur le papier, elle ne prévoit “aucune alliance avec le Parti socialiste”. Mais on évoque déjà une exception pour les Municipales.

Avant même cette signature, François Deseille nous confiait son attachement à collaborer de nouveau avec : “Je travaille avec le maire de Dijon, pas avec le président du groupe socialiste au Sénat”, assurait-il. Pourtant, mercredi 6 novembre 2013, les différentes réactions laissaient présager quelques crispations autour de cette thématique.

“J’appelle tous les adhérents du Modem qui se reconnaissent dans la charte UDI – Modem, l’alternative signée par Jean-Louis Borloo et François Bayrou, à nous rejoindre sans attendre”, lance ainsi , délégué départemental de l’UDI Côte-d’Or. “Cette charte nous impose de reconnaître de façon très claire que notre partenaire politique est la droite républicaine”.

Dans le même temps, les élus Modem de la ville de Dijon avaient une lecture un peu différente de cette charte. “L’Alternative se veut dans une opposition constructive, déterminée et non manichéenne”, écrivent-ils. “Nous considérons que le pays a besoin d’une large majorité réformiste, allant non seulement de la droite républicaine au centre, mais aussi jusqu’aux sensibilités écologistes et sociales-démocrates.”

Et sur le sujet des élections municipales précisément, les élus assurent qu’ils vont s’y engager avec “sérénité et enthousiasme”. “Depuis 6 ans, dans cette équipe “arc-en-ciel”, nous avons toute notre place et travaillons en confiance. Nous avions fait de la baisse de la dette dijonnaise une priorité, les chiffres nous donnent raison”.

Pascal Grappin le répète, “les alliances avec le Parti socialiste et ses alliés au pouvoir sont interdites”. Il s’inscrit même dans une opposition à cette coalition, pour “condamner la politique suivie par la majorité actuelle et le gouvernement”. L’UDI a déjà apporté son soutien au candidat UMP, Alain Houpert. François Sauvadet, le vice-président du groupe à l’Assemblée nationale a même signé un courrier en ce sens.

Pour en savoir plus, lire les communiqués de presse ci-dessous.

  • Communiqué de l’UDI

“Jean-Louis Borloo et François Bayrou ont officialisé hier mardi le rassemblement de l’UDI et du MODEM par la signature d’une charte qui crée « l’alternative ».
C’est une démarche courageuse et d’une grande responsabilité face à l’état réel de la France.
La situation économique, sociale, civique et morale de notre pays est tellement préoccupante qu’il est urgent qu’une force politique propose aux Français une véritable réaction civique pour faire face à la crise.

J’appelle tous les adhérents du MODEM qui se reconnaissent dans la charte UDI – MODEM l’alternative signée par Jean-Louis Borloo et François Bayrou à nous rejoindre sans attendre.

C’est « ensemble » que nous serons plus forts pour défendre les valeurs de cette charte qui nous impose de reconnaître de façon très claire que notre partenaire politique est la droite républicaine, ce qui interdit toute alliance avec le Parti Socialiste et ses alliés au pouvoir, et pour condamner la politique suivie par la majorité actuelle et le gouvernement et ainsi nous inscrire dans une opposition déterminée et constructive au Parti Socialiste et à ses alliés.”

  • Communiqué du Modem

“François Bayrou et Jean-Louis Borloo ont décidé de rassembler leurs formations face à la situation difficile de notre pays et de créer l’ UDI-MoDem l’Alternative.

Le chômage de masse, les problèmes éducatifs et sociaux de toute nature exigent une offre nouvelle, un autre choix pour limiter la montée du Front national qui apparaît comme un vote de protestation.

L’UDI-MoDem l’Alternative se veut dans une opposition constructive, déterminée et non manichéenne. En effet nous considérons que le pays a besoin d’une large majorité réformiste, allant non seulement de la droite républicaine au Centre, mais jusqu’aux sensibilités écologistes et sociales-démocrates.

Nous aurons des listes communes UDI-MoDem lors des prochaines élections européennes, élections qui représentent le véritable acte fondateur de l’UDI-MoDem l’Alternative.

Pour les Municipales, nous avons pour Dijon fait valoir notre volonté de travailler avec François Rebsamen, dans une majorité d’exigence car nous sommes capables, mêmes si nous sommes différents, de parler ensemble, de construire et de rassembler autour d’un projet partagé, dans l’intérêt général de tous les Dijonnais.

Depuis 6 ans, dans cette équipe “arc en ciel”, nous avons toute notre place et travaillons en confiance.
Nous avions fait de la baisse de la dette dijonnaise une priorité, les chiffres nous donnent raison.

La vie locale ne doit pas être politisée et c’est avec enthousiasme et sérénité que nous allons nous engager dans les prochaines élections municipales.”

Les commentaires sont clos.